L’eShop de la WiiU a accueilli il y a peu une nouvelle version d’un jeu espagnol autrefois cantonné aux tablettes : Les Rivières d’Alice. Avec un gameplay tactile et une ambiance onirique, le jeu de Delirium Studios n’est pas sans rappeler un certain Machinarium…

Wake Up

On baigne bien en plein rêve...
On baigne bien en plein rêve…

En effet, avec son apparence graphique naïve, dessinée à la main et sa bande son planante, Les Rivières d’Alice s’avère être un jeu de réflexion plutôt bien fichu qui illustre de belle façon les non-sens de nos rêves tout en faisant par moment bouillir notre cerveau.

Alice est coincée dans un rêve et ne pourra en sortir que si elle remet la main sur 4 libellules pour compléter son pendentif. Seul problème, ces insectes se sont enfuis et cachés à travers divers tableaux. Il incombe alors à Alice de comprendre la logique de chaque tableau et de résoudre les énigmes pour revenir dans le monde réel.

Ne vous attendez pas à trouver une seule ligne de texte, tous les échanges avec les divers personnages se font à l’aide de petites illustrations, et il vous appartient de bien les comprendre pour saisir les mécanismes de chaque énigme. En cas de problème, il est toujours possible d’aller titiller Paresse dans le premier tableau pour qu’il vous donne un indice, ou de prendre quelques notes et dessins dans votre calepin.

Toutes les interactions se font sous forme graphique
Toutes les interactions se font sous forme graphique

Lewis Carrol n’étant pas très loin, les différents tableaux des Rivières d’Alice n’ont que peu de rapport entre eux et on devine que le prénom de la jeune fille n’a pas été choisi au hasard. On passe d’une grotte à une plage, en passant par les berges d’une rivière ou aux lumières d’une ville endormie sans logique aucune, renforçant l’impression de se retrouver dans un monde imaginaire.

Volontairement très reposante, la bande originale composée par Vetusta Morla est de grande qualité, plongeant le joueur dans une sorte de demi-sommeil propice à la résolution des différentes énigmes. Car oui, il faudra parfois faire taire votre logique et laisser parler votre instinct pour avancer de tableau en tableau, surtout que la solution à une énigme se cache souvent à un autre endroit. A cet égard, regardez bien partout et interagissez avec tout pour voir si il n’y a pas un minuscule objet à ramasser, car il arrive parfois qu’on se retrouve bêtement coincé. Mais laissons tout de même à César ce qui lui appartient : en règle générale, les énigmes se laissent rapidement appréhender, et la difficulté évolue progressivement pour nous laisser le temps d’entrer dans la logique, même si certaines m’ont donné du fil à retordre (oui, la machine à vapeur, c’est à toi que je parle).

Bon ici on s'y est mis à deux, clairement l'énigme la plus difficile du jeu
Bon ici on s’y est mis à deux, clairement l’énigme la plus difficile du jeu

Loin d’être contemplatif malgré son cachet graphique et sa douce mélodie, Les Rivières d’Alice parviendra à captiver les plus réceptifs à sa poésie, tandis que les autres pourront se satisfaire des énigmes parfois retorses du titre. On pourra néanmoins pester sur la précision des interactions, les zones réactives n’étant pas toujours très bien délimitée, et on doit parfois s’y reprendre à plusieurs fois.

Conclusion.

Le jeu réussi à ne jamais énerver, car il est possible de se promener calmement dans différents décors, de profiter de la musique et des décors et de fouiller tranquillement le tout pour finalement trouver une solution à l’un des problèmes et débloquer une nouvelle partie du rêve. Si vous avez 2-3 heures devant vous, n’hésitez pas.

Les Rivières d’Alice

  • Développeurs Delirium Studios
  • Type Énigmes oniriques
  • Support Android, IOS, WiiU
  • Sortie 24 Septembre 2015

Y’a bon!

  • Très onirique
  • Visuellement accrocheur
  • On fonctionne plus à l’instinct
  • Bande originale superbe et adaptée

Beuargh!

  • Quelques énigmes vraiment très tordues
  • Manque parfois de précision tactile
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Samurai Warriors 4-II | Test
Next Destiny : le Raid d’Oryx en difficile dès le 23 octobre

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Les River City Girls revient bastonner dans les rues avec deux nouveaux titres

15/06/2021
Close