Si les détracteurs du jeu vidéo ont toujours taxé ce média de loisir solitaire, ils ont tôt fait d’oublier que depuis très longtemps,  le jeu vidéo propose de jouer à 2 (ou plus). Mais comme le jeu vidéo lui-même le multijoueur a évolué avec le temps.

Le jeu en multi fait partie intégrante du jeu vidéo. Héritage des premiers jeux, basé sur le tennis ou le ping-pong, mais aussi des bornes d’arcades,  le multijoueur a depuis toujours réunis les joueurs. Et pour se faire, ils ont 2 options : local ou online.

Les vieux briscards du jeu vidéo se rappellent tous cette époque où, avec un ou plusieurs amis, l’on enchainait les parties de Goldeneye en écran splitté ou les tournois improvisés de Street Fighter 2 lors d’une après-midi pluvieuse (ou pas d’ailleurs !). Le multi en local a toujours le summum de la convivialité, qui contraste avec l’image « asociale » que certains essayent d’attribuer au jeu vidéo. Surtout que les genres de jeux à autoriser le multijoueur ont toujours été nombreux et seules quelques exceptions, comme le RPG, le point’n click ou certains jeux de plateformes,  dérogeaient à la règle. Jouez donc à Street Fighter avec un ami et ensuite, tentez la même chose en ligne. La différence vous sautera aux yeux. Le local, c’est le  bruit des manettes qui s’entrechoquent, les jurons, les cris de victoires, les tentatives de troll ou de triche avec ses amis et au final, la sensation de s’amuser, de VRAIMENT s’amuser.

Mais si la convivialité que procure le local saute aux yeux, elle se heurte à une contrainte technique et physique : celle de réunir des joueurs. En effet, pas toujours évident de se réunir à plusieurs pour jouer surtout quand on prend  l’âge. Les plannings ne s’accordent pas toujours, la vie de famille occupe, à juste titre, une grande place et se réunir autour d’une bière pour des parties à 4 (ou plus) n’est pas des plus aisés.

Un autre souci concernant le local est la courbe de progression.  En local, on affronte souvent les mêmes personnes, cela va de soi. Si ces dernières ne sont pas très douées, vous ne risquez pas de progresser. A l’inverse si ces dernières sont 100 fois meilleurs que vous, vous risquez de vous faire atomiser en boucle (et être réduit en charpies 50 fois de suites n’est pas très éducatif).

Ainsi donc débarqua, un jour, une autre manière de jouer à plusieurs : le mode en ligne !

Bien connu des joueurs PC, le jeu en ligne s’imposa, avec le temps,  sur les consoles de salon.  Un monde de possibilité s’ouvrait alors. L’arrachage de cheveux, pour réunir ses amis joueurs dans la même pièce, devient de l’histoire ancienne  puisque le monde entier devient notre pool de joueurs Peu importe l’heure ou le jour, vous pouvez dénicher des compagnons de jeu pour un affrontement ou une partie en co-op.

Et ce pool de joueurs servira aussi votre progression. Qui dit plus d’adversaires, dits plus de niveaux de jeux différents et avec un bon système de matchmaking, vous trouverez aisément des gens de votre niveau afin de progresser et de devenir meilleur.

Alors le tableau a l’air bien rose mais il n’en est rien car la force du jeu en ligne est également sa plus grande  faiblesse : les gens.

Plus il  y a de joueurs, plus la probabilité de tomber sur un abruti augmente, c’est un fait mathématique. Couplé cette équation avec l’anonymat accordé par le net, qui fait ressortir les pires penchants des joueurs, et vous obtenez un cocktail détonant. Vous le savez tous, le jeu en ligne, ce n’est pas une promenade de santé ni le monde des bisounours. Dans un jeu compétitif, on ne vous fera aucun cadeau et les insultes iront bon trains. Pire, certains se feront un devoir de vous pourrir votre session de jeu. Pourquoi ? Comme pour l’Orangina orange sanguine, la réponse est sans équivoque : PARCE QUE !! Même chose dans le jeu en co-op d’ailleurs. Si certains joueront le jeu, d’autres se la joueront perso et vous laisseront crever sans vergogne. Une fois sur 2, attendez-vous donc à du « chacun pour sa gueule » en co-op avec des inconnus.

Ce qui nous amène à un autre élément du jeu en ligne : la frustration. En effet, perdre n’est jamais amusant mais cela fait partie du jeu. Quand vous jouez en local avec vos amis, même dans la défaite, vous vous amuserez. Alors oui, on s’asticotera, parfois même l’on insultera, mais cela restera toujours bon enfant et de bonne guerre. Sauf si vous êtes amis avec de fieffés connards, dans ce cas-là, on ne peut rien pour vous.

En ligne, c’est une autre histoire. On ne connait pas forcement son adversaire  et la convivialité du local a disparu. Ne reste plus que la frustration de la défaite et comptez sur certains joueurs pour en rajouter une bonne couche. Alors, quand Kevin, 12ans, vous a mis la misère et se permet d’insinuer qu’il a fait des choses sexuelles avec votre maman pour couronner le tout, on a vite fait d’avoir des envies de meurtre.

Si le jeu en ligne semble prédominant aujourd’hui, le local n’a pas disparu pour autant et continue d’ailleurs de prospérer. On pensera évidemment à Nintendo avec des jeux axé convivialité comme Mario Kart, Mario Party,  Wii Sport ou encore Super Smash Bros (oui, se foutre sur la gueule, c’est convivial). On évoquera aussi l’excellentissime Towerfall, seul jeu de la Ouya à avoir connu le succès et porté sur PS4 et PC. Ce vrai concentré de convivialité et de fun a osé le pari risqué de ne proposer du multijoueur uniquement en local. Quand on voit ce que les affrontements en ligne peuvent parfois donner (n’est-ce pas amis joueurs de League of Legends), on peut comprendre ce choix.

Vous l’aurez compris, chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients et il convient d’essayer d’en tirer le meilleur parti comme jouer en ligne avec ses amis par exemple.Quoi qu’il en soit, en ligne ou en local, l’important est de jouer ensemble ! Alors qu’est-ce qu’on attend? Ca vous dit une petite partie?

Show Full Content

About Author View Posts

Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous L’édito du retour, aussi connu sous le nom Editour.
Next Night Trap : le retour en HD via le crowdfunding

4 thoughts on “Local ou online : le multi dans tous ses états

  1. Dieu que je suis vacciné du Multi-Online autre qu’avec des amis… Entre insultes gratuites, spam indigne, combos infinis en boucle et mauvaise ambiance, maintenant, je me fais déchirer la tronche en ligne par des copains, dans la bonne humeur et le fairplay 😀 Au moins comme ça on s’amuse et on apprend !
    Dés que j’essaye de repasser sur du multi en ligne avec des inconnus, tout le plaisir disparaît, comme si mes compagnons de jeux se prenaient trop au sérieux et ne recherchaient que la gloire personnelle d’un ladder idiot…

  2. Je reposte ce que j’ai déjà mis sur FB ^^: Le multi pour moi a ses bons et mauvais côtés… D’ailleurs si je peux le pratiquer je préfère nettement une soirée entre potes à la maison avec chips et boissons gazeuses qu’un multi en ligne avec des « inconnu ». Les meilleures soirées multi étaient d’ailleurs entre potes et bien avant l’ère internet ^^…

    Pour le reste je suis pas contre du multi en ligne, mais si possible avec des personnes que je connais sinon je prends peu de plaisir, et pour peu que l’on tombe sur des abrutis, ça gâche toute l’expérience.

    Quoi qu’il en soit je suis quelqu’un qui préfère généralement les plaisirs solitaires (non pas ceux là bande de pervers) et du coup même les jeux multi, je les pratique plus en solo XD

  3. Même certain jeu maintenant ne propose même plus d’écran splité même sur certain jeu de course qui sont quand même les bases du jeu a jouer à 2

  4. Oui le online avant tout … ça deviens vraiment dommage. D’autant qu’hormis la Wiiu et le Pc, maintenant il faut payer pour jouer en ligne, et ça choque personne -_-

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Flappy Bird revient……. sur borne d’arcade

13/01/2015
Close
%d blogueurs aiment cette page :