Faire du nouveau avec du vieux, ça a toujours été possible. Pour s’assurer un potentiel succès avec son jeu, Fatbot Games a réuni de nombreux éléments que tout gamer a connus avec ses premiers achats vidéoludiques, dans un concept qui, malgré son odeur de déjà vu, fonctionne à merveille.

Une tour au milieu de la mer…

Vaporum est un jeu dans lequel le héros inconnu que vous incarnez, échoue auprès d’une immense tour dressée au milieu de la mer. Étant donné qu’il s’agit de votre seule issue, vous y pénétrez sans trop savoir pourquoi, ni où vous êtes, et ce que vous aurez à y faire. Une entrée en matière plutôt basique pour ne pas empiéter sur le reste du jeu – qui au passage ne nécessite pas vraiment des heures d’introduction. Vous voilà alors à l’intérieur du monstre, dans des décors à la sauce boulonnée ayant vécu, vu leur état.

Test-Vaporum-Steampunk-Dungeon-Crawler01
Ambiance sombre aux saveurs de rouille

Le but du jeu est très simple : une fois dans la tour, et après avoir rapidement fait connaissance avec les différents mécanismes qui vous aideront à progresser, vous vêtirez une armure de combat pour… combattre les ennemis qui se dresseront sur votre route de la compréhension. Séparée en plusieurs chapitres, votre aventure sera semée d’embûches telles que des assaillants robotisés de toute forme ou des puzzles à résoudre afin de pouvoir avancer. Récoltez de l’équipement (pièces d’armure, armes, consommables, …) pour faire évoluer votre exosquelette, ainsi que des notes et des journaux audio pour comprendre dans quel genre de traquenard vous vous êtes jeté. Et ce jusqu’au point final, les réponses à tous ces mystères qui vous hantaient depuis le départ : l’endroit, les faits, et surtout votre identité.

Quelque chose de neuf, quelque chose de vieux…

L’on se sera très vite rendu compte de tout ce qui a inspiré le gameplay et les graphismes de Vaporum, pour peu que l’on soit un gamer aguerri ou un connaisseur plutôt old school.

Puisant dans des jeux tels que Dungeon Master, les développeurs ont choisi la forme dungeon crawler pour leur petit bébé. Il s’agit d’une formule avec vue subjective et plateau « en grille », c’est-à-dire qu’il est divisé en cases sur lesquelles on ne peut avancer qu’en allant en avant, en arrière, à gauche ou à droite. Le système est un peu perturbant pour qui a l’habitude des déplacements libres, mais l’adaptation se fait très vite et l’on en voit même le grand atout stratégique : les ennemis étant soumis à la même règle, des déplacements habiles permettront d’éviter leurs coups ou de les attaquer par derrière. A savoir que les combats sont en temps réel, il vous faudra cependant attendre que votre jauge d’attaque se recharge au bout de quelques secondes avant de pouvoir porter un nouveau coup.

L’interface du jeu nous est aussi familière, elle aussi ayant « subi » l’influence de ses prédécesseurs dans le genre. Il suffit d’ouvrir le panneau d’inventaire pour s’en rendre compte : on l’a déjà vu dans des RPG tels que Diablo où l’on interchange à l’infini les items que l’on retrouve après avoir mis un ennemi K.O. ou ouvert un coffre. Les combinaisons pour votre exosquelette sont nombreuses, à vous de les faire correspondre à votre style de jeu. Choisissez vos armes (une main ou deux mains), vos accessoires, vos protections, … et partez au combat avec le style qui vous ressemble ! Vous l’aurez compris, le but est donc de faire évoluer non pas votre personnage, mais votre combinaison grâce aux multiples possibilités envisageables. Le tout couronné de bonus procurés par des armes ou même par des boss en leur soutirant leurs capacités; qu’il s’agisse de coups spéciaux (corps à corps ou distance) ou de compétences passives, les opportunités sont fluides et variées.

Un deck, des milliers de possibilités

Pour être sûr de mettre la main sur tous ces trésors, le mieux est de parcourir l’entièreté du donjon. Celui-ci étant vaste et recelant nombre de secrets, une carte des lieux est mise à votre disposition afin de mieux vous y retrouver ; elle se met automatiquement à jour au fur et à mesure de votre exploration et ne présente aucune difficulté de lecture. Et si cela peut vous motiver, sachez que chaque recoin exploré peut avoir une petite récompense à la clé

Immersion totale

Test-Vaporum-Steampunk-Dungeon-Crawler Ennemis
Un sens du détail impressionnant, même dans le rendu graphique des ennemis

Grâce à sa qualité graphique tout à fait correcte, détaillée et à la vue subjective, l’immersion dans les entrailles de la tour est effectuée sans difficulté. Des décors sombres, rappelant parfois les bas-fonds de Rapture dans Bioshock, où l’influence du steampunk est plus qu’évidente tant dans les structures mécaniques que dans l’apparence des ennemis. Nous sommes entourés de machineries, de bois, de boulons et d’engrenages, tout cela avec un sens du détail dans les textures non négligeable.

L’entièreté du jeu est doublé, monologues du personnage principal comme journaux audio, et le voice acting est assez bien effectué. Il est possible d’activer des sous-titres afin de mieux suivre tous ces passages oralisés, et après l’anglais qui sera la langue de sortie, de nombreuses autres langues seront disponibles, comme le français, le chinois, l’espagnol, l’allemand, …

Enfin, pas de soundtracks envahissants : l’aventure n’est couverte que part des bruitages émis par les décors, les ennemis et votre personnage. Une ambiance assez calme, quoique peut-être tendue justement à cause de ces bruits qui proviennent de recoins encore invisibles à vos yeux.
La seule composition que vous pourrez écouter avec plaisir sera celle de l’écran titre, et c’est un véritable délice pour les oreilles. On regrettera d’ailleurs que ce soit l’unique, car celle-ci reflète avec brio l’influence steampunk et épique que Vaporum nous offre. Un soundtrack digne d’un grand jeu !

Conclusion

Quelques heures suffisent pour boucler cette aventure délicieuse qu’est Vaporum. Avec la classe des dungeon crawler d’antan, et même s’il n’apporte pas vraiment d’innovation dans le genre, le jeu a rassemblé ce qu’il y avait de meilleur pour satisfaire quiconque se plongera dans son univers. On s’adresse donc à des nostalgiques cherchant une nouvelle histoire à se mettre sous la dent plutôt qu’à ceux qui recherchent une particularité ou une nouveauté spécifique à ce type de RPG.

Vaporum

  • Développeurs Fatbot Games, s.r.o
  • Type Action, aventure, RPG
  • Support Steam
  • Sortie 28 Septembre 2017
Show Full Content

About Author View Posts

Queen Potato

Prof de français excentrique le jour, gameuse la nuit, Queen Potato soumet les jeux vidéo à sa botte pendant des live streams endiablés. Sauf les survival horror. Ceux-là sont encore des espèces qui lui donnent du fil à retordre.

Previous Comment activer la double authentification sur Nintendo Switch
Next Nintendo organise l’official Belgian Splatoon 2 Championship
Close

NEXT STORY

Close

World Turtles, un jeu de construction de colonies sur le dos d’une tortue géante de l’espace, est bientôt disponible sur PC

23/05/2022
Close