A l’heure des StarfieldAssassin’s Creed et très grosses sorties de ce dernier trimestre,ce ne sont sans doute pas les visual novels qui vont attirer les foules. Très populaires au Japon, où on peut profiter de licence comme Danganronpa ou Steins;Gate, ce type de roman amélioré possède une niche qui apprécie une histoire profonde, de beaux visuels et une bande-son qui permettent une immersion dans l’univers du jeu. Leur autre particularité est l’importance des choix qui guident et définissent au fur et à mesure l’histoire et la rendent unique.


Vampire : The Masquerade New York Bundle


Supports : PC, PS4, Switch

Genre : Visual Novel

Date de sortie : 29 septembre 2023

Editeur : Draw Distance

Développeur : Draw Distance

Multijoueurs : Non


Un Visual Novel très qualitatif visuellement et narrativement qui pourra vous occuper avec brio sur vos trajets ou dans votre lit !


  • Visuellement superbe
  • L’univers vampirique bien exploité
  • Un premier épisode de grand qualité
  • Un second épisode trop verbeux
  • … et au scénario mois intéressant

La mascarade

Alors que Vampire the Masquerade Swansong vient de sortir sur Switch, les fans de dents longues un peu plus littéraires peuvent se tourner vers le bundle de Visual Novels comprenant Vampire The Masquerade – Coterie of New York, et Vampire the Masquerade – Shadows of News York.

Le monde des vampires vous ouvre donc ses portes, alors que les conflits politiques et la guerre secrète entre la Camarilla et les Anarchs réclament davantage de vies, qu’elles soient immortelles ou mortelles. New York possède de nombreuses couches dans son monde souterrain, de nombreux chapitres dans son histoire tourmentée, mais un nouveau rejeton dans leurs rangs pourrait se faire un nom et contribuer à façonner l’avenir.

Vampire: The Masquerade – Coteries of New York est donc un visual novel de la franchise Vampire: The Masquerade, plongeant les joueurs dans une toile complexe d’histoires alors qu’ils luttent pour se faire des alliés, se nourrir et survivre chaque nuit. Les jeux de rôle sur papier qui sont à l’origine de cet univers offrent un environnement idéal pour le genre, mettant l’accent sur la narration et l’atmosphère tout en permettant aux choix d’avoir des conséquences graves, mais avec peu d’autres mécanismes à appréhender, ce qui permet à tout le monde de profiter de l’expérience.

Coteries of New York : Une Plongée dans l’Univers Vampirique

Dans ce titre, les joueurs ont le choix entre trois clans : les Toreadors, les Ventrues ou les Brujah. Ce choix particulier entraînera quelques petites différences dans l’histoire et les pouvoirs auquel le personnage a accès. Bien qu’il puisse sembler qu’il y ait beaucoup d’informations à assimiler dès le début du jeu, le jeu offre un dictionnaire pour se familiariser avec le lexique vampirique. De plus, une fois qu’une notion devrait être claire dans l’histoire, le jeu explique le concept pour s’assurer que le joueur le comprenne tout de suite. De toute manière, le scénario place les personnages et les nouveaux joueurs de Vampire: The Masquerade dans la même situation, en tant que nouveaux transformés, leur permettant d’apprendre à connaître le monde au même rythme.

C’est un début assez classique dans le jeu de rôle, commençant par un nouveau né qui tente de retrouver son créateur ou qui assiste à la mort de son maître, se retrouvant ainsi à la merci du Prince, la royauté des vampires. Leur destin est d’être adopté par quelqu’un d’autre d’apparence bienveillante, mais qui vous manipulera probablement en cours de route. Car dans le monde vampirique, les crocs peuvent être moins redoutables que les manigances.

Il y a donc beaucoup de lecture, mais ce n’est jamais ennuyeux, à l’exception de quelques passages un peu trop longs. Les thèmes sont logiquement sont macabres, tandis que tous les personnages et interactions semblent assez réalistes. Le vocabulaire est assez délicieusement châtié et contient un langage verbeux tout en intégrant quelques références à la culture pop. Et bonne nouvelle : la taille du texte, sa vitesse et d’autres paramètres peuvent être ajustés dans les options pour plus de confort.

Les images qui illustrent l’histoire sont vraiment superbes. Ce sont des peintures avec des éléments dynamiques, utilisant des lumières clignotantes et de légers mouvements pour mettre en valeur les environnements de manière incroyable. Les cadres, les décors sont souvent réutilisés dans certaines zones, mais le monde qu’ils aident à présenter est vivant, à la manière d’un battement de cœur si j’ose la comparaison… adaptée.

Il y a aussi une sorte de bande-son qui accompagne chaque scène, des ambiances qui ressemblent davantage à des sons d’ambiance qu’à des morceaux complets. Ces effets donnent plus d’impact aux portes qui claquent, renforcent l’atmosphère des clubs, ou ajoutent une touche de vie aux ruelles sombres de New York. C’est un élément qu’il est facile de rater, mais son absence se fait vraiment ressentir.

Qui dit visual novel, dit choix à faire parmi la multitude de dialogues. Au début, certaines options peuvent sembler avoir une réponse un peu trop évidente, en particulier pour les joueurs déjà familiers avec la licence, mais certaines peuvent être un peu plus délicates plus tard. Il y a des moments où il semble qu’il n’y ait pas de bonne réponse, mais la plupart des réponses sont pondérées et cohérentes avec l’histoire.

Les vampires ne peuvent travailler que la nuit, cela rend la gestion du temps essentielle quand il faut planifier des rencontres. La quête principale étant limitée dans le temps, on aura à cœur de faire les bons choix et rencontrer les bons personnages, mais cela motive aussi à relancer le jeu.

Le support portable de la Switch est vraiment idéal pour ce format – même si vous connaissez mon avis sur la PSVita à ce sujet. Le jeu pourrait être une très bon point de départ pour ceux qui veulent se lancer dans World of Darkness après ou avant avoir joué à Swansong.

Shadows of New York : La suite

Vampire: The Masquerade – Shadows of New York est donc la suite de Vampire: The Masquerade – Coteries of New York, et nous conte ce qui s’est passé un an après le premier jeu. Toujours ancré dans le même univers, ce second visual novel du bundle présente un nouveau personnage principal et des fonctionnalités améliorées par rapport au titre précédent. Cependant, malgré ces améliorations, certaines caractéristiques du premier jeu manquent à l’appel.

Le jeu réutilise de nombreux éléments du premier tout en ajoutant quelques nouveautés. Les décors conservent leur aspect peint superbes avec de légères animations sur certains personnages ou objets pour les rendre plus vivants, tout comme les portraits. Certains personnages du premier jeu voient également leur portrait refait, leur offrant un rafraichissement d’apparence. Cette fois, le jeu demande une certaine compréhension de l’univers de Vampire The Masquerade pour saisir pleinement l’histoire, mais vous pouvez aussi vous référer au glossaire intégré, cela dit, c’est bien moins immersif. De nombreux termes propres aux vampires sont introduits au fur et à mesure, sans explication, vous obligeant à consulter le dictionnaire. Parfois, le jeu mentionne de nouveaux noms sans contexte, vous laissant un peu perdu, surtout si vous n’avez pas joué au premier opus.

The Masquerade – Shadows of New York comporte de très longs monologues qui occupent la majeure partie de l’histoire. Le personnage principal a la langue intérieure bien pendue, abordant des sujets sans rapport, avec un vocabulaire parfois complexe et allongeant inutilement le jeu.

Visual Novel oblige, le jeu comporte 2 fins ainsi qu’une mauvaise fin qui punira le mauvais choix. Le Trait est introduit comme un élément qui influencera les monologues intérieurs de Julia, modifiant ainsi ses décisions et conduisant à deux fins différentes. Malgré ces fins, la conclusion n’est pas très satisfaisante. Le jeu commence par un meurtre, laissant entendre que ce sera le cœur de l’intrigue. Vous collecterez des indices sur la scène de crime et interrogerez les suspects, mais rien de tout cela ne semble avoir une réelle importance à la fin, car les indices que vous avez rassemblés ne serviront pas à résoudre l’affaire.

J’ai apprécié les relations entre les personnages dans le premier jeu, malgré le dénouement. Cependant, dans celui-ci, la plupart des conversations concerne les monologues intérieurs de Julia, avec de nombreux remplissages. Certains personnages ont tendance à trop s’épancher, ce qui rend difficile la compréhension des dialogues en raison de l’utilisation excessive de mots sophistiqués. Cela donne l’impression que l’histoire a été écrite par quelqu’un d’autre. En fin de compte, ce second épisode a pour lui de prolonger l’univers vampirique du premier et conserve son habillage visuel superbe, mais reste moins bon et moins intéressant que le précédent.

Vampire : The Masquerade New York Bundle

Titiks

L’avis de Titiks sur Switch

En Bref

Avec un excellent premier épisode, et un second plus faiblard, Vampire : The Masquerade New York Bundle reste un ajout intéressant au catalogue nomade de la Switch. Un Visual Novel très qualitatif visuellement et narrativement qui pourra vous occuper avec brio sur vos trajets ou dans votre lit !

4
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Gameplay – Torn Away – La guerre à travers les yeux d’une enfant
Next Test – Fritz!box 4060 – Laissons les experts s’occuper de notre connexion

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Pour célébrer sa sortie aujourd’hui sur Switch, Broforce sort un trailer explosif

06/09/2018
Close