Murdered : Soul Suspect

  • Développeurs : Airtight Games
  • Editeur : Square Enix
  • Type : Casper Enquêteur
  • Supports : PS4 / Xbox One / PC / PS3 / Xbox 360
  • Sortie : 06/06/2014

Dans le même genre :

  • Ghost Trick
  • Heavy Rain
  • L.A. Noire

« Le meurtre le plus difficile à résoudre, c’est le sien ». C’est sur cette pseudo-punchline que Square Enix a basé sa communication pour Murdered : Soul Suspect ; un triple A qui devait renouveler le jeu d’enquête en le saupoudrant de fantastique. Malheureusement, après avoir passé quelques heures en intimité avec le titre, on est assez loin des belles promesses qu’on nous teasait.

Bienvenus dans la petite ville de Salem, connue essentiellement pour son asile, son cimetière, son musée sur les sorcières et ses ruelles pleine de brouillard. Non contente d’être baignée d’une atmosphère assez glauque, cette bourgade est en plus la proie d’un mystérieux tueur en série ascendant sadique. Vous comprendrez donc assez facilement pourquoi toute la ville panique et est relativement sur les nerfs. C’est dans ce contexte macabre que débute l’histoire du jeu. Vous êtes Ronan O’Connor, mari esseulé et ex-loubard aux tatouages un brin kitsch. Et pas de bol, vous venez tout juste de mourir en essayant tant bien que mal de mettre fin aux agissements du serial killer qui fait flipper tout le quartier. Heureusement, Ronan est un flic tellement bad ass que même le trépas ne peut l’arrêter. C’est donc sous une forme spectrale qu’il va chasser celui qui l’a envoyé ad patres, d’autant plus que maintenant, c’est devenu une affaire personnelle.

Bonjour, vous êtes mort
Bonjour, vous êtes mort

Puisant son inspiration dans les polars et les films d’horreur, le scénario de Murdered : Soul Suspect est clairement son point fort. Bien qu’il n’hésite pas à user de déjà-vus, le titre arrive cependant à faire monter la sauce dans un crescendo maîtrisé et saupoudre même le tout de quelques retournements de situation qu’on ne voit pas toujours venir, surtout dans la dernière ligne droite. Pour peu que l’on s’y attarde, la narration emprunte de multiples biais : cut-scenes bien sûr, mais aussi coupures de journaux et divers documents à ramasser aux quatre coins de la ville et servant à étoffer la toile de fond du jeu. Les décors parcourus tout au long de l’aventure renforcent aussi le côté mystérieux du scénario. Loin d’être un titre impressionnant techniquement, il profite tout de même d’un rendu correct et d’une direction artistique qui fait parfois la différence, notamment grâce à une superposition de réminiscences spectrales de l’ancienne ville sur la nouvelle. Mais voilà, l’histoire et l’atmosphère ne font pas tout dans un jeu vidéo.

Murdered Soul Suspect Image du jeu

A la pêche, pêche, pêche

Jeu d’enquêtes oblige, vous passerez la majeure partie de votre temps à compiler des preuves pour tenter de lever le voile sur divers mystères. Toutes les enquêtes se déroulent toujours de la même façon. La première étape consiste simplement à balader -péniblement- notre protagoniste dans des décors en quête d’un nombre défini d’indices à récolter. La maniabilité frustrante n’aide vraiment pas à la récolte des preuves. En effet, le titre manque de précision dans son gameplay et plus particulièrement dans la gestion de la caméra, pas toujours efficace lors des phases de recherche. La caméra doit souvent être ajustée au pixel près pour que l’interaction se déclenche. Du coup, il n’est pas rare de tourner en rond à la recherche du dernier item à dénicher tout simplement parce qu’on ne l’a pas inspecté avec le bon angle de caméra.

Une fois tous les indices dans sa besace, il faut tirer ses conclusions. Un mini jeu se déclenche alors où vous devrez sélectionner les indices les plus pertinents. Malheureusement, l’esprit de déduction du joueur n’est jamais vraiment sollicité et, les erreurs n’étant pas sanctionnées, il suffit la plupart du temps de passer en revue tous les éléments mis à votre disposition jusqu’à trouver le bon. On se retrouve donc devant des enquêtes insipides tant le challenge est aux abonnés absents. Vraiment, on regrette amèrement qu’il n’existe qu’une seule alternative permettant de résoudre les situations qui se présentent. Une narration un brin plus tentaculaire, à la Heavy Rain avec ses arcs narratifs qui se ferment en cas d’erreur, aurait pu pimenter nos réflexions. Mais tristement, il n’y a rien de tout ça in-game.  Et une fois que l’affaire est pliée, on quitte le point A vers le point B pour que la trame se poursuive. Rincez et répétez quelques fois et au bout de 7 à 8 heuresMurdered : Soul Suspect est fini… Vu cette linéarité, la rejouabilité est pour ainsi dire quasi-nulle.

C’est d’autant plus regrettable qu’on sent que le jeu d’Airtight Games est pétri de bonnes idées, trop sous-exploitées. L’état fantomatique de notre enquêteur lui offre accès à un ensemble de capacités uniques. Invisible pour la plupart des gens, il peut passer à travers les meubles et les murs (enfin pas tous, parce que malgré cette capacité, le chemin est finalement trop balisé et on ne cesse de se heurter à des obstacles). Autre chouette idée : la majorité des PNJ peuvent être possédés, vous donnant la capacité d’espionner leurs conversations (souvent sans intérêt) ou de lire leurs pensées les plus intimes (souvent sans intérêt). Vous pouvez également manipuler les personnes que vous possédez pour déclencher des souvenirs pertinents, voire parfois leur faire faire des choses sans trop d’importance. Si ces idées couchées sur le papier sont prometteuses, une fois en pratique, on se rend compte qu’elles ne sont que trop rarement bien utilisées.

Murdered Soul Suspect Image du jeu

Un jeu de chasse-casse

Souhaitant offrir un peu de diversité, les développeurs de Murdered : Soul Suspect ont pensé qu’il serait sûrement cool de pimenter les phases d’enquêtes. Pour ce faire, ils ont décidé d’implémenter, entre deux investigations, des séquences d’infiltration. Ces phases ressemblent à un jeu de cache-cache où le but est d’arriver dans le dos des vilains fantômes pour les exorciser à coups de QTE à deux touches. Dans sa besogne, notre détective pourra compter sur un wall-hack lui permettant de savoir exactement où se situent les spectres. Ajoutez à cela le fait que les patterns de déplacement sont archi-simples, et vous comprendrez que ces phases sont peu palpitantes. La seule réelle difficulté est due aux caprices de la caméra qui, comme dans les phases d’enquête, doit être placée au pixel près derrière le spectre, sans quoi il est impossible de déclencher son QTE mortel.

Quelques rares quêtes annexes allongent aussi artificiellement la durée de vie et se limitent bien souvent à la découverte d’objets cachés, parfois très vicieusement. Dommage, parce que les histoires annexes sont souvent bien gores et valent le détour…

Murdered Soul Suspect Image du jeu

Conclusion

Murdered : Soul Suspect nous fait invariablement vaciller entre intérêt et agacement pendant les huit à dix heures de sa courte durée de vie. Si l’histoire arrive à tenir en haleine, la linéarité des enquêtes, expurgées de tout challenge, les commandes crispantes et les pénibles phases d’infiltration sont promptes à refroidir les ardeurs des plus téméraires. S’il demeure être un sympathique récit interactif, ses défauts et son prix fort sont rédhibitoires.

Y’a bon!

  • Histoire
  • Ambiance
  • Bon rythme narratif
  • Certaines enquêtes

Beuargh!

  • Expurgé de challenge
  • Caméra et déplacements capricieux
  • Trop linéaire
  • Court
  • VF pas top
  • Techniquement pas génial
  • Phases d’infiltration pas folichonnes

L’info en +

Le substantif médium, emprunté à la langue anglaise, apparaît en France au milieu du 19ème siècle, après l’arrivée de missionnaires du spiritualisme moderne anglo-saxon. Il passa dans le langage courant avec la diffusion du Livre des médiums, publié par Allan Kardec en 1861. Dans cet ouvrage, le mot médium (du latin, medium, milieu intermédiaire) désigne une « personne pouvant servir d’intermédiaire entre les Esprits et les hommes » et la médiumnité désigne l’ensemble des facultés spécifiques aux médiums. Bien que représentés dans de multiples activités, les médiums sont généralement associés au mouvement spirite ou au domaine du surnaturel.

Show Full Content

About Author View Posts

Mr Scintillant

Actuellement, je tape la carte sur MTG Arena et Legends of Runeterra, tout en continuant mon marathon Kingdom Hearts

Previous BlockStorm | Test
Next Scram Kitty & his Buddy on Rails – WiiU | TEST

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

eFootball PES 2020 reçoit son Data Pack 4.0 (et on vous le détaille)

14/02/2020
Close