Test: Syberia 3 – Envoûtante histoire techniquement à la ramasse

Le dernier souffle de Kate Walker?

Tout d’abord, ce test s’adresse à ceux et celles qui comme moi n’ont jamais joué à l’Amerzone et aux deux premiers Syberia. Je suis de cette génération qui a bouffé du point’n click depuis sa naissance jusqu’à l’overdose dans le début des années 90 tellement il y en avait à toutes les sauces. Seulement voilà, dans un point’n click, les instruments de la réussite sont : un bon scénario, une atmosphère enchanteresse, de chouettes musiques, et un bon gameplay soutenu par de belles énigmes. A part les premiers et troisièmes points, maîtrisés avec succès par Benoît Sokal, et Inon Zur pour le troisième, le reste s’est tout simplement totalement viandé, pour un plat qui semble avoir été cuit puis congelé 100 fois de suite sur 10 ans. Je vous laisse imaginer la couleur et l’odeur.

Un bon HP comme on les aime

Un bon HP comme on les aime

Bienvenue à Valsembor, et vous n’allez rien comprendre.

Enfin vous allez comprendre si vous avez joué aux premiers épisodes. Car si comme moi, cela n’a pas été le cas, sachez qu’il n’y aura aucun petit cours de rattrapage. Je ne demandais pas une vidéo de folie qui résumait les épisodes 1 et 2 à la Netflix party, non, je ne demandais pas la lune. Mais bordel, au moins un résumé, même un petit texte dans une petite bobinette aurait été appréciable. Je mets ma main au grill de la cafet de PXLBBQ pour connaitre le nombre de personnes ayant joué aux deux premiers  volets, il y a donc plus de 15 ans, qui se rappellent précisément du scénario du jeu. ZERO.

Le marché des Youkols de Valsembor est particulièrement détaillé

Le marché des Youkols de Valsembor est particulièrement détaillé

Vous êtes donc une femme, Kate Walker (et vous allez l’entendre 1000 fois pendant le jeu, tous les personnages prononcent inlassablement chaque patronyme complètement quand ils parlent : Prénom + Nom… On se croirait dans un Star Wars ou dans une tribu indienne des années folles) plongée dans le froid d’une vallée pour je ne sais quelle raison. Vous succombez aux morsures du froid polaire qui vous entoure. Une tribu indigène passant fort heureusement proche de votre corps inanimé, vous apporte les premiers soins et surtout une bonne dose d’incantations mystiques. Vous voilà sauvée par le chamanisme de la tribu des Youkols. Vos peines ne font que commencer.

Un monde et une atmosphère vraiment réussis

Votre réveil se fait à moitié à poil dans un Hôpital Psychiatrique (HP pour les intimes qui mettent du vernis noir sur leurs ongles). Vous semblez totalement remise sur pied, ce qui n’est pas le cas de votre voisin de lit qui a perdu sa jambe. Il s’agit du chef de la tribu des Youkols. Les habitants et l’armée locale de cette chouette bourgade pleine de non-vie et de barakies au doux nom de Valsembor, a accueilli cette tribu Youkols à coups d’obus. Faisant perdre à notre jeune ami sa jambe droite. Etant le guide de ces derniers pour une sorte de rituel à la « Saint-Jacques de Compostelle », mais en plus fun, car sur dos d’autruches préhistoriques géantes; vous vous sentez redevable de sa tribu, et vous allez tout faire pour l’extirper de cet HP. Vous apprenez qu’une jambe artificielle a été commandée pour lui, et qu’il est actuellement sous traitement. Sauf que vous vous apercevrez bien vite que ça ne tourne pas rond chez les médecins de cet établissement en décomposition.

Le quai de Valsembor n’a rien de chaleureux

Le jeune Youkol est attaché sur un fauteuil qui lui plante régulièrement une aiguille dans le bras, le faisant une fois dormir, une fois l’hypnotise avec un pendule intégré également au siège. Lanières en cuir, sangles de maintien des poignets artisanale ornée de laiton, rembourrage certainement russe, c’est de la belle qualité ce fauteuil. Sauf qu’il n’est pas le seul prisonnier dans cette galère. Ce sont tous les patients de cet hôpital qui sont bloqués ici, certains depuis plus de 20 ans, subissant traitements, tests et examens à la chaîne. De quoi bien vous pourrir le système immunitaire. Vos missions premières seront donc de sortir de l’HP, de prendre avec vous le Youkol afin qu’il puisse guider les siens jusqu’au bout du rituel. Et vous dans tout ça? Tout simplement déjouer un putsch en préparation d’une armée clandestine, devenir pote avec les Youkols et leurs amis, trouver une jambe robot, redémarrer un vieux rafiot, sauver les élections du maire local, et finir cette satanée traversée des autruches préhistoriques. Allez Kate Walker, va falloir bouger tes p’tites fesses, pas bol pour toi, c’est injouable et on va vous expliquer pourquoi.

Un Point’n Click sur console vraiment mal foutu

Jouer à des Point’n Click à la manette c’est devenue chose courante depuis les Chevalier de Baphomet, Blazing Dragons, ou encore plus récemment les jeux de Double Fine et leurs remake HD (Day of the Tentacle, Grim Fandango, etc). On se dit du coup que l’héritière de 2017 aura certainement combiné ce qui se fait de mieux pour pouvoir donner une expérience fluide et concrète au tout. Il n’en sera rien. A tout point de vue. Tout d’abord, les bugs de collisions entre Kate Walker et les décors sont omniprésents : on traverse les objets, on est bloqué par un clou qui dépasse de 2cm du mur, bref c’est la cata.
Ensuite, les déplacements sont longs et frustrants, comme un vieux Derrick à la TV, on traverse de longues étendues (fort heureusement assez mélancoliques et inspirées) et on se fait littéralement chier. Surtout que le jeu en abuse, et que les énigmes Fedex se répètent. Horibilus Gameplayus (c’est un autre style d’HP)

La voix FR de Kate Walker est celle des premiers épisodes de  Lara Croft

Graphiquement, heureusement que je suis resté bloqué plusieurs fois pour aller voir des Walktrough sur Youtube me  permettant de trouver solution à mes problèmes; j’ai pu constater que la différence graphique entre la version PC et PS4 c’est le jour et la nuit. Je ne suis généralement pas touché par la qualité du rendu et du nombre d’IPS. Ici c’est tout l’inverse, on souffre littéralement des 15 à 20 images par seconde tout au long de l’aventure, qui souvent chute à 4 ou 5 Images par secondes!! Bordel c’est moche et injouable. J’avais l’impression d’entendre le joueur du grenier hurler derrière moi tellement c’est incompréhensible qu’un jeu puisse sortir si mal optimisé et que Sony n’ait pas pris pitié d’eux pour leur envoyer un stagiaire en programmation. Ce portage console est une honte.

Certaines scènes sont totalement improbables…

Mordre sur sa chique pour tenter de boucler l’aventure

Une fois le gameplay catastrophique à la manette et la technique totalement foireuse passée, on essaye péniblement de se mettre dans l’aventure. Une aventure qui a beaucoup de charme par le charisme du background, des personnages et de la mythologie. Les musiques en sont également pour beaucoup. Le compositeur (qu’on a cité dans l’intro) a réussi à créer une mélodie prenante qu’il recycle intelligemment tout au long des musiques du jeu. C’est beau, et on en redemande.

Conclusion

Syberia 3 aurait pu être LE point’n click de l’année. Mais son manque de budget ou alors sa gestion catastrophique de la part de son équipe en fait un méli-mélo inégal et une expérience aussi captivante que frustrante. Le gameplay manette et les graphismes sur PS4 me poussent à vous dire que si l’aventure Youkol vous tente, vous avez tout intérêt à fuir cette version console pour opter pour la version PC. Heureusement que le monde imaginé par Sokal et que les musiques de Zur rattrapent tant bien que mal la technique catastrophique du soft. Mais en toute objectivité, Syberia 3 n’a rien d’une réussite. Vieillot dans sa mécanique, buggé au possible, il vous faudra beaucoup de courage pour boucler l’aventure de Kate Walker qui risque bien d’être la dernière. Le plus étonnant dans tout cela, c’est que j’ai tendance à m’attacher aux choses mal finies et moyennes, qui me marquent plus qu’un petit jeu bien foutu mais sans âme. Une chose est certaine les amis, Syberia 3 a un Ghost!

Temps de lecture : environ 3 minutes

Syberia 3

  • Développeurs Microïds
  • Type Point and Click
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 20 avril 2017
Syberia 3
5/10
Syberia 3
Y'a bon
  • L'ambiance
  • Les musiques
  • La voix de Kate Walker
Beuuuuwark
  • Le gameplay à la manette catastrophie
  • Techniquement à la ramasse sur PS4
  • Des énigmes alambiquées
  • Les énigmes Fedex
  • Le doublage FR totalement inégal
  • Aucune rétrospective sur les deux premiers épisodes
  • Technique
    2/10
  • Estéthique
    7/10
  • Ergonomie
    2/10
  • Audio
    8/10
  • Contenu
    5/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeuxtous nos textes
bery

Rédac Chef BBQ | Journaleux JV PC (steam: berychon), 3DS et WiiU (ID Nintendo: Berychon) et PS4 (psn: berymuch)| Animateurs de nombreux live sur notre chaîne: https://www.twitch.tv/pxlbbqtv/ | Machine à idées saugrenues
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre