Le Maléfice de Frichebourg est un des premiers romans tiré de la licence de jeu de plateau de Fantasy Flight Descent. Peut-on s’investir dans la lecture du roman de Robbie McNiven sans pour autant être familier avec l’univers du jeu ? C’est ce qu’on va voir ici.

Le Quatuor des Marches se reforme

Si je vous disais que je suis un expert en Descent, je mentirais. J’ai déjà accompli quelques campagnes en Terrinoth, mais cela fait partie des jeux qu’il reste compliqué de sortir rapidement. Il s’agit de campagnes qui se déroulent en plusieurs chapitres, il faut pouvoir réunir les mêmes joueurs à chaque fois, et prendre le temps de sortir ce jeu en particulier… parmi une grosse centaine dans notre collection.

L’auteur a donc ici la lourde tâche de convaincre les fans, mais aussi les néophytes de replonger dans le jeu. Pour cela il prend une décision plutôt incongrue en donnant une suite aux aventures de héros de l’extension du jeu de plateau Labyrinth of Ruin sortie en 2013.

L’auteur est loin d’être un nouveau venu puisque Robbie McNiven a déjà écrit plusieurs histoires dans l’univers de Warhammer 40,000 Age of Sigmar et est l’auteur des narrations de Smite Blitz. Il sait donc comment adapter une licence ludique riche en histoire accessible. Et il y parvient avec maîtrise dans “Le Maléfice de Frichebourg”.

Baser un roman entier sur les événements d’une seule extension épuisée est un choix un peu étrange, mais au final plutôt pertinent. Personnellement, n’ayant jamais possédé cette extension très spécifique, les héros m’étaient complètement inconnus. On suit alors les aventures de plusieurs protagonistes bien des années après leurs hauts-faits. Convoqués par la baronne Adelynn de Forthyn, ils sont mandatés pour retrouver sa fille disparue.

Une aventure haletante

Heureusement, si on a parfois l’impression de lire la suite d’une aventure qui n’a jamais été publiée, l’auteur parvient à gommer cela en approfondissant chaque personnage. En brisant un peu leur archétype de base, il les transforme progressivement en vrais personnages de romans. Ne vous arrêtez donc pas aux premiers chapitres, chaque personnage évolue et prend une dimension plus profonde que juste “l’ancien brigand devenu riche” ou « l’orc pisteur bourru”. Cela intervient d’abord par petite touche, durant les dialogues ou les petites respirations de l’histoire.

L’auteur sépare aussi régulièrement ses quatre héros pour les faire évoluer avec d’autres personnalités qui vont peu à peu les définir de façon plus dense. On pense à Logan, ancien brigand devenu un riche propriétaire qui se languit de ses aventures passées, et plus encore à Dezra la Scandaleuse, véritable personnage pivot et tragique de cette histoire.

L’auteur articule son récit comme une campagne de jeu, avec différentes missions et enjeux qui pointent de plus en plus vers la véritable menace de cette histoire. On a donc toujours un rythme soutenu dans le déroulé des événements. Cette structure rend l’histoire très accrocheuse, avec une bonne alternance de suspens, d’humour et de drame.

Même si nous n’avons pas vraiment d’idée précise de leurs précédentes aventures à Sudanya, l’auteur parvient à nous les faire deviner par petites références et ainsi caractériser le lien solide qui unit Logan, UIma, Durik et Dezra. Ce lien de confiance indéfectible semble prendre du temps à se matérialiser, signe des longues années de séparation. Mais on le ressent de plus en plus au fil des chapitres, malgré la voie ténébreuse choisie par l’un membre du quatuor. Cela est d’ailleurs très bien soutenu par la traduction de Elodie « Nelow » Negro. On a tendance à l’oublier, mais les traducteurs on aussi leur part de mérite dans la réussite des dialogues et la retranscription des ambiances.

Le Maléfice de Frichebourg est un bel exemple d’adaptation réussie d’un univers de jeu de plateau en roman attrayant et original. Robbie McNiven parvient à garder assez de liberté narrative tout en reprenant les éléments les plus reconnaissables de la licence afin de rassembler les amateurs et les nouveaux venus. J’ai personnellement hâte de découvrir une éventuelle nouvelle aventure du même auteur sur les terres de Terrinoth !

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Le comic book gratuit Dying Light 2 Stay Human se révèle avec un teaser animé
Next Moss: Book II a été dévoilé lors du State of Play de PlayStation

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Pokémon GO améliore sa réalité augmentée en s’associant avec Apple

20/12/2017
Close