Fallout, Fallout never changes… J’aurai aimé entendre cette phrase en lieu et place du célèbre gimmick de la série. Mais non avec ce Fallout 4 force est de constater que la série a évolué et pas forcément de la plus belle des manières. Traitez moi de vieux con si vous le voulez, mais non Fallout 4 n’est pas le jeu de l’année, loin de là.

Et pourtant ça ne commençait pas trop mal. L’image du monde avant l’apocalypse, la joie très american dream des années 50 mélangée à une technologie de pointe remplie de robots et autres réjouissances. Mais dès lors que cette partie se termine, Fallout 4 a tout doucement commencé à me montrer son vrai visage, celui d’un titre à l’histoire lissée et convenue. Et ce n’est pas l’expertise de Bethesda dans le remplissage en mode documentaliste qui a réussi à rattraper la sauce qui n’a pas voulu prendre chez votre serviteur.

Fallout 4 critique test review
En une image la pauvreté technique du titre

Ce Fallout tient plus du groupe Fallout Boy

Oh ça j’ai bien apprécié créer mon personnage, m’amuser avec son outil très complet de personnalisation, ce genre de fonctions pour lesquelles le fan hardcore de RPG bave d’excitation devant. Le tout créé pour vous aider à vous immerger dans l’aventure, que ce soit lors des phases d’explorations, de nombreuses heures de marches qui vous mèneront vers des combats au corps à corps pas toujours au top, et des discussions sans grand intérêt ou enjeu. La roue des dialogues ne laisse planer aucun doute sur ce que vous allez dire, et il n’y a plus vraiment d’aspect négociation et stratégie.

A côté de cela, le système regroupant votre évolution et vos caractéristiques est devenu plus souple et simple que celui de ses prédécesseurs, on gagne 1 point par niveau passé, et le tout se redistribue façon Fallout Shelter. C’est clair, sans complication mais ça manque de cette touche de plaisir et d’humour d’antan. Vous savez quand Fallout était un peu acide…

Fallout 4 critique test review

C’est sans doute en cela que Fallout 4 m’a le plus ennuyé, c’est ce manque d’envolée épique, que le scénario passe tant au second rang, pour n’être qu’un RPG d’exploration. Le genre qui semble rempli de détails uniquement parce que l’on vous oblige à fouiller partout pour découvrir des détails sur l’univers sans réellement apporter quoi que ce soit à votre aventure, votre quête principale. Si vous aimez le remplissage vous allez être servi. Le syndrome Assassin’s Creed ça va bien 5 minutes. Fallout ce n’est pas ça bon sang. C’est une histoire solide, adulte, un enjeu que l’on peut ressentir, des moments tendus, construits, pas cette vague intrigue qui n’est là uniquement que pour faire joli derrière l’open world.

Un RPG et Fallout, c’est aussi des rencontres, des combats, une faune et une flore à apprivoiser, remplie de dangers. Et de côté là vous allez être servis. Humains, animaux, mutants, robots et même ce que l’on pourrait considérer comme des boss, ces adversaires spéciaux, rares, avec des méthodes différentes et du loot à la hauteur.

Les combats sont relativement proches de Fallout 3, à ceci près que le VATS, la vue tactique n’arrête plus l’action mais la ralentit. De plus cette dernière consomme pas mal de points d’action et vous demanderont de subir les batailles classique plus FPS, certes plus nerveuses qu’avant, mais très vite très répétitives. Pour ce qui est des combats rapprochés, vous êtes vraiment trop vulnérables et limités pour que ça soit amusant et ce même si votre personnage évoluera et deviendra bien entendu plus robuste et puissant.

Pour ce qui est des nouveautés et changements, sachez aussi qu’ici les points de karma n’existent plus, et votre réputation vis à vis de vos compagnons ne se basera plus maintenant que sur ce que vous ferez sous leurs yeux. De quoi faire tout ce que vous voulez, d’avoir le pire des comportement quand ils ne sont pas là, sans que ça ait une quelconque influence globale. Si je vois bien l’intérêt que certains y trouveront, de mon côté je trouve ça un peu “trop facile” et faussant l’expérience générale.

Et tant que j’en suis à parler des amis de routes, sachez que leur IA est capable du meilleur comme du pire et ce sans raison. Capable de vous sauver la vie, mais en même temps de rester bloqué au beau milieu de nulle part.

Fallout 4 critique test review

Le bon point pour Fallout 4 selon moi, est du côté des différentes factions proposées. Au nombre de 3, et déjà bien connues des fans de la licence, elles sont réellement intéressantes, différentes et ont un réel but sans tomber dans la manichéen. Vous pourrez donc retrouver les Minutemen, ces bon vieux Rangers venus de Boston, le Réseau du Rail (mais pas de Coke), et enfin la Confrérie de l’Acier facilement reconnaissable par son gros Zeppelin/Dirigeable qui vous surplombe très souvent. A chaque faction sa façon de vivre, de penser et d’agir. Si vous avez la possibilité de changer de faction un peu comme vous l’entendez (Attention que le jeu impose un point de non retour à un instant T),  il est malgré tout plus intéressant d’essayer de rester fidèle pour mieux grimper les échelons, obtenir plus d’aide et donc réaliser vos quêtes, qui pour la plupart (et tout comme le reste du titre) sont bien trop classiques et sans grande saveur. Heureusement que les secondaires (que ce soit avec ou sans votre faction) sont là pour relever un peu le niveau.

Ce point me mène au crafting et à la construction qui ont ici fait un bond depuis Fallout 3. Tout peut servir à vous équiper, améliorer vos armures, armes et j’en passe, mais aussi aider la croissance de vos colonies. Tout ce que vous ramassez semble utile, ce qui donne au moindre déchet (rangé dans la catégorie Bric à Brac) une tout autre valeur que celle de la revente simple. Encore une fois, l’idée est intéressante mais l’interface n’est pas d’une aide exemplaire à l’appréciation de ce passage “Fallout chez les Sims”. 

Conclusion.

Fallout 4, n’a pas vraiment le goût d’un Fallout mais plus d’une resucée de Skyrim, ce n’est pas un mauvais titre si l’on accepte qu’il soit devenu un RPG d’exploration à l’histoire pauvre qui n’est pas techniquement toujours à la hauteur (surtout sur consoles). Je me suis trop souvent ennuyé, je n’ai pas réussi à m’impliquer dans cette histoire fil rouge mal écrite à la limite du bâclé. Mais il semblerait y a voir un public plus clément et plus en demande de ce genre de gameplay. Vous l’aurez compris ce n’est pas mon cas, Fallout ce n’est pas ça monsieur Bethesda. 

Fallout 4

  • Développeurs Bethesda
  • Type L’ombre d’un Fallout, un Skyrim déguisé
  • Support PS4, XboxOne, Pc
  • Sortie 10 novembre 2015
  • Testé sur Xbox One

Y’a bon!

  • Des heures de jeux et de l’exploration
  • Pour ceux qui aiment ça
  • Les factions et quelques combats un peu plus nerveux

Beuargh!

  • Creux, lisse, convenu et mal scenarisé
  • L’esprit Fallout s’en va progressivement
  • De beaux bugs made in Bethesda
  • Techniquement loin d’être constant
Show Full Content

About Author View Posts

Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous Need for Speed | Test (PS4)
Next Broforce : voilà des Bros Christophe Lambertien gratuits

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Vous ne jouerez pas à Tales of Arise en 2020

25/06/2020
Close