Nous voilà enfin parvenu à ce dernier épisode de la première saison de Hitman. En 9 mois, IO Interactive a réalisé le pari fou de totalement repenser les aventures de 47 dans un format terriblement pertinent, mais aussi très casse-gueule. Pour sa dernière incursion en 2016, 47 va infiltrer le complexe hôtelier Gama, situé dans les montagnes enneigées d’Hokkaido et a la lourde tâche d’apporter les réponses laissées en suspens ces derniers mois.

La vue est imprenable... oh tiens un corps...
La vue est imprenable… oh tiens un corps…

Gama Gama Gama Gama Gama Gamaleon…

Vous avez toute mon estime si vous avez compris ce titre. La référence à Culture Club n’est ici pas fortuite, puisque c’est en peignoir que 47 débute son infiltration du centre Gama, gigantesque hôtel de luxe, comprenant un restaurant, des thermes avec une vue imprenable et un complexe médical des plus sophistiqué. Toute l’infrastructure est gérée par une intelligence artificielle nommée KATO, qui gère les entrées et les sorties de chacun via une puce intégrée dans les vêtements.

Les sous-sol de la clinique sont un peu morbides...
Les sous-sols de la clinique sont un peu morbides…

Oubliez donc le fait de tromper les gardes ou de les distraire pour passer en douce : KATO n’a que faire de vos astuces, vous devez porter la combinaison adéquate pour passer – ou trouver un autre moyen d’arriver à vos fins. Cette nouvelle mécanique rajoute un peu de difficulté à l’ensemble, puisqu’en plus de devoir tromper les gardes, vous devrez parfois vous faufiler derrière eux en profitant de leur passage pour entrer dans certains endroits.

Reste maintenant à donner à ce Hitman l’ampleur scénaristique qu’il mérite

Y'a toujours moyen d'entrer... mais j'espère qu'il porte un slip
Y’a toujours moyen d’entrer… mais j’espère qu’il porte un slip

Dommage par contre que le rôle de KATO se limite au portier, car je n’ai pas vu d’autres réactions de sa part. On obtient toujours un bonus pour avoir détruit les enregistrements, mais la présence de l’IA de l’hôtel se veut complètement passive, ce qui peut être surprenant dans ce genre de complexe réservé aux personnes riches, influentes et peu scrupuleuses.

Votre mission vous imposera cette fois deux cibles – ce qui peut paraître peu après les 4 du Colorado – donc un ancien membre de l’ICA ayant trahi son organisation et attendant une importante greffe délicate et déontologiquement illégale. Vous aurez également maille à partir avec Yuki Yamazaki, une femme de loi peu scrupuleuse déambulant dans le complexe librement et sous bonne garde. Si les  cibles sont moins nombreuses, c’est aussi parce que les zones dans lesquelles vous aurez à évoluer sont limitées. L’hôtel regorge de passages et de raccourcis en tout genre qui vous seront accessibles avec beaucoup d’astuces ou les bons vêtements sur le dos. A moins que vous n’optiez pour le piratage de certaines portes.

Nom de code : Yuki Assam MR
Nom de code : Yuki Assam MR
Faites pas attention à moi...
Faites pas attention à moi…

On note aussi le retour des opportunités, plutôt astucieuses cette fois, et plus originales que celles du Colorado, qui m’apparaissaient quelque peu forcées et inutilement compliquées. Ici, nous avons plusieurs moyens plus ou moins originaux de se débarrasser des cibles en toute quiétude – même en ne les approchant pas.

Le lieu se révèle assez fascinant, mêlant la tradition japonaise, les couloirs emmêlés des laboratoires secrets et la vue à couper le souffle depuis les remparts extérieurs ou l’onsen bien rempli de clients fortunés. Et si les lieux semblent calmes, ils sont truffés de gardes à différents niveaux, allant du service de sécurité des lieux, en passant par la garde rapprochée de Yuki, les gardes de la seconde cible et bien entendu, le personnel médical d’une zone interdite au public.

Les opportunités peuvent s'avérer pleines d'humour
Les opportunités peuvent s’avérer pleines d’humour

You come and go…

Nous attendions des réponses pour ce dernier épisode, du liant qui permettrait de compléter les pièces du puzzle et le moins que l’on puisse dire c’est que le final déçoit. Colorado proposait une belle avancée scénaristique, et on se rend malheureusement compte que cet élan se voit ici stoppé net par une cinématique de fin tout sauf satisfaisante.

On reste dubitatif sur la fin quand même...
On reste dubitatif sur la fin quand même…

Alors certes, le cœur de cette version de Hitman n’est pas son scénario, mais bel et bien ses niveaux pensés pour être retournés dans tous les sens jusqu’à la perfection, et nous n’avons heureusement pas besoin de l’enrobage narratif pour apprécier l’expérience qui reste excellente. Néanmoins, proposer un cliffhanger somme toute banal et ne résolvant rien de tout ce qui a été amené jusqu’ici reste une décision qui en décevra plus d’un. On nous annonce somme toute ici néanmoins qu’IO est décidé à creuser un peu plus la personnalité de son agent taciturne préféré dans la prochaine saison, que l’on espère pour le coup un peu mieux narrée.

Conclusion

Double conclusion ici.

Pris seul, cet épisode d’Hokkaido est pleinement satisfaisant, plus original d’ailleurs que Colorado, qui reste à mon sens le plus faible des segments. Si l’on excepte l’IA de l’hôtel un peu mise de côté en terme d’élément de gameplay, la difficulté est rehaussée d’un cran par le fait que se changer devient primordial pour déverrouiller des accès. Les opportunités – point faible également de l’épisode précédent – sont ici non seulement originales, mais également assez drôles. Le lieu regorge également de petits passages, raccourcis et autres portes cachées qui mettront à mal votre cartographie mentale, tout en restant très concentré.

Pris en tant que dernier épisode d’une saison, on ne peut malheureusement qu’être déçu du final. Si il augure du bon pour la suite, on retombe bien bas après les révélations du Colorado sur le client de l’ombre pour arriver sur un Cliffangher relativement peu acceptable compte tenu du temps d’attente pour accéder à la prochaine saison.

Néanmoins, IO a réussi son pari de relancer Hitman dans un format peu conventionnel. Un grand soin a été apporté à chaque niveau, on voit que le temps entre chaque épisode a été mis à profit pour affiner certaines choses, tous les niveaux sont différents et proposent leurs propres mécaniques, des heures de jeu et fourmillent de possibilités pour les assassins en herbe tout comme pour les néophytes.

Le Reboot est efficace et réussi à à concilier quantité et qualité. Que les fans d’infiltration et d’assassinat se rassurent : l’Agent 47 est en très grande forme dans cette première saison, et on ne voit aucune raison de bouder Hitman version 2016, bravo IO !

Reste maintenant à donner à ce Hitman l’ampleur scénaristique qu’il mérite, sans quoi on restera avec une tempête dans un verre d’eau.

Hitman : Hokkaido

  • Développeurs IO Interactive
  • Type Infiltration létale et zen
  • Support PS4, PC, XBox One
  • Sortie 31 Octobre 2016

Y’a bon!

  • Le complexe Gama aux multiples visages
  • Les opportunités amusantes
  • Les costumes prennent toute leur importance ici

Beuargh!

  • Le final ? Quel final ?
  • L’IA du complexe sous-exploitée
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Dishonored 2 se lance avec un trailer
Suivant Overwatch : un week-end gratuit du 18 au 21 novembre
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Zelda Link’s Awakening: un petit trailer poétique à J -1

19/09/2019
Close