Disclaimer: Attention, certaines tournures de phrases pourraient avoir un deuxième sens donc prenez bien tout au premier degré, n’allons pas plus loin… ^^ Et bien oui, parce qu’on va parler du Marsupilami quand même et vu ce qu’il utilise dans son quotidien peut prêter à confusion si on à l’esprit un peu tordu.

Bref, parlons de cette chouette petite bestiole qu’est le Marsupilami imaginé par Franquin en 1952 (!!!) pour figurer dans un album de Spirou et Fantasio. Yes, il est belge aussi! Oui, bon, lui vient de Palombie hein mais c’est une création de chez nous… Par contre, en jeu vidéo, il n’apparaît que dans un seul titre sorti en 1995 sur Sega MegaDrive.


Marsupilami – Le Secret du Sarcophage


Supports : Switch, Xbox ONE, PS4, PC/Mac

Genre : Plateforme/Aventure

Date de sortie : 16 novembre 2021

Editeur : Microids

Développeur : Ocellus Studio

Multijoueurs : Non


Marsupilami offre une chouette alternative à un Donkey Kong Country: Tropical Freeze pour les plus jeunes sans lésiner sur la qualité.


  • Des niveaux très jolis et des couleurs chatoyantes
  • Une bonne inspiration des grands titres du genre
  • Enfin une alternative à un difficile Donkey Kong Country pour les plus jeunes
  • Le mode chrono
  • Beaucoup de bonus à trouver dans les niveaux
  • Une bonne marge de progression tout de même
  • La galerie de concept art
  • Les musiques au banjo sont vraiment très agréable
  • Une ou deux petites chutes de framerate sur Switch mais rien d’inquiétant
  • Un double-saut n’aurait pas été du luxe
  • Impossible de frapper pendant un saut
  • Un peu court

Queue neni!

Microïds me fait vraiment plaisir à remettre des licences tirées de bandes dessinées franco-belges à l’honneur dans le jeu vidéo. Ils nous rappellent un peu feu Infogrames mais avec des jeux bien moins frustrants et punitifs. Et en ce mois de novembre, ils ont le vent en poupe vu qu’on attend impatiemment le déjà fameux Astérix et Obélix – Baffez-les Tous! et qu’on vient de tester pour vous Les Schtroumpfs – Mission Malfeuille. Tout en sachant qu’ils travaillent également sur des jeux Tintin et Goldorak, bref… on s’ambiance avec tout ça!

Il ne reste plus qu’à voir si tout ça sera à la hauteur des attentes mais ici, restons les pieds sur terre et intéressons-nous à notre jeu du jour qui vous rappellera sans doutes une certaine licence bien connue dans l’univers vidéoludique: Donkey Kong Country: Tropical Freeze. Mais ne réduisons pas ce titre à une copie, il s’inspire tout au plus mais c’est normal aussi vu la longévité du maître.

Dans Marsupilami – Le Secret du Sarcophage, vous ne contrôlez pas à proprement parler LE Marsu mais plutôt trois autres marsupilamis: Punch, Twister et Hope qui passe leur temps à roupiller au soleil de Palombie. Un jour, ceux-ci ouvrent un sarcophage maudit et libèrent par erreur un mystérieux fantôme qui jette une terrible malédiction sur tous les animaux. Heureusement pour eux, les Marsupilamis sont immunisés certainement dû à leur force innée. Et forcément, nos trois petites bestioles vont devoir partir combattre le grand méchant pas beau pour conjurer le sort et rendre leur liberté aux animaux maudits.

Un pitch somme toute classique mais on s’en fout un peu vu que l’intérêt est plutôt le chemin parcouru et non la destination… Et quel chemin! Car oui, les niveaux du jeu sont des plus luxuriants avec des couleurs chatoyantes et variées. Vraiment, au niveau des graphismes, c’est très jolis et hyper agréable surtout avec cette direction artistique enfantine tout en respectant l’aspect de série d’animation. On voit que les développeurs cherchent à ravir les yeux des plus jeunes.

Mangez 5 fruits et légumes…

Je parlais plus haut d’un inspiration à Donkey Kong: Tropical Freeze et il faut donc que j’explique tout de même le pourquoi du comment. On peut déjà remarqué la map du jeu qui est vraiment très proche de son modèle tout en proposant d’autres features tout de même comme l’ajout d’un mode chrono pour s’exercer au speedrun. Mais ce n’est pas un mal tant cette carte est idéale pour séquencer chaque niveau.

Au niveau du gameplay et du game design, Marsupilami s’inspire également très fort du dernier titre de la licence de notre sympathique gorille tout en incluant sa propre patte que se soit graphique ou sur la maniabilité. Les niveaux sont exactement construit pareillement que DKTF avec quelques remplacement du genre les tonneaux éjectables sont remplacés par des toucans ou, forcément, les ennemis sont totalement différents même si certains ont les mêmes comportements que ceux de leur modèle.

La maniabilité est assez classique d’un plateformer avec la particularité que les marsus font tout… avec leur queue. Ben oui, vu la longueur et la force de celle-ci, ils en profitent à 100% pour frapper avec, faire une attaque rodéo en l’utilisant comme une foreuse, s’agripper, etc… Bref, ils s’étirent la queue comme bon leur semble les chanceux! (Je vous avait prévenu: restons au premier degré, hein!)

Ce que j’ai le plus regretté en parcourant les niveaux de ce titre c’est l’absence remarquée du fameux double-saut bien utile dans ce genre de jeu ou encore l’impossibilité de frapper en plein saut. En dehors de ça, il reste quelques chouettes idées comme le fait de bousculer ses ennemis grâce à une sorte de dash en accélérant avec la queue servant de roue en tapotant sur un bouton… ouais!

Dupuis quand c’est français?

Il faut bien dire ce que nos amis français se sont bien appropriés la marque Marsupilami, dans un premier temps en proposant des séries d’animations de qualité mais ici un jeu vidéo au gameplay très inspiré, certes, mais efficace et solide donc pourquoi s’en priver!? De plus, on respecte tout de même le produit d’origine en modernisant ces petites bêtes palombiennes.

Qui plus est, même au niveau sonore, on retrouve ces petites musiques agréables propres à l’univers BD retransmis à l’écran. On se souvient avec nostalgie les chouettes musiques des jeux Tintin ou encore Lucky Luke voir Astérix (tiens!). Quoi qu’il en soit, l’enrobage musicale est très réussis également.

Et c’est aussi le cas concernant l’animation globale des marsupilamis. Chacun de leur mouvement est parfaitement animés notamment leur queue qui virevolte dans tous les sens… (Stop!) Et puis, je le répète, c’est mignon tout plein et même les ennemis ont une bonne tête. On n’a pas vraiment envie de les défoncer à coup de… queue! J’ajoute une mention spéciale pour les stages bonus dans une sorte d’ombre chinoise en bleu et jaune dans lesquels il faut passer des cerceaux le plus rapidement possible avant la fin du timer.

Clairement, on cible les plus jeunes mais maman ou papa (entre autres…) pourront également adhérer au soft d’Ocellus Studio tant il est sympa: il y a tout de même trois niveaux de difficulté. Il peut, forcément, sembler un peu facile pour des joueurs aguerris néanmoins, pour les enfants, il offre une bonne marge de progression: les derniers niveaux semblent un peu plus ardus et demanderont de s’y investir en utilisant tout ce qu’on a appris pendant son périple.

EDIT: Depuis le patch du 16 novembre, une galerie de concept art (et musiques) du jeu est disponible et c’est super intéressant de voir comment les dessins du jeu ont été développés. Ceux-ci reste à débloquer au fil des niveaux.

Marsupilami – Le Secret du Sarcophage

ManuSupra

L’avis de ManuSupra sur Switch

En bref

Quelle belle petite surprise ce petit plateformer qu’est le Marsupilami – Le Secret du Sarcophage. Un titre qui ne cache pas ses inspirations du dernier Donkey Kong surtout tout en amenant une certaine fraicheur et une ambiance hyper positive et agréable. Les plus jeunes vont adorés… et certainement les moins jeunes également.

4
Show Full Content

About Author View Posts

ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!

Previous Le Xbox Cloud Gaming est disponible sur Xbox Series X|S et Xbox One
Next Wolfstride arrive le 7 décembre sur Steam

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Rocket League la semaine prochaine sur Xbox One

10/02/2016
Close