Un an après sa sortie sur PS3 et Xbox 360, Dark Souls II signe son retour sur la new gen. Une réédition qui a plus à offrir qu’un simple lifting graphique puisqu’une partie du contenu a également été changée. Petit tour d’horizon de ce remake.

Après avoir enfourné la galette dans notre mange-disque, on remarque sans peine que Dark Souls II : Scholar of the First Sin profite pleinement de la puissance accrue qu’offre la nouvelle génération de consoles. Le titre affiche en effet le joli (et bien trop rare) duo du 1080p à 60 images par seconde. Un framerate qui est d’ailleurs rarement pris en défaut, en tout cas sur la version PlayStation 4 que nous avons testée. Ca reste fluide, à quelques rares exceptions près, même avec une palanquée d’ennemis qui vous coursent. Et mine de rien, ça file un bon petit coup de boost au gameplay ces 60 images par seconde. A côté de ça, certaines textures gagnent en finesse, l’aliasing est moins présent et surtout (mention spéciale coup de coeur) les effets de lumières sont vraiment classes. On peut juste regretter cet effet de flou appliqué sur les décors plaqués au loin, histoire de masquer le fait qu’ils n’ont pas été retravaillés. Hormis cet écueil, la magnifique direction artistique de From Software est clairement sublimée par ce pimpage visuel.

Le premier panorama qui claque
Le premier panorama qui claque

Bon, par contre, si vous aviez pratiqué le titre sur PC, les différences graphiques ne vous sauteront pas sauvagement au visage, surtout si vous jouiez déjà avec tous les curseurs poussés au maximum vers la droite. Par contre, pour celles et ceux qui se sont cantonnés à la old gen, Scholar of the First Sin est clairement une version plus aboutie sur le plan technique, sans pour autant faire oublier qu’on est en fasse d’un portage. C’est donc plus beau, mais il y a quoi d’autre qui pousserait le joueur à investir ou réinvestir dans le titre ?

DARK SOULS II : Scholar of the First Sin Image du jeu sur PS4Côté ajout, Dark Souls II : Scholar of the First Sin contient les trois DLC sortis après son lancement, aka la trilogie de la Couronne (Crown of the Sunken King, Crown of the Old Iron King et Crown of the Ivory King). Des DLC très réussis, comme l’ami Bery vous en parlait dans son test consultable juste ici. Mais alors que les développeurs auraient pu, comme certains de leurs confrères, se contenter de refourguer une réédition complète juste remise au goût du jour graphiquement, ils ont également décidé de modifier certains éléments de la campagne principale du jeu. Le studio a ainsi déplacé des objets importants de place, tandis que divers monstres ont été ajoutés, déplacés ou, plus rarement, supprimés par endroit. C’est sympa mais parfois ce rehaussement vraiment trop important du nombre d’ennemis donne une impression de remplissage à la va-vite. Et parallèlement, il est encore plus ardu d’avancer à certains endroits, surtout pour les novices. Toujours est-il que ces modifications du placement et du nombre des ennemis obligera les vieux baroudeurs à réapprendre un nouveau cheminement. De nouvelles armes, ennemis, descriptions d’items ont aussi « popé » sur la galette. Le multi de son côté peut dorénavant accueillir jusqu’à six personnes au lieu de quatre jadis. Au rayon des curiosités bien lourdes, ces moutures new-gen héritent d’un bug déjà présent sur PC : tout comme le framerate, l’usure des armes est accélérée. Ce problème avait déjà été remonté à l’époque, et il refait surface aujourd’hui. Un tel bug, et déjà connu de surcroît, passe mal. Heureusement, les équipes techniques planchent dessus, ça devrait donc être corrigé très rapidement.DARK SOULS II: Scholar of the First Sin

VOUS ETES MORT (mais tout va bien)

Hormis ce qui a été cité plus haut, l‘essence du jeu reste la même, à savoir une expérience impitoyable ne laissant pas de place à l’amateurisme. En effet, Dark Souls II est une production intransigeante où les mécaniques de jeu s’appréhendent seul et bien souvent dans la douleur. La moindre rencontre avec un ennemi peut très vite virer au drame pour peu que vous relâchiez votre attention une seconde. Dans ces combats exigeants mais toujours justes, il est essentiel d’apprendre à gérer sa jauge d’endurance, d’exploiter au mieux la panoplie d’actions qui nous est offerte et de connaitre son adversaire, pour espérer vaincre. Savoir se battre est important, mais maitriser son environnement est tout aussi primordial. Parce que le level design, très intelligent, donne lui aussi cette méchante impression d’en vouloir à vos points de vie. Tout ça mis ensemble donne vie à un apprentissage retors du jeu dont il émane une tension perpétuelle, parfois éreintante. Mais au final, il en ressort quelque chose de gratifiant et de passionnant. Certes, Dark Souls II vous mettra constamment la pression, mais il sait rester à sa place de produit vidéoludique en étant divertissant et en filant ce bon gros sentiment d’achievement et de dépassement de soi lorsque l’on vient à bout d’un obstacle, qui paraissait pourtant insurmontable plus tôt. Ajoutez à cela un contenu hyper costaud, une histoire qui se raconte de manière peu conventionnelle, une bande son qui défonce et des panoramas vraiment très jolis, et vous comprendrez pourquoi la saga des Souls est une expérience forte et marquante qu’il faut avoir côtoyée au moins une fois.

Enfin, un moment de répit
Enfin, un moment de répit

Conclusion

Si vous avez déjà torché en long, en large et en travers Dark Souls II sur PS3, Xbox 360 et/ou surtout sur PC, il est difficile de vous conseiller de repasser à la caisse pour ce remake. Et ce, malgré ses indéniables qualités, qu’elles soient intrinsèques ou dues au remake. Cependant, si vous n’aviez jamais parcouru le jeu ou ses trois DLC, ce remake pourrait être une bonne occasion de le (re)découvrir en compagnie de ses améliorations graphiques et de sa fluidité en 60 images par seconde. Pour ce qui est du jeu en lui-même, Dark Souls II : Scholar of the First Sin jouit des mêmes qualités que son aîné. Un jeu doté d’un challenge puissant et bien équilibré qui mettra votre vaillance de joueur à l’épreuve dans des environnements vastes et intelligemment conçus. Une expérience marquante, parfois cruelle, mais toujours passionnante.

Dark Souls II : Scholar of the First Sin

  • Développeurs : From Software
  • Type : Action-RPG exigeant
  • Supports : PS4 / Xbox One / PC
  • Sortie : 2 avril 2015

Dans le même genre :

  • Dark Souls
  • Demon’s Souls

Y’a bon!

  • 1080p et 60 FPS
  • Tous les DLC
  • Une redécouverte du titre
  • Textures plus fines
  • Effets de lumières
  • Un titre exigeant mais prenant

Beuargh!

  • Un peu cher si vous avez déjà le jeu de base
  • Encore quelques bugs
  • Trop d’ennemis ajoutés par endroit
Show Full Content

About Author View Posts

Mr Scintillant

Actuellement, je tape la carte sur MTG Arena et Legends of Runeterra, tout en continuant mon marathon Kingdom Hearts

Previous Armored Warfare : les dates de l’accès anticipé avant la bêta ouverte
Next L’Ombre du Mordor sortira son édition GOTY en mai

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Les cinq court-métrages préquels de Marvel’s Midnight Suns sont disponibles

29/11/2022
Close