megadimension neptunia v ii une

Megadimension Neptunia V II | Test

V bien mieux

Après avoir été relativement déçu par le dernier titre principal de la licence, Hyperdimension Neptunia Victory, on peut dire que nous avons démarré le test de ce Megadimension Neptunia V II avec un certain a priori négatif. En effet, nous ne nous attendions pas à grand-chose de neuf malgré le passage à la next-gen de la série. Au final, qu’en est-t-il vraiment ? Nep-Nep aura-t-elle réussi à nous reconquérir ?

Hyperdimension Neptunia V Mieux

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut savoir que Megadimension Neptunia V II doit être pensé comme Victory 2 et non VII le chiffre romain, que certains confondent parfois avec X-II (clin d’oeil, clin d’oeil).

Victory 2 se veut donc dans la lignée du précédent opus, Hyperdimension Neptunia Victory, qui n’avait pas vraiment réussi à nous séduire. Vous pouvez d’ailleurs aller lire notre test en cliquant ici si vous ne l’avez pas déjà fait. Toutefois, à notre grande surprise, il n’est vraiment pas nécessaire d’avoir fait le précédent pour apprécier ou comprendre ce nouveau titre. Nous n’avions fait que les quelques premières heures du précédent tant son scénario n’avait pas réussi à nous captiver et on ne peut pas dire que ça nous ait pénalisé pour démarrer celui-ci. En effet, on a droit à un bref rappel du contexte avant d’attaquer le scénario principal. De plus, les personnages uniques à Victory ne sont plus de la partie cette fois-ci.

On peut dire que nous appréhendions pas mal ce nouvel opus tant les titres principaux de la série avaient du mal à se renouveler. En gros le concept de ces jeux est quasiment toujours le même. Ils mettent en scène plus ou moins le même casting de personnages : de jolies jeunes filles personnifiant des consoles, des éditeurs ou des licences de jeux vidéo. Du point de vue scénaristique, c’est également toujours plus ou moins la même chose : on assiste à la vie quotidienne et aux aventures de ces personnages bourrées de références humoristiques au monde du jeu vidéo et de fan service.

Bien qu’on ne puisse pas dire qu’il y ait eu un changement radical de concept depuis Victory, nous avons clairement trouvé que Megadimension Neptunia reprend tout ce qui a fait le succès de la série, mais a réussi à le faire mieux tout en redynamisant l’univers. On vous expliquer pourquoi ci-dessous.

Un casting en or

Après avoir fait plusieurs ballades à Gamindustri en ayant passé pas mal d’heures sur les précédents opus, je pense que ce qui réussit à fidéliser le joueur est plutôt lié à l’empathie qu’il développera avec les personnages et à leurs aventures plutôt qu’au gameplay RPG au tour par tour. Un peu à la façon d’un animé, on prend plaisir à voir évoluer la trame principale de l’histoire et à découvrir différentes facettes des personnages via les aventures qui leur arrivent.

Je pense que l’erreur du prédécesseur de Megadimension Neptunia V II a été de ne pas apporter énormément de nouveautés à ce niveau-là. Le rythme de l’histoire était relativement lent et n’arrivait pas d’entrée de jeu à captiver avec un scénario original. Le casting n’était pas non plus fort renouvelé et pour peu d’avoir vu l’animé, les premières heures de jeu paraissaient réellement redondantes. Sur le fond, Megadimension Neptunia n’est pas très différent de son prédécesseur mais il a réussi à rendre le développement beaucoup plus agréable et captivant.

En termes de scénario, le jeu débute d’une façon relativement similaire que dans le dernier opus. Neptune et Nepgear vont se retrouver envoyées dans une autre dimension après avoir découvert une mystérieuse console les appelant à l’aide. Cet endroit, la Zero Dimension, est complètement dévasté et n’a l’air de ne regorger que de monstres pas très amicaux. Cependant, nos 2 héroïnes rencontreront rapidement Uzume, une jeune fille qui semble être la seule rescapée humaine de cette dimension. Elles vont ensuite chercher à l’aider dans sa lutte contre les monstres et son désir de restaurer l’harmonie sur Zero Dimension tout en essayant de rentrer chez elles.

Bien que relativement classique, j’ai trouvé que ce scénario de base ainsi que la personnalité de la nouvelle héroïne réussissent rapidement à captiver. Le rythme de progression de l’intrigue assez rapide n’a jamais donné un sentiment d’ennui dû à trop de blabla inutile. En plus, Il n’est pas nécessaire de devoir « grinder » pour pouvoir finir un niveau avant d’accéder au prochain chapitre de l’histoire.

Un gros effort a aussi été fait au niveau du rythme du scénario via la découpe du jeu en actes qui sont présentés comme des jeux à part entière avec leur nom, génériques de début et de fin propres. Le déroulement du pitch de base que je vous ai introduit plus haut se passe dans le « jeu/acte » Zero Dimension Neptunia : Twilight of the desperate CPUs qui sert au final d’introduction et où vous ne contrôlerez que 3 personnages. S’en suivent alors les actes Hyper Dimension Neptunia G: The Golden Leaders, Reconstructors of Gamindustri et Heart Dimension Neptunia H: Trilogy Finale: Into Legend. Je ne tiens pas ici à vous détailler le contenu de ces 2 autres actes pour ne pas trop spoiler mais je les ai trouvés particulièrement réussis via l’introduction d’un groupe de 4 nouveaux personnages, les Gold Third, ainsi que d’un nouveau duo de méchants qui amènent tous deux une bonne dose d’humour WTF si cher à la série et de références à tout va. L’acte 2 nous fait découvrir progressivement chacune des Gold Third via plusieurs sous-actes n’impliquant qu’une des anciennes CPU et un ou deux personnages de soutien. Ce format nous permet de faire connaissance progressivement avec chacun de ces nouveaux personnages tout en mettant en scène les anciennes héroïnes dans un scénario bien WTF et amusant.

megadimension neptunia v ii gold third

L’une des « Gold Third » : S-Sha. Je pense qu’il ne sera pas difficile de trouver la référence…

Dans sa globalité, la trame principale se veut un peu plus sérieuse que dans les précédents opus, proposant même un dénouement relativement émouvant. Cependant, rassurez-vous, l’humour propre à la série et une bonne dose de fan-service sont toujours au rendez-vous (parce que comme le dit si bien Neptune, le fan service c’est important). Vous serez d’ailleurs sûrement amenés à tenter le new game plus pour voir la vraie fin du jeu. Sachez que tout un tas d’options activables vous faciliteront la vie en new game plus et qu’il vous faudra certainement beaucoup moins de temps pour refaire les événements nécessaires à la déclencher. Du coup, le titre propose une bonne replay value qui n’est pas vécue comme un calvaire après avoir vu la mauvaise fin du jeu. Je dirais qu’il faut environ une trentaine d’heure pour un premier run et qu’une partie en new game plus peut se boucler en moins de 10 heures en zappant la plupart des événements déjà vus.

megadimension neptunia v ii fan service

Un peu de fan-service ne fait pas de mal

Next Gen, Next Form, « same » gameplay

Le passage à la next gen pour Neptunia n’a à vrai dire pas vraiment changé grand-chose en termes de gameplay. On a toujours droit à des dialogues sur plan « semi-fixe » en 2D faisant progresser l’histoire, des villes textuelles servant de hub et des donjons à explorer avec des combats au tour par tour à engager sur la map. Étant donné que les bases restent identiques, je me permets de ne pas tout réexpliquer et vous renvoie gentiment à nos tests des précédents opus … Vous ne m’en voudrez pas, hein ? Soyez choux.

mega dimension neptunia vii worldmap

Comme par le passé, la carte du monde s’étoffe de donjons à explorer au fur et à mesure

Notons d’abord que le rendu graphique a quand même été pas mal amélioré depuis le dernier opus. Les modèles 3D des personnages et des environnements ont été retravaillés pour donner un résultat beaucoup plus lisse et joli qu’auparavant. On a même droit de temps en temps à quelques petites cinématiques réalisées avec le moteur graphique du jeu qui ne sont pour la plupart pas mal fichues du tout. Bon ok,  on est loin de ce qui se fait sur PS4 aujourd’hui mais saluons quand même les améliorations esthétiques qui ont été réalisées.

Hormis ces améliorations graphiques, notons également quelques changements dans certaines mécaniques du jeu. Tout d’abord, le système de scout est de retour, mais en beaucoup moins relou qu’auparavant. Au fil de l’aventure, vous recruterez des scouts qui pourront être envoyés explorer les donjons. Chaque scout aura un effet sur le donjon où il est déployé. Par exemple, certains scouts permettent de changer les monstres qui apparaitront ou encore d’augmenter vos chances de coups critiques. De plus, ils vous enverront régulièrement un rapport de mission qui vous attribuera soit des objets, des sous, de nouveaux scouts, de nouveaux donjons à explorer ou un indice sur comment trouver un des trésors cachés fixes de la zone. Le système est rendu facile d’accès et important du fait qu’il est obligatoire pour accéder aux donjons optionnels.

Ensuite, un autre changement est le système d’investissement dans les différentes régions. Un peu à la façon d’un « tales of « , vous pourrez dépenser votre argent pour investir dans les différentes régions du monde. Vous pourrez soit améliorer les objets vendus en magasin, vous permettre de crafter de nouveaux équipements ou améliorer les parts de marché de cette région en investissant dans les relations publiques. Je ne sais pas si c’était voulu mais j’ai eu plus de mal à faire grimper les parts de marché de Lowee (a.k.a Nintendo Land) …

Pour finir, les plus gros changements sont au niveau du système de combat qui a également été à mon sens légèrement amélioré. Le premier point notable est un système de transformation HDD revu. Dans les anciens opus, pour vous transformer en forme HDD surpuissante, vous deviez remplir une jauge d’EXE drive qui se remplissait très lentement et dont la charge était conservée au fil des combats jusqu’à son utilisation. Du coup, on se transformait assez peu tant il était casse pied de la remplir. Ici, la jauge est remise à 0 à chaque combat mais se remplit beaucoup plus vite en fonction du nombre de coups réussis par tour. Du coup, on peut se transformer presqu’à chaque combat pour bénéficier des bonus apportés par la forme HDD. C’est d’autant plus agréable vu que Megadimension Neptunia apporte une nouvelle transformation encore plus puissante appelée « Next Form ». Vous devrez d’abord passer en mode HDD puis dépenser 1 point de votre jauge d’EXE drive pour passer en Next Form. Grâce à ce nouveau système de remplissage de la jauge d’EXE drive, on peut profiter pleinement de cette nouvelle forme au look bien sympathique dans la plupart des combats.

Parmi les autres changements notables au niveau du système de combat, on retrouve une hitbox légèrement améliorée pour engager le combat dans les donjons et une meilleure maniabilité pour cibler un groupe d’ennemi avec les compétences ou attaques de zone. Un dernier élément sympathique est la gestion de la position de votre personnage par rapport à l’ennemi pour faire par exemple plus de dégâts en attaquant dans le dos ou en positionnant un groupe de personnages pour encercler l’ennemi et réaliser un skill de groupe aux animations plutôt bien foutues. Notons d’ailleurs que les skills se sont vu dotés d’animations retravaillées très agréables à regarder. Sachez aussi que vous pourrez expédier les combats en zappant toutes les animations via la touche L2, sans quoi ils pourraient prendre une plombe vu la longueur de certaines animations.

Conclusion

La licence Hyperdimension Neptunia n’avait jusqu’à présent jamais réellement réussi à nous séduire via ses principaux opus alors qu’elle nous avait ravi en nous servant des spin-offs très réussis. Avec Megadimension Neptunia V II, la licence redonne un coup de boost et de renouveau à la série en apportant son lot de nouveaux personnages charismatiques et bourrés de références humoristiques au monde du jeu vidéo. Le scénario très réussi et beaucoup mieux rythmé nous a même poussé à faire un new game plus pour voir la « vraie » fin là où nous avions abandonné Hyperdimension Neptunia Victory après quelques heures. En bref, on peut dire que tout a été amélioré et ça a été un réel plaisir de suivre les nouvelles aventures de Nep-Nep et ses potes.

megadimension-neptunia-v-ii-ps4-cover

Megadimension Neptunia V II

  • Développeurs Idea Factory
  • Type RPG
  • Support PS4
  • Sortie 11 Février 2015
Note Passion Brulante
Note PXLECTION

Y’a bon!

  • Un nouveau scénario très bien rythmé
  • Un ensemble de nouveaux personnages très bien écrits et plein de références au monde du jeu vidéo rendant le tout captivant
  • Bien que pas foufou techniquement, le rendu global est nettement plus joli et affiné qu’auparavant.
  • Quelques chouettes morceaux dans la BO signés Nao
  • Le character design de Tsunako toujours aussi efficace
  • Une bonne durée de vie et un new game plus attractif.
  • Un système de combat bien repensé permettant également d’enchainer les affrontements très rapidement.
  • Une difficulté bien dosée

Beuargh!

  • Quelques cinématiques qui paraissent encodées en basse qualité. On aimerait en voir un peu plus, bien que les plans 2D « fixes » soient le marque de fabrique de la série.
  • Certains objets non utilisables (ex: les processeurs)
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Avatar

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre