Tower of Fantasy est un Action RPG Free to Play en mode ouvert partagé qui a beaucoup fait parler de lui depuis sa sortie mondiale le 11 août 2022 sur PC, IOS et Android. Son esthétique anime en cel-shading et son gameplay font inévitablement penser aux cadors du genre tel que Genshin Impact. A-t-il son identité propre et mérite-il de se lancer dans l’aventure ? Je vais essayer de vous donner mon avis dans cet article qui est basé sur la version Beta du jeu.


Tower of Fantasy


Supports : PC, IOS, Android

Genre : Action RPG (Free to Play)

Date de sortie : 11 août 2022

Editeur : Level Infinite

Développeur : Hotta Studio

Multijoueurs : oui


Un melting pot de nombreux ingrédients savoureux qui laisse un arrière gout étrange, mais pas si désagréable.


  • Le monde ouvert partagé, riche à explorer (avec pas mal de gadgets)
  • Un character design « anime » réussi
  • Un scénario principal prenant mais classique
  • De nombreuses activités en multi
  • Un système de gacha relativement généreux
  • Le système de simulacre ne contribue pas à l’immersion ou à l’attachement aux personnages
  • Le design du monde n’est pas à la hauteur des personnages
  • Rigidité des animations et difficulté d’appréciation des distances en combat

Un peu de contexte

La sortie mondiale de Tower of Fantasy est déjà quelques semaines derrière nous. Publier cet article aujourd’hui a pour but de vous donner mes impressions générales sur le jeu plutôt que d’être un test complet d’un joueur assidu depuis la sortie.

Notez également que cet avis est basé sur une version Beta du jeu, à laquelle j’ai reçu accès un jour avant le sortie mondiale du jeu. De fait, une fois arrivé sur le serveur de Beta test, j’ai eu la désagréable expérience de me retrouver seul dans un monde sensé être ouvert et massivement partagé.

A coté de ça, j’avais accès à un menu GM (Game Master) en Chinois non traduit ou accompagné de la moindre explication. Pour vous donner une vue imagée, mon état pendant ce test oscillait entre « confused Travolta » et « i have no idea what i am doing ». Je cliquais partout dans le menu GM pour découvrir ses fonctionnalités à l’arrache.

Exploration Impact

Si comme moi vous avez joué à des jeux tels que Breath of the Wild, Genshin Impact ou Honkai Impact, vos premières heures de jeu vont certainement être marquées par un nombre incalculable de références à ces derniers. C’est à un point tel qu’il est assez difficile de trouver l’identité du jeu et de s’immerger dans son monde.

Dans l’ensemble, le système d’exploration et le character design, bien que plutôt réussis rappellent presque trait pour trait ceux de Genshin Impact. Vous êtes en effet dans un monde ouvert avec un style « anime waifu » en cel-shading, où vous pouvez escalader tout et n’importe quoi pour peu que votre barre d’endurance ne tombe pas à 0. La quête principale vous est servie sur des rails et vous demandera d’augmenter votre niveau d’aventure pour la débloquer progressivement. De nombreux points d’intérêts sont éparpillés sur la carte, comme des tours vous permettant de lever le « brouillard de guerre » et de vous téléporter. Vous aurez aussi des « donjons » solo et multi que vous devrez farmer en boucle pour obtenir les différentes ressources qui servent à améliorer vos armes et équipements.

Hotta Studio a même poussé le bouchon jusqu’à copier le personnage de Paimon, ici appelé A-mi, petit robot insupportable vous servant de navigateur.

A-mi , AKA Paimon, fait son entrée

Multijoueur et originalités

Il y a tout de même un élément majeur qui démarque le monde de Tower of Fantasy par rapport à la concurrence: son monde ouvert partagé. Vous pourrez en effet croiser d’autres joueurs vaquant à leur occupation et participer ensemble à des événements multijoueur (donjons, boss du monde ouvert, etc.). Je pense que ces points pourraient séduire les joueurs de Genshin en manque de contenu social et peuvent réellement lui faire de l’ombre.

D’autres éléments mineurs tels que le fait de pouvoir personnaliser votre avatar avec un outil de création de personnage assez riche ou un bon paquet d’outils d’exploration (véhicules, mecha, planche de surf et j’en passe…) donnent également une dimension supplémentaire et agréable à l’exploration. Il est toutefois dommage que la modélisation des environnements soit assez pauvre comparée à celle des personnages.

Un aperçu de la carte de la première planète à explorer

Waifu Impact : For science

Les waifus: c’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. C’est un point qui fait souvent polémique avec les jeux à la thématique anime. La presse reproche régulièrement aux développeurs de ce genre de jeu de sexualiser à outrance les personnages féminins. Tower of Fantasy ne fait pas vraiment exception à la stratégie actuelle du marché en adoptant la stratégie du Tartuffe de Molière: « couvrez moi ce sein que je ne saurais voir« .

Autrement dit, sans jamais en faire plus que ce que la décence tolère, le titre va proposer un nombre conséquent de personnages féminins « à collectionner » qui vont flatter la rétine des amateurs du genre ainsi que des « skins » (costumes) parfois révélateurs. De plus, « histoire de rester politiquement correct », le jeu copie la pseudo-censure de Genshin Impact qui fait disparaitre le postérieur de vos personnages pendant les phases d’escalade ou lorsque vous réorientez la caméra. Hypocrisie quand tu nous tiens.

For science: disparition progressive de pantsu

Une particularité de Tower of Fantasy est que vos « waifu » sont en fait vos armes. Vous n’avez qu’un seul personnage, votre avatar, dont vous créez le look de toute pièce. Cependant les armes rares sont en fait « l’esprit de combattants légendaires » (un peu à la façon de valkyrie profile) et bénéficient d’une modélisation 3D appelée simulacre. Si le cœur vous dit, vous pouvez décider de revêtir l’apparence d’un simulacre et ainsi vivre l’aventure sous les traits de votre waifu préférée. A l’heure où j’écris cet avis, je pense qu’il n’y a pas plus de deux simulacres masculins.

Un des simulacres dont vous pouvez prendre l’apparence

Gacha : Chipeur, arrête de chiper !

Tower of Fantasy, en bon free to play qui se respecte, a bien évidemment implémenté un business model basé sur le système des Gacha. Plusieurs types de ressources vont vous permettre de tenter votre chance pour obtenir des armes (personnages-simulacres) ou matériaux rares avec un taux de probabilité relativement bas.

Je tiens tout de même à souligner que la plupart des ressources permettant de faire ces tirages peut s’obtenir en faisant des quêtes ou en explorant (sans dépenser d’argent réel) et que le taux d’obtention d’un objet rare semble plus généreux que chez la concurrence. De fait, un système de « pity » vous garantit un objet de rareté maximale après un certain nombre de tirages malchanceux et un autre système vous permet d’obtenir 10 tirages à prix dégressif en « monnaie ingame » jusqu’à la gratuité après 2 semaines. En moyenne, il m’a fallu environ 40 à 50 tirages pour obtenir un personnage sur une bannière avec un système de pity maximum de 80 tirages (merci le menu GM où j’ai compris comment générer plein de monnaie ingame en cliquant n’importe où).

Pas de bol

Honkai Battle

Le système de combat de Tower of Fantasy n’a pas fait dans l’originalité pour son système de combat. Il a clairement copié sur celui de Honkai Impact.

Votre avatar peut équiper jusqu’à 3 armes simultanément. Tout le système de combat se base sur le fait de changer d’arme au bon moment pour effectuer des combos en utilisant les compétences d’armes associées. Elles ont chacune des compétences et éléments propres pour donner une dimension assez stratégiques aux combats.

Bien que le coté stratégique soit plutôt intéressant, la réalisation laisse toutefois un peu à désirer. Les combats donnent une impression de rigidité dans les animations assez désagréable. Ils manquent à mon sens de fluidité malgré un système d’esquive et de positionnement à adopter pour éviter les attaques ennemies. De plus, j’ai trouvé qu’il n’était pas intuitif d’évaluer les distances entre le joueur et l’ennemi. On a de fait tendance à rentrer dans le tas et bourriner plutôt que de faire dans la finesse.

Mon monde beta tout vide et tristounet

Tower of Fantasy

Papayou

L’avis de Papayou

En Bref

Tower of Fantasy m’a laissé un sentiment étrange tant il est difficile d’oublier toutes les séries dont il s’inspire et de s’immerger dans son monde ouvert.

Mes premières heures de jeu ont été passées à remarquer la copie du système de combat d’Honkai Impact, de l’esthétique des personnages et de nombreux éléments du système d’exploration de Genshin Impact ou encore des mécanismes courants de jeux à monde ouvert partagé tels que Guild Wars ou Lost Ark. Une fois tout ça mis ensemble à la sauce Tower of Fantasy, force est de constater que le résultat n’a pas beaucoup de saveur. Je regrette vraiment le manque d’immersion dû à la façon dont les « personnages-armes » sont implémentés, à la rigidité générale des animations et au design du monde ouvert peu enchanteur.

Toutefois, sa dimension multijoueur et le nombres d’activités à réaliser en groupe en font à mon sens un jeu intéressant à essayer entre amis ou à explorer pour son coté social. Le contenu end-game et les updates réserveront peut-être un peu de challenge en multi mais pour l’instant le jeu semble vraiment trop facile. Si vous n’accrochez pas à son histoire ou à son univers, il y a assez peu de chance que ce jeu vous emballe énormément.

3
Show Full Content

About Author View Posts

Papayou

Amateur de japonaiseries en tous genres, rédacteur et correcteur sur pxlbbq.com

Previous La SEGA Mega Drive Mini 2 est disponible en préco en Europe
Next Test : Steelrising – Quand Spiders roule des mécaniques et s’auto-mate

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Red Art Games va publier des versions physiques limitées de As Far As The Eye

15/04/2022
Close