Saviors of Sapphire Wings & Stranger of Sword City revisited est une compilation de 2 Dungeons Crawlers RPG sortie sur Nintendo Switch et PC le 19 mars 2021. Stranger of Sword City était sorti chez nous sur PS Vita et Xbox en juin 2014 (ça ne nous rajeunit pas) tandis que Saviors of Sapphire Wings est inédit dans nos contrées.

Le truculent Titiks ayant réalisé le test de Stranger of Sword City en son temps, je vais surtout vous expliquer quels ajouts ont été fait dans la version « revisited » et vous parler de Saviors of Sapphire Wings.


Saviors of Sapphire Wings / Stranger of Sword City revisited


Supports : Nintendo Switch , PC

Genre : Dungeon Crawler RPG

Date de sortie : 19/03/2021

Editeur : NIS America

Développeur : Experience Inc.

Multijoueurs : non


Une compilation de Dungeon Crawlers old-school pour la Switch qui plaira aux aficionados du genre mais qui ne fait pour moi pas partie des indispensables.


  • Le character design de Stranger of Sword City
  • Le style dungeon crawler old school est bien adapté à la Switch
  • Grosse durée de vie et challenge (sur SoSC)
  • Lettre d’amour aux fans de ce genre old-school
  • Saviors of Sapphire Wings est moins punitif que son grand frère
  • Réalisation et interface d’une autre époque
  • Peu d’innovation dans la revisite de Stranger of Sword City
  • L’histoire peu intéressante de Saviors of Sapphire Wings
  • Le character design de SoSW bien en dessous de SoSC

Stranger of Sword City : le contexte

Resituons un peu le contexte. Nous sommes en 2014, âge d’or de la PS Vita sur laquelle ont pullulé de nombreux Dungeon Crawlers old school Japonais. Je citerai par exemple Dungeons Traverlers 2, Mary Skelter Nightmare ou Demon Gaze qui restent de très bons souvenirs.

En 2014, Stranger of Sword City avait chatouillé la rétine des fans du genre avec un character design très réussi. Cependant, il n’avait au final pas vraiment brillé avec son histoire « isekai » assez classique et n’avait pas non plus révolutionné le genre. Il proposait toutefois une histoire agréable et un bon challenge, via entre autre, la feature de perma-death de vos coéquippiers.

Les rares images fixes illustrant la progression de l’histoire sont toujours aussi réussies

Stranger of Sword City : la contre-visite

La version « revisited » présente dans la compilation Saviors of Sapphire Wings / Stranger of Sword City Revisited est sur le fond quasiment identique à l’originale. Je vous inviterai donc à lire le test de Titiks pour vous faire une idée générale du soft. Je partage son avis global sur ce jeu.

Du côté des bonnes nouvelles, la dimension stratégique est améliorée grâce à 3 nouvelles classes et au système de Guard Counter. Ce dernier donne une utilité à l’action de défense, qui aura des chances de « stun » les adversaires qui attaquent une unité se défendant. Cette version propose également 3 nouveaux donjons et 3 nouvelles fins à l’histoire, ce qui augmente considérablement la durée de vie.

Malheureusement, l’interface du jeu reste tout aussi rébarbative qu’à l’époque (constat que l’on peut faire pour la plupart des jeux de ce genre). Toutefois, le fait de pouvoir répéter les actions prises sur un tour et le fait de pouvoir naviguer automatiquement vers un point sur la carte facilitent légèrement l’exploration et les combats.

C’est le bazar

Saviors of Sapphire Wings : le messie ?

Je vous avoue que j’étais particulièrement curieux à l’annonce d’un nouveau jeu de ce genre sur Switch, ne connaissant pas la version originale Japonaise sur PS Vita. J’avais pas mal d’attentes en terme de nouveautés qui auraient pu passer un coup de Swiffer sur ce genre prenant la poussière. Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, ce jeu propose la formule classico-classique du Dungeon Crawler et n’apporte strictement rien au genre.

A mon sens, il y a 2 éléments qui peuvent faire un jeu conservant ce style old-school réussi : une histoire captivante et/ou du challenge proposé par le système de combats stratégiques. Malheureusement, cet opus passe à côté de ces 2 points clés.

L’exploration vous vend du rêve ?

Déjà-vu

D’une part, l’histoire est hyper classique et sans beaucoup de suspens. On vous annonce que vous êtes la réincarnation de Xeth, un héros légendaire de la table ronde (recyclage quand tu nous tiens …) qui a péri en affrontant le seigneur du mal il y a 100 ans. Depuis, le monde est plongé dans le chaos à part certaines petites régions qui sont encore peu sous l’influence des ténèbres.

Vous voyez venir la suite, vous allez être pris sous la houlette des derniers défenseurs du bien dans le but de créer une nouvelle équipe (ou communauté de l’anneau) et tenter de botter les fesses du grand méchant démon une bonne fois pour toutes. Bien évidemment, vous ne pourrez pas foncer tête baissée, vous devrez d’abord renforcer vos relations avec vos camarades ! Sans quoi, le pouvoir de l’aaaamitiéééé ne sera pas assez fort et le seigneur du chaos retournera vos copains contre vous (oh non !)

On a donc encore une histoire où on anticipe la fin mais dont le cheminement est incertain. Les seuls points positifs que je relève sont les histoires de vos compagnons et des anciens héros tombés au combat.

La character design de cet opus a bien moins de charme que son ainé

Déjà-combattu

D’autre part, les systèmes de combats et d’exploration n’apportent rien de bien nouveau non plus. On dirait plutôt un melting pot de fonctionnalités introduites dans d’autres jeux.

On retrouve par exemple le système de capture de zone introduit dans Demon Gaze. Ici, il demande de placer un appât sur une case de la carte pour faire apparaitre des monstres à tuer en un certain de nombre de tours. Si le challenge est réussi, vous obtenez un coffre contenant de l’équipement. C’est d’ailleurs le seul moyen de s’équiper correctement en début d’aventure. L’interface pour ce système est assez chaotique, vous demandant d’ouvrir la carte et de lire la petite description de la case pour savoir quel type d’appât y placer.

L’interface de combat, quant à elle, m’a rappelé le Dungeon RPG Ray Gigant, mais sans l’effort d’esthétisme de ce dernier. On retrouve la possibilité de répéter les actions du tour précédent et les interfaces « sorts » qui consomment des MP et « compétences » qui n’en consomment pas. Au niveau stratégique, on reste sur les classes que l’on retrouve entre autre dans Demon Gaze, et sur les mêmes compositions d’équipes qui en découlent. Le hic est que le challenge, même en mode de difficulté le plus élevé, n’est pas à la clé.

Les designers des boss et des créatures ont par contre fait du bon boulot

Saviors of Sapphire Wings / Stranger of Sword City revisited

Papayou

L’avis de Papayou

En Bref

On ne peut pas dire que cette compilation soit un indispensable au vu du peu de nouveauté qu’elle apporte au genre et au vu des histoires assez peu intéressantes qu’elle propose. Toutefois, Stranger of Sword City sort légèrement du lot et suscitera sans doute un peu d’engouement auprès des fans de Dungeon Crawlers à l’ancienne.

2.5

Show Full Content

About Author View Posts

Papayou

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com

Previous Infinite Fleet lance une bande-annonce épique au son de Vince DiCola
Next Pokémon, la licence qui valait 100 milliards

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Capcom dépoussière des classiques NES avec The Disney Afternoon Collection

15/03/2017
Close