Knight Squad

  • Developpeur: Chainsawesome Games
  • Editeur: Chainsawesome Games
  • Type: Party Game
  • Support: PC
  • Sortie: Early Access Steam

Dans le même genre :

  • Bomberman
  • Towefall Ascencion

Durant une foire estivale du jeu vidéo en terre germanique, nous pûmes sur Équipe de Chevalier nos mains poser. L’amusement et la joie fut telle que nous nous jetâmes alors sur la version anticipée dudit jeu. Prenez place et lisez miennes paroles sur ce jeu qui fit sensation à la cour. 

 We Already Got One

Dedans le monde vidéo ludique, j’affectionnons particulièrement ce que d’aucun dénomme « Party Game« . Ces jeux autour desquels se réunissent amis, dans des parties endiablées et rapides. C’est donc tout naturellement que j’accueillons Knight Squad dans mien salon en compagnie de miens frères d’armes Hugues le Chateux, Paul de la Louse et Henry Lesnerfs. Juste rentrés de croisade nous lançâmes donc une partie intitulée Quête du Graal. Quelle étrange coïncidence. En vue de dessus tel Bomberman, le but était de déplacer nostre avatar jusqu’au centre du terrain afin d’y récupérer le Saint Graal, pour ensuite le rapporter dans sien campement de départ. Animé par mienne foi, je me jeta donc dans la bastaille. Mienne fut la chance, car chemin faisant je tomba sur une épée plus longue qui me donna un non négligeable avantage face à mes ennemis. La pression d’un simple bouton suffit pour lancer miennes attaques envers les assaillants, eux aussi armés jusqu’aux dents, j’y ai vu des arcs, des arbalètes et des perforeuses de murs. De temps à autres apparaient sur le terrain des éléments beaucoup plus puissants et sournois. Ainsi, ce brave Henry Lesnerfs trouva une monture et une fois sur sien destrier, il fut plus redoutable que cents anglois. L’ami Paul de la Louse, sembla un moment entouré d’un halo de lumière, allait à vive allure et détruisait instantanément tous les ennemis qui sur sien chemin se trouvaient. Mais il finit par imploser rasant tout autour de lui. Henry appela cet effet Quamiquase, je ne sais s’où tel nom il a sorti. Quant à ce cher Huges le Chateux, il s’empara d’un petit appareil animé de magie noire, tirant des rayons destructeurs perforant même les murs! Mais vostre brave serviteur ne s’en laissa pas impressionner. Le temps d’occire quelques ennemis, je m’empara du Graal, hélas, je n’avions pas prévu que sa possession ralentirait mienne progression. Je vis mes compagnons sur mes talons, en chasse j’étais pris, et en péril était ma vie. Je passa alors sur une zone, qui déclencha l’apparition de sbires qui à mien service, se jetèrent sur mes assaillants. Le Graal en lieu sauf, je marqua donc un point. Mais du temps il restait, et un nouveau Graal au centre apparu et la bastaille reprit de plus belle, avec toujours autant de perfidie et de malice.

Eki Eki Eki Eki Patang Zuuu Pang!

Une fois l’aventure du Graal achevée, nous nous essayâmes à d’autres joutes virtuelles. Toujours en chacun pour soi, le mode Gladiator vous donne des points pour chaque ennemi occis, mais surtout, des points supplémentaires pour chaque seconde passée au centre du terrain. Icelui se transforme alors en un rugueux champ de bataille où tous les coups sont permis. Henry Lesnerfs excella et fit montre de ses talents en faisant preuve d’une rare maestria de l’arsenal à sienne disposition. Dans le mode Last Man Standing, il faut être le dernier survivant pour gagner. Roublardise est de mise, et à ce jeu-là, Hugues le Chateux se montra le plus habile, sachant attendre son heure, et que le nombre d’opposant se réduise, il semblait parfois sortir des ombres pour pourfendre vilement dans le dos. Vile tactique que voici, mais diablement efficace. Il fut naturellement traité d’enfant de mauvaise engeance à mainte reprise, mais cela semblait l’amuser, plus que l’agacer. Enfin, nous jouâmes à Kill’m all. Ici, il fallut éliminer tous ses opposants, mais dans un ordre donné, chacun en ayant un différent, nous sommes donc à la fois chasseur et chassé, parfois même par plusieurs rivaux en même temps. Comme dirait mien fillot: « beaucoup de fun ».

Bien divertis de nous êtres affrontés, et après une pause bien méritée, nous décidâmes de mettre nostres talents en commun en jouant aux modes en équipes. Nous commençâmes par le Team Death Match, où il faut simplement tuer le plus d’adversaires possible. Classique et efficace en somme. Nous passâmes alors à un jeu fort divertissant appelé Soccer, où il faut à force de coup d’épée une énorme boule de pierre faire avancer jusque dans le but adverse. Stratégie est de rigueur et une fois encore, les armes spéciales tombées du ciel viennent ajouter leur dose de sel. Nous triomphâmes une fois de plus ce qui permettait à Paul de la Louse d’ajouter victoire à son tableau personnel qui n’avait pas brillé lors  des épreuves individuelles. Nous continuâmes nostre aventure par Crystal Rush. Le but étant d’aller détruire de gros cristaux dans zones ennemies, les tâches il faut se répartir. Hugues et moi-même nous concentrâmes donc sur la défense de nostre cristaux tandis qu’Henry et Paul, enhardis par la liqueur de malte se jetèrent à l’assaut des cristaux ennemis. Rude fut la bastaille et mainte fois nous mourûmes, mais c’est triomphant que nous sortîmes de ce qui restera dans les mémoires, comme Le Jour où Paul de la Louse offrit la victoire! Nous finîmes cette folle nuitée par une chasse au drapeaux et une domination de territoire. Deux modes de jeux certes classiques mais toujours aussi amusant.

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

Morale:

Si ta soirée tu veux égayer, si entre amis tu aimes rire et t’amuser, si de Bomberman ou TowerFall Assencion tu es adepte, tu trouveras en Knigt Squad une nouvelle aventure pour toi et tiens compagnons. Accessible en early access sur la plateforme Steam, c’est une bonne dose d’amusement que voici et que vostre serviteur vous recommande, d’autant que dans un futur, un mode en ligne semble prévu à en juger par les noms des menus. Je terminerai en qualifiant la musique de barbare, celle-ci ne semble pas nostre bonne époque, miens fillot qualifie ceci de « techno-électro » mais au final elle vient rythmer les bastailles de fort belle manière, ce qui avouons le cher lecteur, est bien l’essentiel. 

Y’a bon!

  • Très simple et Très Amusant
  • Moultes modes de jeu

Beuargh!

  • Pas encore de Online mais ça arrive

La désinfo en +

Que faut-il pour être chevalier?

Tout d’abord suivre l’enseignement d’un maitre pour apprendre à maîtriser sa cosmo énergie, il faut ensuite battre ses rivaux pour obtenir une armure, genre en bronze. Et voilà te voilà chevalier. Après, c’est un peu galère, il y a plein de monde qui veut te taper, tu dois monter des millions de marche dans des temples en Grèce et chialer la mort de tes potes (mais en fait ils le sont pas vraiment donc c’est cool)

Show Full Content

About Author View Posts

Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous Super Smash Bros 3DS : le million au Japon
Next Divinity Original Sin : un DLC gratuit disponible

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Hardspace: Shipbreaker débarque sur consoles le 20 septembre

24/08/2022
Close