Test : Nacon Daija Arcade Stick

Nacon entre dans le Game

Après les manettes sous licence officielles Playstation / PC déclinées en 2 modèles, le constructeur Nacon investit le marché très exigeant des Sticks Arcade. Après la chute (et renaissance) de Mad Catz et l’arrivée de Razer avec le Panthera Evo, Nacon a fort à faire pour s’imposer. Heureusement, il s’est adjoint l’expertise de la célèbre championne Kayane pour sortir le stick arcade Daija dédié à la PS4, PS3 mais aussi au PC.

La bête est belle et donne une impression de robustesse

La légende raconte que l’aventure aurait démarré par une rencontre entre un responsable de Nacon et Kayane alors que cette dernière aurait proposé sur le ton à la marque de lui confectionner un Stick Arcade. Une bonne année et quelques accords plus tard, voici que naît le Stick Nacon Daija confectionné pour les besoins réels des joueurs e-sports et sous les bons conseils de la championne.

Toutes les fonctions annexes sont accessibles mais pas gênantes

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la marque s’est vraiment donné du mal pour rendre son stick le plus accessible et pratique possible. Cela se voit déjà dans son imposante apparence d’une belle sobriété. Hormis le nom de la marque en ton sur ton, rien ne vient perturber son élégance noire, même si il est tout à fait possible de personnaliser sa nappe comme bon nous semble (Nacon livrant même le modèle). D’un poids total de 3.6kg, il reste néanmoins ergonomique autant posé sur les genoux que sur une table, profitant d’une très large surface antidérapante sous la surface et ses larges dimensions (45,6 x 32,4 x 16,8 cm) ainsi que le repose poignet de belle taille le rendant également très confortable.

Le Nacon Daija se révèle un challenger redoutable pour les marques installées

A l’usage, le stick s’est révélé d’un réactivité à toute épreuve, même s’il a fallu dompter les quarts de cercle au stick (joueur manette, m’voyez – vive l’interrupteur D-Pad).

Tout est fait pour faciliter la personnalisation

Sur le capot, on retrouve le stick en boule (Ball Top) par défaut, mais un second stick en forme de poire (Bat Top) est aussi disponible pour s’adapter au mieux aux préférences de chacun. Les 8 boutons (Carré, Triangle, Cercle, Croix, R1,R2, L1, L2) sont répartis sur deux rangées, sur une courbe étudiée pour coller au mieux aux placements naturels des doigts. On remarque d’ailleurs que la touche “Carré” est légèrement plus proches que les autres, ce qui – d’après les sessions de jeux que j’en ai tiré – est une bonne chose, mon index venant naturellement se poser en son centre en pleine frappe.

Filaire, le Daija permet de ranger son câble. Simple, mais pratique une fois de plus

Sur la tranche droite, on retrouve le pavé tactile de la PS4, un switch pour passer d’une plateforme à l’autre, le bouton Playstation facilement accrochable quand on se saisit du stick, les boutons R3 et L3, les touches Share et Options – cette dernière étant plus imposante et accessible que la touche de partage. Enfin, un switch est également présent pour la sélection des contrôles (Stick gauche, droit ou D-Pad). A l’arrière, une trappe de rangement pour le câble USB de 3 mètres (non-détachable) bien pratique pour éviter de devoir l’enrouler autour du Stick.

Comme vous l’avez remarqué, aucune option de verrouillage des boutons n’est disponible, puisque tous les boutons pouvant nous sortir du jeu ne sont pas accessibles par accident. D’un autre côté, je vous avoue avoir eu quelques difficultés à atteindre normalement le bouton “Start/Options” plutôt utile pour les séances d’entraînement ou du Versus. Enfin, face avant, on dispose d’une connexion casque standard 3.5mm.

Des boutons rouges de part et d’autre du stick permettent l’ouverture du capot pour accéder au tournevis pour démonter et personnaliser l’objet, ainsi que le stick Bat Top de remplacement. L’ouverture se fait facilement sans pour autant s’opérer accidentellement, et les charnières donnent une impression de solidité, même si il faut un peu insister pour le refermer.

Le stick se change en 15 secondes, et tout est légendé pour que tout le monde pusse adapter le stick à sa convenance

L’objet a vraiment été pensé pour faciliter au maximum la vie aux joueurs, et les modifications comme l’installation se font en quelques secondes. A l’intérieur, on retrouve bien entendu les interrupteurs SANWA OBSF-30 et un câblage coloré et légendé pour que tous – y compris les nouveaux venus – puissent modifier les pièces à leur convenance. Il est juste regrettable de ne pas avoir – à l’instar des manettes Nacon Revolution – une gestion des profils intégrés via un logiciel dédié. Cela aurait apporté un réel plus de pouvoir intégrer au stick ses différents profils dédiés à des jeux spécifiques, bien différents. On ne paramètre en effet pas son profil pour Street Fighter comme ceux dédiés à Tekken, SoulCalibur ou Dragon Ball FighterZ. Peut-être pour une prochaine évolution ?

Conclusion

Pour un premier jet, Nacon propose un stick arcade tourné à 100% vers l’efficacité. Sans fioriture inutile, modifiable aisément, pensé pour être le plus pratique possible et compatible Playstation comme PC, le Nacon Daija se révèle un challenger redoutable pour les marques installées. Naturellement pensé et dédié au Versus Fighting, chaque aspect de sa conception semble avoir été pensé pour le côté pratique et la robustesse, et ainsi répondre aux joueurs les plus exigeants. Ces derniers pourront d’ailleurs personnaliser jusque dans les entrailles de la bête, le Daija n’imposant aucune réelle contrainte à ce niveau. Vendu dans la même gamme de prix que ses concurrents, on peut vous conseiller les yeux fermés l’achat de ce stick conçu pour durer.

Temps de lecture : environ 3 minutes

Nacon Daija Arcade Stick

  • Constructeur Nacon
  • Type Stick Arcade
  • Support PS3, PS4, PC
  • Prix 199.90€
Commentaires Facebook
Catégories
Tests matériel
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre