Quand un jeu s’appelle “All-Star Fruit Racing”, on sait à quoi s’attendre : des fruits et de la vitesse. En effet, s’il ne remplit pas le quota des cinq fruits et légumes par jour, All-Star Fruit Racing propose des courses de kart dans un univers coloré et fruité à travers des circuits tortueux et une kyrielle de modes. Cela dit, est-ce suffisant pour oser venir marcher sur les plates bandes d’un Mario Kart ou d’un Sonic Racing ?

A vous les joies des BAnana Cup !

Philosofruit de la vitesse

Réalisé sur Unreal Engine 4 et sorti à peu près partout, All-Star Fruit Racing n’a au final rien de plus que ce qu’indique son titre : des courses de voiture ayant pour thématique les fruits. Le titre joue d’ailleurs la carte du didactique en diffusant sur ses écrans de chargement des informations générales sur les fruits. Par exemple saviez-vous que si on mettait bout à bout les bananes consommées en une année, on pourrait tracer un lien vers Mars et en revenir ? Si ce type d’info vous permettra sans doute de briller en soirée Vegan, j’avoue avoir pris plaisir à les lire, d’autant que les yeux de mes filles de 4 et 7 ans étaient rivés sur l’écran pendant mes phases de test.

Personnalisez finement l’esthétique de votre véhicule

Concrètement, on a ici affaire avec différents mode de jeu allant de la course rapide au mode carrière en passant par le Online et le contre la montre, un contenu somme toute consistant, même si l’on déplore quelque peu la variété de pilotes. Ces derniers sont tous associés à un fruit en particulier et environ un tiers du “roster” est  débloqué au fil des épreuves. Esthétiquement, ils sont vraiment très quelconques, jusque dans leurs animations, parfaitement identiques d’un pilote à l’autre. Le seul réel attrait du choix réside dans leur pouvoir ultime spécial, qui lui est unique et qui va de la super-vitesse en passant par un bazooka ou le placement de fruits énormes sur la piste.

Niveau personnalisation, les possibilités sont assez vastes concernant l’esthétique du véhicule, tout étant modifiable sans autre impact qu’esthétique, de la peinture aux modèles de pneu en passant par les fanions ou le rendu de la carrosserie. De nombreuses autre options sont à débloquer au fil des courses et des victoires au fil des différentes coupes.

Up up and away !

Alors tout  cela est bien joli mais qu’apporte au final ce All-Star Fruit Racing par rapport à la concurrence ? Et bien tout ici va se jouer au niveau des différents power-up que vous allez pouvoir générer pendant la course en ramassant… des fruits. Disposant de 4 réservoir/mixeurs, les véhicules pourront collecter sur le circuit 4 types de fruits pour augmenter la quantité de jus dans chaque réservoir.

Les décors sont très colorés et assez variés

Une fois plein, un réservoir octroie une capacité comme une accélération fulgurante, une tornade à envoyer sur les adversaires ou des cubes de glace à déposer derrière vous. Alors que ramasser une banane remplit 15% de tous les réservoirs en une seule fois, c’est en mélangeant les jus que vous allez pouvoir sélectionner pendant la course le type de capacité que vous allez utiliser. A vous de jongler pendant la course entre les 4 mixeurs une fois plein pour utiliser le pouvoir désiré, en ouvrant ou fermant des vannes à l’aide de la croix directionnelle.

Si les 4 mixeurs sont pleins en même temps, il vous sera alors possible de déchaîner votre pouvoir ultime. Assez cool ? En effet, néanmoins, vu la sinuosité des tracés, il est parfois complexe de se souvenir du mélange désiré, et certains pouvoirs étant toujours plus utiles que d’autres (au hasard… le booster ?). Assez curieusement, certaines courses abandonnent ce système de mixage pour revenir à des pouvoirs aléatoires ramassés pendant la course. On y perd en spécificité du titre, mais il faut avouer que c’est quand même plus pratiques au cœur de la course.

Certaines courses proposent un réel challenge !

Au niveau de la vitesse, All-Star  Fruit Racing fait la part belle aux dérapages, indispensables pour engranger du boost qui se relâche dès la fin du drift, avec  néanmoins une limite moteur à ne pas dépasser sous peine de voir ce dernier exploser et nous faire perdre de précieuses secondes. On jongle alors avec les pouvoirs défensifs, offensifs, les boost, l’accélération prodiguée par certaines dalles au sol et celle donnée par les dérapages pour aller toujours plus vite, en faisant attention à ne pas faire surchauffer le moteur ou pire, se prendre un mur ou sortir de la piste.

Panne d’inspiration

Les animations des personnages sont vraiment pauvres…

Une fois les mécaniques bien en main, la course devient vraiment agréable et on profite alors des décors colorés et toujours amusants à regarder, à la recherche d’un petit raccourci. Néanmoins, si comme on l’a évoqué plus haut, la direction artistique en elle-même manque franchement de caractère, il faut aussi reconnaître que les sensations de vitesse sont aux abonnées absentes et qu’il faut parfois se coltiner jusqu’à 5 tours de piste, ce qui s’avère au final on ne peut plus ennuyeux.

Heureusement, certaines courses vraiment plus complexes et originales aident à nous réveiller (comme celle qui impose de finir la course en un seul très court tour en roulant sur un dragon alternant les revêtements de piste), mais globalement le solo devient vite redondant, enfoncé en plus par le manque de caractérisation des pilotes.

Conclusion

Plutôt fun à plusieurs (en local ou en ligne), All-Star Fruit Racing se  veut une production rafraîchissante en ces jours de chaleur qui ne manquera pas de réunir tout le monde pendant un apéro grâce à sa prise en main très intuitive et son ambiance décontractée. Mais il peine à maintenir un intérêt sur le long terme, la faute à des mécaniques très répétitives qui ne se renouvellent pas passé le premier championnat et des pilotes vraiment fades… un comble pour des fruits !

All-Star Fruit Racing

  • Développeurs 3DClouds
  • Type Course
  • Support PS4, PC, Xbox One, Switch
  • Sortie 13 Février 2018
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Test : The Lost Child – Ange déchu
Next Les meilleures anecdotes du jeu vidéo #21
Close

NEXT STORY

Close

Dragon Ball FIghterZ : voici la liste des persos jouables pendant la bêta ouverte

09/01/2018
Close