Le 10 août 2018, le tant attendu « We Happy Few » sortait sur nos consoles de salon. Ce dernier a été développé par le studio canadien « Compulsion Games » qui est d’ailleurs l’auteur de Contrast, un jeu nous plongeant littéralement dans un monde créé de toute pièce dont le résultat est tout aussi magnifique que « dérangeant ».

Mais qu’est-ce qui se passe ?! :

Il m’a fallu un temps d’adaptation avant de comprendre réellement la trame de l’histoire tellement la mise en action est directe. Le cadre spatio-temporel est à la fois très riche mais simple. Nous sommes plongés dans l’Angleterre d’après guerre, où la drogue a pris position pour satisfaire les besoins de joie des différents citoyens. Nous incarnons dans un premier temps Arthur, un employé de bureau qui s’occupe de la censure des articles de journaux : comme la majorité, de ses collègues il consomme de la Joy (la drogue de la joie.). Celle-ci permet de faire abstraction de tous les côtés négatifs de la société et ainsi d’éviter à toute personne de devenir « Rabat-joie ».

Nous commençons donc notre aventure sur le lieu de notre travail. Après quelques censures et un manque de Joy, un flash back nous submerge et nous fait revivre une partie de notre adolescence.

Après cette brève remise en mémoire de ces événements passés, un choix crucial nous est directement proposé pour commencer : continuer à lire l’article et se laisser aller à notre flash back et tenter de retrouver notre frère? Ou prendre notre pilule de Joy et continuer notre petite vie remplie de mensonges ?

Alors, que faisons-nous mon cher?

On comprend très vite que la prise ou non de cette drogue aura un impact non négligeable sur l’évolution de nos personnages. Comme dit plus haut, Arthur ne sera pas le seul personnage jouable ! Effectivement, le jeu se découpe en 3 actes distincts qui mettent en scène respectivement : Arthur, Sally et Ollie.

Nos 3 protagonistes!

Gameplay :

Le jeu regorge de beaucoup de mécaniques qui peuvent parfois s’avérer complexes à emmagasiner lors des premiers instants de jeu ! A la base pensé comme un vrai « Rogue-Like Survival » avec une difficulté quelque peu extrême, les développeurs ont revu l’ambition de leur nouveau bébé à la baisse pour lui faire prendre une direction beaucoup plus simplifiée et moins punitive.

C’est dans la ville de Wellington Hells que débuteront vos premières missions; celles-ci vous serviront de didacticiel et vous permettront par la même occasion d’y découvrir les divers principes de craft. Une fois ces quelques missions clôturées, les quêtes principales auront comme un air de déjà-vu : en effet, elles vous paraîtront comme redondantes. La narration de l’histoire est quant à elle très bien amenée, grâce aux discussions entre les multiples personnages, ce qui peut nous faire oublier la monotonie de certaines phases de gameplay.

On commence dans les égouts pour se remettre de notre course poursuite! Direction la ville de Wellington!

Mis à part cette répétitivité, les systèmes de crafting, de survie et d’amélioration sont tous très bien rodés et nous amènent à vouloir en découvrir davantage. La compréhension de l’entièreté des différents menus ne s’est pas réalisée sans peine, ceux-ci sont vastes et cela m’a demandé un moment avant de tous les maîtriser. On décortique tout ça !

Le crafting : Très complet mais peut s’avérer compliqué à comprendre au premier coup d’œil ! Il y a beaucoup de menus qui prennent en compte un élément de crafting, comme par exemple : les armes, les soins/la nourriture, les vêtements,..etc. Des vêtements ?! Hé oui, ce craft vous sera très utile durant votre aventure mais nous y reviendrons en temps voulu !

Le crafting

L’amélioration : Très basique. Au fur et à mesure de votre périple vous recevrez des points de compétence qu’il vous sera possible d’utiliser dans votre arbre d’aptitudes (être plus discret,…etc.).

L’arbre des compétences de nos personnages!

La survie : Mécanique très intéressante et qu’il ne faudra pas délester ! Vous aurez 4 éléments à prendre en compte : la faim, la soif, le sommeil et la consommation de Joy. Les 3 premiers facteurs auront un impact direct sur votre endurance, mais n’auront aucune altération sur votre vie. Vous ne pourrez donc pas mourir même si votre personnage crève la dalle.

Faim, soif, sommeil et Joy: Il vous faudra être attentif à tout ces détails!

Quant à la consommation de Joy, celle-ci intervient sur la relation que vous entretenez avec les PNJ. Par exemple : si vous vous faites interroger par un policier, vous aurez beaucoup plus de chances de finir indemne car vous paraissez moins « Rabat-joie » que si vous n’aviez pas consommer de Joy.

Ce principe de « consommer » pour se camoufler s’applique à la quasi entièreté du gameplay. Vos ennemis étant relativement coriaces, il vous faudra ruser pour les contourner. Jetez des objets à l’opposé de votre direction vous sera alors bien utile pour les feinter et ainsi progresser vers votre objectif. Je vous parlais plus haut de l’utilisation du craft pour vous créer des habits, ceux-ci prennent une part très importante dans le système d’infiltration et de camouflage.

Pas bouger minouche, je chasse le furet!

Chaque communauté que vous allez rencontrer peut être hostile ou non en fonction de l’habit que vous porterez. Pour obtenir le vêtement approprié, il vous faudra parcourir la zone pour ainsi dégoter les éléments nécessaires à la confection du costume de vos rêves et donc éviter de vous faire trucider.

Conclusion

« We Happy Few » comble ses attentes avec une narration très bien travaillée et un cadre spatio-temporel mélangeant fiction et histoire ; vous vous y donnerez à cœur joie pour élucider le dénouement entre tous les personnages jouables. Les missions secondaires aident quant à la durée de vie du jeu, mais comme les missions principales, ces dernières peuvent très vite se ressembler et manquer d’intérêt. Les menus peuvent vite avoir raison de nous tellement ceux-ci semblent compliqués à maîtriser, mais une fois la main mise dessus, il vous sera facile d’arriver à vos fins et à réaliser les crafts que vous désirez.

We Happy Few

  • Développeurs Compulsion Games
  • Type Aventure, action, survival
  • Support PS4, PC, XBOX ONE
  • Sortie 10 Août 2018
Show Full Content
Previous Dakar 18 : Aperçu Gamescom 2018
Next Blizzard met D.Va en avant dans son dernier court-métrage Overwatch!
Close

NEXT STORY

Close

Legends of Runeterra lancera très bientôt sa bêta ouverte

13/01/2020
Close