Ressortir les vieilles recettes remises au goût du jour, ou le concept de néo rétro pour les connaisseurs, n’est pas chose nouvelle. Hotshot Racing s’engouffre dans la brèche comme Formula Retro Racing ou encore Horizon Chase Turbo ont pu le faire. Mais du coup est-ce que la magie opère toujours ? Réponse dans quelques courses !


Hotshot Racing


Supports : PS4, XB1, Switch, PC

Genre : Course

Date de sortie : 13 août 2020

Editeur : Curve Digital

Développeur : Lucky Mountain Games et Sumo Digital

Multijoueurs : Non


Avec un peu de patience, on peut s’amuser…


  • Les graphismes d’antan.
  • Le contenu, plutôt honnête, avec des courses en miroir.
  • L’ambiance globalement réussie.
  • La musique, tout simplement ignoble.
  • Les défauts de gameplay.
  • Pas sûr d’y rejouer sur le long terme.

Une pincée de ci, une pincée de ça…

Hotshot Racing, développé par Lucky Mountain Games et Sumo Digital, joue à fond la carte de Virtua Racing pour les graphismes, de Daytona USA pour certaines mécaniques, d’OutRun pour d’autres et le tout dans un jeu qui se veut accessible et cool. Mais ça, c’est la théorie. En pratique, le constat est un peu plus nuancé…

Keiko sera la première à s’élancer sur la piste.

Arrêtons nous sur ce qui va déjà. 

Les décors et les graphismes, volontairement vus des années 90 et les débuts de la 3D, sont globalement réussis, même si un oeil peu aguerri aura peut-être du mal à s’y faire pendant les premières courses. Le seul petit défaut qui est notable, c’est qu’on perd en lisibilité selon les tracés empruntés lorsque les décors sont chargés de détails (nul doute que les créateurs savaient qu’ils pouvaient profiter de la puissance de nos machines actuelles pour nous en mettre plein la vue). Ce qui est bien de ce point de vue en revanche c’est qu’on a 16 circuits répartis dans 4 destinations. Pour un jeu de ce type c’est intéressant. De plus, les différences entre les types de véhicules sont marquées, même si chaque personnage a la sienne, dénommée différemment. Tout est fait pour que le jeu soit loufoque, notamment avec les différents types de course que l’on vous laisse découvrir. Mais on va maintenant regarder ce qui roule moins bien. 

Tout le monde prend place sur la ligne de départ de la marina…

Bon ce qui tâche un peu la combinaison du pilote…

En premier lieu, c’est une partie du gameplay. En dehors des modes de jeu qui ne plairont pas à tout le monde, on constate assez vite que les dérapages, façon OutRun vont vite vous donner des sueurs froides. Parce que contrairement au jeu de Sega, maintenir le dérapage va être difficilement faisable. Du coup, vous allez vivre de frustration en frustration avec des courses décousues. C’est peut-être un détail mais ça va pas mal ruiner votre expérience. La musique du jeu est vraiment mauvaise et on ne va pas s’étendre là-dessus. Et on oubliait le plus important: la nitro se remplit en dérapant. Vous voyez le problème ? Alors avec un peu de pratique, vous aurez les moyens de contrecarrer les petits soucis de physique et de jouabilité, mais pour un titre qui se veut facile à prendre en main, c’est dommage. Après si vous êtes patient et que vous remplissez toutes les conditions pour débloquer tout ce que contient le jeu, il y a de quoi s’amuser. 

Une Super F-90 va-t-elle plus vite qu’une F1 ?

Retour au garage (Conclusion)

Trop de défauts qui plombe l’ambiance tout de même…

Hotshot Racing est parti d’une bonne intention mais les petits ratés que nous avons mentionnés font que le résultat est plus mitigé que l’on aurait voulu. Ce n’est pas raté, mais c’est pas la liste parfaite. Après si vous cherchez un bon élan de nostalgie, c’est du tout bon. Mais vous êtes prévenus, ça ne marchera pas comme par magie. 

Show Full Content
Previous Kholat aura son édition physique limitée sur Switch
Next PixelHeart dévoile Golden Force

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

PES 2015 présente ses modes de jeu

31/10/2014
Close