Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3 : V Generation est le remake PSVita d’Hyperdimension Netpunia Victory sorti sur PS3 en 2013. Nous avions récemment eu droit à Re;Birth 1 et 2 remettant les 2 premiers opus de la série à la sauce Victory et voici que Victory est lui-même remanié pour nous offrir une expérience de jeu plus agréable et amasser quelques euros au passage. Que nous réserve donc ce troisième remake ? La réponse ci-dessous.

Le jour de la mascotte

Pour le moins qu’on puisse dire, la licence Neptunia est devenue un réel incontournable de la PSVita tant son catalogue de titres ne cesse d’augmenter. Les 3 RPG principaux se sont aujourd’hui tous vus remis à jour et localisés dans leur version Re;Birth sur PSVita tandis qu’un nouveau titre principal (Victory 2) est sorti sur PS4 au Japon cette année.

De plus, une pléthore de spin-off a vu le jour qui ont pour la plupart également été localisés pour nos chères petites têtes blondes. Nous avons déjà eu droit à un action rpg, un idol manager/dating sims et un rpg stratégique. La licence ne compte d’ailleurs pas s’arrêter là, car d’autres spin-off sont en développement. Bref, ça marche du tonnerre pour Neptune et ses potes, et ce même en occident.

La question que l’on se pose est : pourquoi ? Pour ceux qui ne le savent pas, tous ces titres mettent en scène plus ou moins le même casting de personnages : de jolies jeunes filles personnifiant des consoles, des éditeurs ou des licences de jeux vidéo. Du point de vue scénaristique, c’est également toujours plus ou moins la même chose : on assiste à la vie quotidienne et aux aventures de ces personnages. En gros, c’est tout … Et ça marche comme pas possible.

Étrange, mais peut-être pas tant que ça quand on connaît la culture Japonaise des « mascottes ». On se souvient il y a quelques années de la mode des « OS-tan », ces mascottes représentant différents operating system sous la forme de jolies jeunes filles. Bien que de simples illustrations, leur popularité était assez impressionnante au pays des sushis.

nanami madobe windows tan
Nanami Madobe – Windows 7 Tan – a même son propre anime.

De plus, bon nombre de firmes japonaises ont vu leur popularité augmenter suite à l’introduction d’une mascotte. On pense par exemple à domo-kun, symbole de la chaîne NHK, dont on ne compte plus les produits dérivés.

domo kun kitty

On peut donc dire que la licence Neptunia a complètement repris ces concepts en personnifiant des consoles et en les faisant devenir les nouvelles stars de la culture otaku, presque au même titre qu’une Miku Hatsune. Bref, bien joué Compile Heart.

Retour vers le futur

Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3 : V Generation est la suite directe d’Hyperdimension Neptunia Re;Birth 2. Toutefois, pas besoin d’y avoir joué pour comprendre le concept car vous aurez droit à un prologue récapitulant les événements précédents et introduisant tous les personnages. Ceci est relativement logique si on veut attirer de nouveaux joueurs étant donné que tout repose sur l’empathie envers le casting des personnages.

Le scénario d’Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3 : V Generation peut plus ou moins tenir sur un ticket de métro, comme pour les autres titres de la série.

Suite aux événements de Neptunia Re;Birth 2, on retrouve les déesses de Gamindustri (les jeunes filles personnifiant les consoles, vous suivez ?) dans une situation plus que paisible. Plus personne ne menace la planète et elles passent leurs journées à jouer et glander. Cependant, un mouvement mené par une seule personne vise à renverser cet ordre établi et à se débarrasser des déesses. Par un étrange phénomène, cette personne arrivera à renvoyer Neptune, la déesse de Planeptune dans le passé (en 1989 pour être précis).

A cette époque, Gamindustri n’était pas encore dans son état actuel, plusieurs royaumes comme celui de la Xbox (LeanBox) ou de la Playstation (Lastation) n’avaient pas encore vu le jour.  Seuls ceux de Nintendo (Lowee) et de Sega (Planeptune) étaient présents et avaient trouvé leur déesse. Neptune va donc rencontrer dans cet univers les versions de 1989 des déesses actuelles qui n’avaient pas encore trouvé leur pouvoir. Elle devra leur faire comprendre ce qui lui arrive et trouver une solution pour retourner dans le présent, tout en devant faire face aux 7 sages voulant lui mettre des bâtons dans les roues.

Dis comme ça, ça parait assez ridicule, mais quand on y pense, le scénario d’un Final Fantasy 13 n’est pas beaucoup plus recherché. En résumant en gros, il nous donne aussi des voyages dans le temps et un gros méchant dieu à trucider … *drop the mic* comme dirait notre président.

hyperdimension neptunia plutia
La forme HDD de la nouvelle héroïne, Plutia

Retour en terrain connu

 Au niveau du gameplay, Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3 : V Generation reste en terrain connu. Le monde est représenté par une image fixe sur laquelle se trouvent les destinations visitables et les villes sont représentées par de bluffants menus textuels dont le rendering serait impossible pour le meilleur GPU du marché.

hyperdimension neptunia map

L’histoire progresse via des événements qui se déclencheront lors de la visite de certains lieux ou après avoir effectué une mission. Ils seront clairement indiqués par un petit « event » écrit sur la map. Ces événements seront comme à l’accoutumée des dialogues entre tout un tas de personnages sur un décor 2D statique. Encore une fois, rien de bien foufou. En plus, les personnages sont extrêmement bavards pour ne pas dire grand-chose. Musclez vos pouces ou utilisez la fonction avance rapide quand vous aurez des cloches. On exagère un peu, car il y a quand même pas mal de petites scénettes humoristiques qui valent le détour, encore heureux nous direz-vous.

Vous pourrez également lire des petits commentaires laissés par des NPC sur la carte entre chaque mission qui ajoutent une petite note humoristique sur les événements en cours.

hyperdimension neptunia blaguounette

Une fois les dialogues finis, c’est parti pour effectuer des missions principales ou secondaires sélectionnables depuis le joli menu textuel de la ville. On reste encore en terrain connu, car le système d’exploration et de combat reprend celui de Neptunia V : des combats au tour et déclenchables en engageant le monstre sur la map avec un bon coup d’épée. Si vous tapez en premier, vous partez avec un avantage. Dans le cas contraire, ce sera l’ennemi qui aura l’avantage. Là où le bât blesse, c’est que la hitbox est assez imprécise,  ceci étant un point problématique depuis Neptunia V. Il n’est pas franchement facile de bien viser pour engager le combat avec un avantage.

Une fois le combat engagé, on reste encore dans un système de combat classique mélangeant ceux d’Hyperdimension Neptunia V et de Fairy Fencer F. Lors de votre tour, vous pouvez déplacer vos personnages dans la limite de leur zone de déplacement et taper tout ce qui se trouve dans votre zone d’attaque. Là aussi, bien positionner votre personnage pour toucher un maximum d’ennemis n’est pas forcément facile.

Plus vous mettrez de coups, plus vous remplirez votre jauge de SP vous permettant de vous transformer dans votre forme HDD ou de balancer des skills puissants. Notez que vous pourrez également personnaliser vos combos et que vous pourrez débloquer des attaques puissantes appelées EXE drive au fil de l’aventure.

hyperdimension neptunia combat

Dans le domaine des ajouts sympathiques, on retrouve le système de Lily rank, ou d’affinité, introduit dans les autres titres de la série. Vous pouvez grouper deux personnages pour augmenter leur niveau d’affinité. En combat, ils apparaîtront comme un seul personnage et ce personnage bénéficiera de différents bonus en fonction du niveau d’affinité du couple. Le seul inconvénient est que vous perdez donc un équipier par tour.

hyperdimension oculus

What else ?

Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3 : V Generation apporte également quelques nouveautés par rapport à Neptunia V.

Tout d’abord, il y a de nouveaux événements et dialogues en rapport avec ReBirth 2 ainsi qu’une nouvelle fin qui introduit les événements à venir dans Neptunia V 2.

Ensuite, le système de scout assez compliqué du précédent opus a été remplacé par un mini jeu où vous pouvez envoyer un NPC (stella) gravir une tour et collecter des objets. Si votre personnage meurt en chemin, il perd tout son équipement et ses objets, mais s’il revient sain et sauf, vous collecterez le butin. Ce « mini-jeu » est en fait un élément crucial du jeu si vous voulez voir la vraie fin, donc il va falloir apprendre à le maîtriser.

hyperdimension neptunia stella

Le dernier ajout est assez sympathique et permet de modifier le jeu. Il est d’ailleurs nommé le système de « remake« . Pendant vos explorations, vous pourrez récolter des sticks USB de différentes capacités permettant de stocker des données qui modifieront le jeu, également récoltables dans les donjons ou sur les monstres. Ces données consommeront un espace sur votre clé USB et pourront par exemple changer les monstres d’un donjon, augmenter ou diminuer le niveau de difficulté, changer les musiques, etc…

hyperdimension neptunia remake
Pour 1MB sur votre clé USB, vous pourrez changer la musique jouée sur la carte du monde

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3 : V Generation est certainement le titre le plus abouti de la série du point de vue technique mais n’amène rien de bien révolutionnaire sous le soleil. Nous avons tout de même droit à une refonte du système de combat corrigeant les imprécisions de Neptunia V et à une amélioration des textures et des modèles 3D. Cependant, les bases restent identiques, et comme le disait si bien mon collègue Titiks, ça ne va pas chercher beaucoup plus loin techniquement qu’un titre PS2 (villes textuelles, plans fixes en 2D, level design assez pauvre, etc).

Bien que relativement faible techniquement, tout l’attrait du titre repose sur ses personnages principaux et sur son scénario WTF parodiant les clichés du jeu vidéo et de la culture otaku. Le scénario bien que classique regorge de petits moments humoristiques et mise à fond sur l’empathie que vous développerez pour certains personnages.

Nous conseillerons ce titre aux curieux voulant s’essayer à la série, car il résume les précédents et corrige bon nombre de leurs imperfections de gameplay. Cependant, passez votre chemin si vous êtes allergiques aux clichés des JRPG mettant leur casting de jolies protagonistes en avant comme principal argument de vente ou si passer plusieurs minutes à lire des dialogues sans interaction vous insupporte.

Hyperdimension Neptunia Re;Birth 3 : V Generation

  • Développeurs Idea Factory International, Compile Heart
  • Type RPG moe
  • Support PSVita
  • Sortie 3 juillet 2015

Dans le même genre :

  • Fairy Fencer F
  • Hyperdimension Neptunia, V, Mk2, Re;Birth1 et Re;Birth2

Y’a bon!

  • Le scénario WTF et sa pléthore de références vidéoludiques, otaku, etc…
  • L’humour omniprésent
  • Le character design signé Tsunako
  • L’univers mignon et coloré
  • Le système de combat revisité
  • Le système de « remakes » à débloquer (customisation des niveaux, nouvelles options, etc…)

Beuargh!

  • Rien de neuf sous le soleil pour la franchise
  • Hitbox toujours aussi peu précise
  • Très bavard pour ne rien dire
Show Full Content

About Author View Posts

Papayou

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com

Previous Quand le web s’enflamme pour PXLBBQ
Next Batman Arkham Knight |Test

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Le DLC They Shall Not Pass de Battlefield 1 est gratuit pendant 2 semaines (mais pour toujours)

02/05/2018
Close