Voilà 3 ans que nous avons laissé la courageuse Amicia De Rune derrière nous après les horreurs causées par la maladie du sang de son frère Hugo. L’aventure de A Plague Tale était certes très linéaire, mais le voyage était à la fois magnifique visuellement et narrativement. Personnellement, il me tardait de pouvoir vivre la suite de leurs aventures.


A Plague Tale Requiem


Supports : PC, PS5, XBox Series, Switch

Genre : Aventure

Date de sortie : 18 Octobre 2022

Editeur : Focus

Développeur : Asobo

Multijoueurs : Non


A Plague Tale Requiem confirme la réussite d’Innocence


  • Encore une superbe narration
  • Visuellement magnifique
  • De nouvelles opportunités de gameplay
  • La bande-son d’Olivier Derivière
  • Un poil de surenchère quand même

Requiem

Et c’est chose faite, puisque nous retrouvons Amicia et les siens en route pour la France tels que nous les avions laissés. Elle espère faire trouver un traitement à la maladie d’Hugo en faisant appel aux sages de L’Ordre des Alchimistes, qui étudient la Macula depuis des siècles. Après avoir semé la mort dans leur ville de refuge, Amicia, Hugo, leur mère et le jeune alchimiste Lucas décident de prendre la direction de Marseille pour confier Hugo à l’Ordre, ignorant les cauchemars de l’enfant qui semblent lui indiquer une île mystérieuse.

Malheureusement, le répit est de courte durée, puisque après une altercation sanglante sur la route, les hordes de rats envahissent peu à peu leur nouveau refuge, semant mort et perversion dans leur sillage.

Second épisode du bébé d’Asobo, A Plague Tale Requiem est une suite directe du premier épisode, aussi, je vous conseille vivement de vivre A Plague Tale Innocence avant de vous lancer.

Et d’innocence il sera question ou presque dans ce nouveau jeu puisqu’on y trouve une Amicia bien décidée à ne plus subir les événements et la cruauté du monde. C’est une jeune fille qui n’hésitera plus à tuer – à main nue si il le faut – pour protéger les siens et fera montre de bien moins de pitié que dans Innocence. On pourrait donc dire que ce nouvel épisode représente le Requiem de son Innocence à elle.

Au niveau gameplay, j’ai été heureux de voir que les développeurs avaient travaillé à rendre la progression moins découpée, avec des phases de puzzle moins systémiques. On progresse plus naturellement dans des environnements plus grands qui laissent la place à un peu plus d’exploration et de possibilités. Par exemple, il reste possible – mais très risqué – d’abréger les passages d’infiltration en courant à travers tout et en esquivant les ennemis au mieux jusqu’à la prochaine porte à verrouiller. Ça fonctionne, même si ça n’exploite pas les possibilités offertes en matière de discrétion, comme se cacher sous les tables ou faire diversion.

Suite oblige, on met plus rapidement la main sur quelques outils, comme les indispensables cailloux qui serviront principalement à briser des éléments, détourner l’attention ou fracasser le crâne des ennemis sans casque. Petite subtilité ici puisqu’il sera possible de jeter un caillou de manière un peu automatisée quand un garde s’approchera un peu trop près, avec une invitation contextuelle.

Sinon, on pourra toujours mettre la main sur des éléments de confection pour fabriquer ce qu’il faut pour allumer ou éteindre des torches avec la fronde ou directement à la main. Autre nouveauté, si les pots font leur grand retour afin de servir de leurre également, il pourront être chargés avec de l’ignifer ou salpêtre pour exploser au sol et créer soit une brèche très provisoire dans l’océan de rongeurs avides de sang, soit éteindre simultanément les torches des gardes groupés. Très pratique pour offrir un festin aux rats et dégager la route. Même si c’est toujours aussi abominable à voir.

De nouveaux outils font également leur apparition, comme la poix, qui peut servir à intensifier provisoirement les flammes ou à enflammer les ennemis, mais aussi une sorte de lasso enflammé conçu par Lucas qui permet à Amicia d’échapper aux rats quelques secondes si ceux-ci l’attaquent. Une arbalète permet aussi à Amicia de tuer plus facilement les soldats casqués, si toutefois vous avez assez de carreaux en stock.

Absent une partie de l’aventure, Hugo parviendra à développer quelques capacités héritées de son affrontement avec l’Inquisition. Ainsi, si  les Rats le poursuivent et sèment la mort et la maladie où qu’il aille, il parviendra à les appeler en renfort ponctuellement, mais surtout à les utiliser de façon plus concrète. Les environnements mettront alors à profit ces nouveaux pouvoirs en lui permettant de contrôler une horde de rats pour dévorer méthodiquement les ennemis, mais aussi d’utiliser leurs sens pour mettre en évidence la position des gardes. Une sorte de vision de détective que l’on retrouve dans bon nombre de jeux depuis Batman Arkham, et qui permet de mieux gérer les séquences d’infiltration.

Visuellement, le jeu est une fois de plus superbe et Asobo parvient à créer des environnements à la fois terrifiants, dérangeants et enchanteurs. Les jeux de lumière sont magnifiques et les différentes ambiances dégagent une certaine féérie. Comme dans le premier épisode, A Plague Tale Requiem alterne entre les passages horrifiques et les moments plus calmes, laissant ses protagonistes prendre un peu de repos. Et ils en auront bien besoin puisqu’Amicia – bien plus violente – sera non seulement pourchassée pour ses crimes, mais aussi très souvent malmenée et blessée.

A Plague Tale Requiem

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En Bref

Le second épisode consacre Asobo comme un studio extrêmement talentueux pour créer des histoires et des personnages. Améliorant la recette du premier épisode, A Plague tale Requiem joue peut-être un peu la surenchère par moment, et possède quelques longueur, mais l’aventure est si bien menée qu’il est difficile de lâcher la manette.

4.5
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Test : Overwatch 2 – Sur le fil du rasoir
Next The Legend of Heroes: Trails to Azure sortira le 17 mars 2023

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Omnibus : la simulation de bus en FOLIE

14/01/2016
Close