Dans les jeux annuels, j’appelle Monster Energy Supercross 4 dont le 3e opus s’en est plutôt bien sorti dans notre test de l’année dernière. Mine de rien, c’est que Milestone grappille du terrain avec ses licences de motocross que sont celle-ci et l’excellent MXGP.

Malgré tout, il faut bien dissocier ces deux franchises. MXGP reprend, comme son nom l’indique, le championnat du monde officiel de moto-cross régi par la Fédération Internationale de moto-cross. Monster Energy Supercross se focalise sur le supercross: une discipline dérivée du moto-cross, surtout populaire aux USA, se déroulant généralement sur des pistes artificielles dans des stades, parcs d’expositions, etc…


Monster Energy Supercross 4


Supports : Xbox ONE/Series X & S, PS5/PS4, PC

Genre : Course

Date de sortie : 8 mars 2021

Editeur : Milestone

Développeur : Milestone

Multijoueurs : Oui


La série évolue timidement sur New Gen mais reste agréable, dans la continuité.


  • Le nouveau complexe
  • Le nouvel arbre de compétence intéressant
  • L’effervescence des courses
  • Graphiquement assez réussi
  • L’éditeur de circuit très réussi
  • Plus difficile au début que par la suite…
  • Des collisions toujours un peu bizarre
  • Toujours pas de multi offline

American dream

Après une transition « new gen » de MXGP 2020, on peut se permettre d’en attendre autant avec ce Supercross 4. Depuis le troisième opus (sorti l’an dernier), on a noté une logique évolution sans toutefois devenir à chaque version un porte-étendard de la discipline. (On laisse souvent ça au frangin MXGP…)

Pour être franc, on reste dans le même carcans avec ce quatrième opus: ça évolue mais c’est très similaire aux précédents. Malgré tout, on a la (mal-)chance de retrouver notre éditeur de personnages complètement ramassé vu les tronches proposées… encore une fois, je le répète, heureusement qu’il y a un casque par dessus cet enrobage de face préfabriquée.

Bah, limite, on peut encore s’en moquer de ce genre de détails, et puis, les pilotes officiels ont eu droit à un lifting plus avantageux que notre avatar… C’est déjà ça. Bref, sur la piste, c’est la moto qui règne et qui importe. Et petit ajout sympa sur ce millésime, un arbre de compétences fait son apparition.

Ce qui, du coup, donne un coup de boost au mode carrière qui ne se consigne plus qu’à un enchaînement de courses… C’est plutôt intéressant vu que ce principe propose également un système de qui permet d’augmenter une jauge de rewind grâce aux sauts et autres whips et scrubs.

Jump for joy

Donc, on peut encourager ce genre d’apport tout comme pour le nouveau terrain de jeu, ou complexe, dans lequel il vous sera possible de vous entraîner ou de vous adonner à des courses d’exhibition entre autres…

Rien ne dépayse vraiment par rapport aux précédents opus mis à part un très joli cadre américain tantôt forestier, tantôt montagneux tout en étant situé en bord de mer. Comme décor, un petit village portuaire s’y trouve également mais, forcément, désert… Un chouette « bac à sable » assez vallonné et agréable à rider.

Par contre, pour le reste, le titre reste assez similaire à son prédécesseur direct. En fait, on dirait un mix entre Supercross 2 et Supercross 3. Un « mix » amélioré tout de même… du moins sur Xbox Series X ici.

On va aimer l’ambiance des stades, la puissance qui se dégage à chaque départ de course, de l’ennivrance des pilotes lors de celles-ci mais on regrettera que la difficulté n’y va pas crescendo.

Au bal casqué ohé ohé!

Et c’est bien un léger problème tout de même surtout pour les débutants: les premières courses semblent difficiles. Peut-être même trop. C’est là que l’arbre de compétence entre en jeu mais il n’empêche que sur certains circuits, votre talent ne fera pas tout.

Il faut bien penser aussi que les rewinds sont limités à trois par course, donc il faudra les utiliser à bon escient. Ok pour un puriste mais sûrement problématique pour les joueurs occasionnels. Ils devront se contenter d’affronter des pilotes online car toujours pas d’écran splitté chez Milestone et c’est bien dommage.

+ 1 pour l’éditeur de circuit, par contre, toujours plus efficace et permet de s’affronter même en ligne tout en laissant parler ses plus ambitieuses fantaisies.

Monster Energy Supercross 4

ManuSupra

L’avis de ManuSupra sur Xbox Series X

En bref

Ce nouvel opus de Monster Energy Supercross (4) fait le job. Il reste agréable à jouer mais reste toutefois assez timide niveau évolution. On peut surtout saluer l’arbre de compétences, même s’il déséquilibre un peu les débuts de carrière, ainsi que le nouveau complexe et l’éditeur de circuit. On espèrera un peu plus de risque pour l’opus 2022 tout de même.

3
Show Full Content

About Author View Posts

ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!

Previous Slay the Spire rencontre Faeria dans l’Early Access de Quinterra
Next Test : Outriders – Une colonisation qui tourne mal

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Lords of the Fallen | Test

17/11/2014
Close