Sorti en 1999 sous le nom de Seiken Densetsu, Legend of Mana et sorti l’année suivante aux États-Unis et il s’agit du quatrième jeu de la série dérivée de Final Fantasy, la série Mana. Bien que la Super Nintendo ait été une plateforme riche en RPG, c’était moins le cas pour l’occident, car Squaresoft et Enix ne voyaient pas l’intérêt de sortir leur gros RPG en dehors de leurs territoires. 


Legend of Mana HD Remaster


Supports : PC, PS4, Switch

Genre : RPG

Date de sortie : 24 Juin 2021

Editeur : Square-Enix

Développeur : Squaresoft

Multijoueurs : Oui


Legend of Mana HD Remaster est un petit bout d’histoire atypique du jeu vidéo


  • Un RPG à très grande liberté
  • Les sauvegardes facilitées
  • Désactiver les combats fait gagner du temps dans les différentes histoires
  • Le concept de création de la carte
  • Un côté « recueil d’histoires » qu’on peut picorer
  • On peut jouer en coop’ !
  • Peu de nouveauté
  • Le mélange 2D lisse / pixelisée
  • Toujours très complexe à appréhender
  • Mais pas de challenge en combat
  • Pas de carte pour les environnements…

Liberté, liberté chérie

Alors que nous avons eu les deux premiers jeux, Final Fantasy Adventure (Seiken Densetsu : Final Fantasy Gaiden), et le très célèbre Secret of Mana (Seiken Densetsu 2), ils n’ont pas localisé Seiken Densetsu 3, préférant investir dans le sympathique Secret of Evermore à la place.

Contrairement à la plupart des JRPG, il n’y a pas d’histoire globale dans Legend of Mana, elle consiste principalement en un ensemble de quêtes parmi une septantaine (soixante-dizaine pour nos amis français) de quêtes au total pour le jeu. Il y a bien une histoire dans le jeu  mais il faudra quelques heures avant d’y accéder, surtout si vous passez votre temps à vous balader. Certaines quêtes ont des conditions préalables à accomplir pour y accéder, mais beaucoup d’entre elles peuvent être commencées dans n’importe quel ordre et vous pouvez même foncer à la fin du jeu sans lancer de quête du tout. BotW n’a rien inventé.

Choisissez votre région du monde de Fa’Diel au départ, tout reste à faire

La sortie de de Remaster Legend of Mana suit de peu celle de SaGa Frontier premier du nom, un autre JRPG totalement atypique de la grande époque, et qui a besoin de l’abnégation et de la patience des joueurs pour se révéler. Legend of Mana se vit mieux avec un guide ou une soluce sous les yeux, car vos indications restent très vagues lorsque vous débutez une quête. Surtout qu’au départ, Legend of Mana ressemble à une collection d’histoires courtes qui vous envoient faire des quêtes secondaires, dont certaines sont si abruptes que vous aurez du mal à vous rendre compte que vous l’aurez terminée.

Sans guide, il peut être extrêmement frustrant de ne pas savoir comment accomplir certaines quêtes. Pour avancer dans certaines quêtes optionnelles, vous devez faire des choses spécifiques, aller dans une ville complètement différente au hasard pour trouver le PNJ utile à la suite de la quête. Des conditions qui font de la progression dans Legend of Mana quelque chose de très naturel, mais aussi de très frustrant : débrouillez-vous ! Certaines des quêtes dépendent de la construction de la carte, ou nécessitent qu’une autre quête ne soit pas terminée ou au contraire active. En d’autres termes, si vous voulez être en mesure d’accomplir toutes les quêtes en une seule fois, sortez votre soluce. Il est pratiquement impossible pour un joueur de comprendre la structure du jeu sans avoir terminé une première partie pour comprendre comment certains éléments s’imbriquent. De plus, pour garder une trace de vos quêtes, vous avez un cactus qui pousse dans votre chambre et vous devez lui parler après avoir accompli chaque quête. Si vous ratez l’occasion de lui parler, vous ne pourrez plus le faire jusqu’à ce que vous relanciez un New Game+.

Le gameplay est un peu déroutant et radical par rapport à la plupart des autres JRPG, surtout pour l’époque. Un aspect important du jeu est le système de « création de terres« . La carte du monde de Fa’Diel est vierge, et tout au long du jeu, vous collectez des artefacts. Si vous placez un artefact à un endroit de la carte, il se transforme en une région. Ainsi, votre premier artefact contient la zone où se trouve votre maison, puis vous collectez les artefacts suivants qui peuvent créer la ville de Domina, des mines, et d’autres éléments. C’est une fonctionnalité qui implique les joueurs et donne du plaisir à créer la disposition du monde. Avec une bonne trentaine d’artefacts à collecter, il y a un grand nombre de possibilités de création du monde du jeu, d’autant que cela influe sur leur contenu

Vous pouvez créer votre monde « à la pièce »

En plus de créer votre propre monde, vous pouvez également vous concentrer sur l’artisanat pour forger vos propres armes et armures, ou améliorer celles que vous avez. Il y a aussi un verger pour faire pousser vos fruits. Ces fruits sont destinés à élever différentes créatures pour vous aider au combat.

Le système de combat ressemble un peu à un Action-RPG, vous vous battez sur un plan horizontal et vous courez partout en frappant vos ennemis avec l’épée en temps réel, un peu à la manière d’un Star Ocean, ou d’un des premier Tales of. Au début du jeu, il n’y a pas beaucoup de stratégie mais il faudra compter sur les mouvements spéciaux par la suite, qui peuvent être utilisés après avoir attaqué un certain nombre de fois au préalable. En dehors des combats de boss, les affrontement eux-mêmes ne sont pas très difficiles car vous êtes soigné après chaque combat. On pourra reprocher qu’il suffit de marteler la touche d’action pour avancer, mais l’important n’est pas là, au final.

Ce qui est étrange avec les jeux de cette période, c’est que Legend of Mana n’était pas une sortie anecdotique d’un petit studio, c’était un jeu Squaresoft bénéficiant d’une grosse campagne de pub et il s’est d’ailleurs très bien vendu. De nos jours, les gros éditeurs et studios prennent le moins de risque possible pour convenir au plus grand nombre, mais des œuvres comme Legend of Mana ou SaGa Frontier nous rappellent qu’à une époque, ils laissaient une grosse part de liberté aux développeurs et expérimentaient beaucoup de choses.

Visuellement, Legend of Mana utilise des sprites en 2D et non de la 3D comme les productions de la même époque. Les personnages et les arrière-plans ont presque l’air d’avoir été dessinés à la main, ce qui donne l’impression d’un livre d’illustration animé Jusqu’aux couleurs, on dirait presque un dessin au pastel. Certains auront du mal avec le mélange des arrières-plans très lisses et des personnages très pixelisés, mais c’est un choix. Si le jeu est difficile à suivre, il reste au moins magnifique à regarder et à écouter. Bien que certaines musiques vous rappelleront des mélodies déjà entendues dans d’autres jeux depuis, il y a de la diversité pour les distinguer du reste du lot. 

Le mélange 2D lissée / Pixel Art fonctionne mieux sur un plus petit écran, mais on s’habitue

Cette mouture HD Remaster apporte son lot de nouveautés davantage techniques, mais aussi ergonomique pour faciliter la vie des joueurs de 2021. Si vous n’avez pas envie d’affronter des ennemis, vous aurez par exemple la possibilité de désactiver les rencontres. Cela vous permet d’explorer les cartes de donjons en toute simplicité, ce qui est vraiment un soulagement, d’autant que le jeu prend en charge les sauvegardes automatiques, mais elle vous permettra aussi de sauvegarder n’importe où et à tout moment à partir du menu, sauf sur certaines cartes.

Le mode Galerie et le mode Musique vous permettront de découvrir les titres et les illustrations du jeu. Ils comprennent également des illustrations et des musiques de la version originale de Legend of Mana. Vous pouvez également découvrir tous les nouveaux arrangements du Remaster et choisir d’utiliser l’une ou l’autre version. Enfin, on note que le mini-jeu de l’accessoire PocketStation de l’époque est aussi inclus et qu’il permet d’obtenir plus facilement des objets qui sont normalement difficiles à obtenir.

Legend of Mana HD Remaster

Titiks

L’avis de Titiks sur PS4

En Bref

Legend of Mana est un jeu avec de superbes graphismes dessinés à la main et une liberté d’action énorme qui fera qu’une aventure ne sera pas une autre. Mais il en rebutera plus d’un en raison de l’absence d’histoire et du fait que vous serez toujours perdu et raterez probablement de nombreuses quêtes pour des raisons souvent incompréhensibles sans une bonne soluce. Heureusement, celles-ci existent aujourd’hui en ligne. Cette nouvelle version n’apporte que des arrangements visuels et sonores au jeu, ainsi qu’un système de sauvegarde et de suppression des combats qui pourraient vous faire gagner un temps précieux. Comme SaGa, il s’agit d’un bout d’histoire atypique du jeu vidéo.

3.5
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Test : Razer Opus X – De la qualité abordable chez Razer
Next Test : Le Donjon de Naheulbeuk: L’Amulette du Désordre – À l’aventure compagnons !

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Mario Kart 8 : 150cc vs 200cc en vidéo

03/04/2015
Close