Ys Origin est une préquelle de la série préférée de Papayou, avec des liens directs avec Ys I et Ys II , et le seul jeu à ne pas mettre en scène Adol. Si nous vous avions déjà sorti un test lors de sa sortie PS4, je m’attelle cette fois à la version Switch en tant que profane.


Ys Origin


Supports : PS4, PSVita, Switch

Genre : Action RPG

Date de sortie : 01 Octobre 2020

Editeur : DotEmu

Développeur : Nihon Falcom

Multijoueurs : Non


Ys Origin est une excellente porte d’entrée à la saga d’Adol


  • Un rythme soutenu adapté au nomade
  • Une durée de vie de 10h par run
  • 3 personnages jouables
  • En français
  • L’origine de toute la série
  • Une progression gratifiante, entre énigmes, boss et exploration
  • La BO est géniale
  • Visuellement toujours agréable à regarder malgré son âge
  • Une progression en ligne droite qui pourrait en frustrer certains

La tour et les deux déesses

Bon, pas en total profane, il est vrai. J’ai déjà traîné mes guêtres sur les épisodes Ark of Napishtim et Memories of Celceta en son temps, mais toujours avec cette impression d’avoir loupé quelque chose, de ne pas pouvoir comprendre toute les références d’Adol et de Dogi. Bonne nouvelle si vous êtes comme moi, et à quelques semaines de la sortie d’Ys IX: Monstrum Nox, voici que ressort sur Switch Ys Origin, épisode qui ne demande aucun pré-requis à la série et qui nous fera gravir une gigantesque tour démoniaque à la recherche des deux divinités disparues d’Ys.

Un point de départ on ne peut plus classique pour cet Action-RPG de 2006, mais qui fait quand même drôlement du bien. Le titre donne en effet l’impression de nous renvoyer à un certain âge d’or un peu naïf mais rafraîchissant du RPG japonais avec ses personnages classiques (guerriers, prêtres…), l’exploration d’un lieu unique mais aux environnements variés, ses boss gigantesques et son ascension vers les cieux (un thème récurrent dans le jeu de rôle japonais, traditionnellement déicide). 

Ys Origin propose principalement l’exploration – l’ascension pour être exact – d’une gigantesque tour dans laquelle il faudra abattre des hordes d’ennemis en temps réel, résoudre quelques énigmes, trouver des artefacts et combattre des boss souvent énormes. En terme d’intrigue, personne ne sera perdu puisqu’on y voit un petit groupe se diriger vers une tour du mal afin de trouver deux déesses qui s’y sont rendues de leur propre chef pour une raison inconnue.

L’histoire est somme toute classique mais fait intervenir assez de protagonistes pour rester intéressante à suivre. On incarnera au choix Yunica ou Hugo, mais le chemin est exactement le même. Les dialogues sont bien entendu adaptés au protagoniste sélectionné, mais il n’y a pas plus de différence que cela. Relativement court et très bien rythmé, Ys Origin est un titre que l’on prendra plaisir à refaire une ou deux fois supplémentaire, puisqu’une fois le voyage de Yunico et Hugo terminé, vous pourrez débloquer un troisième personnage.

Dépourvue de magie, Yunica se bat avec une hache et une épée au corps à corps tandis que Hugo utilisera une lance et des attaques à distance. Les combats sont rapides, violents et expéditifs, on peut facilement se laisser submerger par les démons de la tour et déchaîner sur eux les diverses techniques acquises en cours de route. 

Bien entendu, les boss vous demanderont de savoir jongler entre vos différents pouvoirs afin d’être vaincus ainsi que de mémoriser leurs patterns respectifs. N’oubliez pas non plus de ramasser tous les objets dans les coffres afin de laisser vos compagnons améliorer vos armes, sans quoi, vous ne ferez que peu de dégâts. Et comme vous n’avez aucun moyen de vous soigner, chaque combat de boss se révèle assez tendu.

Heureusement, augmenter son niveau est assez simple, puisque les ennemis réapparaissent à chaque fois que vous quittez une pièce, mais les ennemis vaincus laisseront également de l’argent et des bonus d’attributs temporaires qui peuvent être ramassés. Cet argent peut ensuite être dépensé dans les sanctuaires de la déesse, qui servent également de points de sauvegarde et de destinations de téléportation, pour des améliorations d’armure et d’autres bonus. Les armes peuvent également être améliorées à la base de la tour en échange de minerai de cleria dans des coffres spécifiques. Comme le reste du jeu, les systèmes sont tous simples et utilisés très efficacement.

En terme d’exploration, la plupart des étages exige de trouver un objet ou une clé pour continuer à progresser. Les énigmes et les éléments de plate-forme d’orientation ne sont jamais trop compliquées, mais nécessitent juste assez de réflexion pour avoir un sentiment de progression constant et satisfaisant.

Petit conseil : si vous découvrez une pièce apparemment sans issue, n’oubliez pas de porter un masque. Même chose si un anneau maudit utile à la progression vous tue instantanément une fois porté, vous avez certainement quelque chose pour contrebalancer cela dans votre inventaire… Bien qu’un petit retour en arrière puisse être nécessaire de temps en temps, le rythme est mené tambour battant.

Visuellement, on reste dans des environnements 3D avec des personnages en sprites 2D, alors oui, ça a pris de l’âge, mais bien moins qu’on pourrait le penser. La conception distincte des sections de la tour se veut variée, surtout une fois à mi-parcours. La version Switch ne souffre d’aucun ralentissement, et Falcom propose une autre bande-son solide conforme à son habitude mais sans doublage, et cela participe au charme un peu désuet du jeu, sans pour autant qu’on y trouve à redire.

Ys Origin : Conclusion

Du classique mais du bon et maintenant nomade !

Ys Origin est une excellente porte d’entrée à la série et un bel apport pour les fans. Le titre donne toutes les clés importantes pour présenter la licence Ys sans exiger trop de temps, à quelque encablures de la sortie du 9ème épisode.

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Tilo débarque sur Switch aujourd’hui avec Ghost of a Tale
Next Test : Mafia Definitive Edition – On a retapé Lost Heaven

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Tree of Savior sortira le 19 juin en free-to-play

16/03/2016
Close