Le chemin de fer possède une histoire passionnante et cruciale dans le monde du commerce et du transport de biens ou de personnes.

D’ailleurs, saviez-vous que notre petite Belgique est le premier pays européen a avoir aménagé sa ligne de chemin de fer? C’était il y 185 ans et ce fut la ligne entre Bruxelles et Malines…

Cela dit, pour ce test, on va partir un peu plus loin, que ce soit tant en époque qu’en distance.

En effet, Railway Empire est un jeu de stratégie/gestion basé sur le trafic ferroviaire américain du XIXe siècle.

Alors, accrochez les wagons et c’est parti pour conquérir l’Ouest… et l’Est!


Railway Empire


Supports : Switch

Genre : Simulation

Date de sortie : 19 juin 2020

Editeur : Kalypso Media Group

Développeur : Gaming Minds Studios

Multijoueurs : Non


Pauvre graphiquement mais riche en contenu!


  • Un titre original
  • Bonne durée de vie
  • Accessible
  • Les DLC inclus
  • Fluide
  • Les graphismes pas top
  • Certaines infos pas très faciles à trouver
  • Petit en portable

« Faut voir grand dans la vie… »

« … quitte à voyager à travers le temps aux commandes d’un train, autant en choisir un qui ait d’la gueule! »

Nous sommes donc en 1830, alors que la Belgique signe son indépendance, les Etats-Unis ont pour ambition l’expansion de leur territoire d’Est en Ouest. Et pour se faire, ils se lancent un défi colossal: la création de lignes de chemin de fer permettant la circulation de trains sur tout le territoire nord-américain.

Le contexte est posé et dans Railway Empire, ce sera votre rôle d’endosser la responsabilité d’un tel défi. Pour cela, il va falloir gérer pas mal de paramètres: le transport de marchandises ou de touristes mais aussi l’économie, l’emploi et le commerce qui en découlent.

Forcément, comme dans à peu près tous les jeux du genre, le début paraît simpliste mais ça va vite se complexifier.

En effet, comme dans la vie, à partir du moment où il va falloir faire de l’argent… ça se corse. Inviter des passagers à utiliser vos transports et non ceux d’un rival (qui peut aussi vous espionner/saboter), faire du commerce (import/export), etc… Et surtout au fur et à mesure de votre succès, il va falloir agrandir vos gares, acheter des locomotives (plus d’une quarantaine à débloquer) plus performantes, des wagons (une trentaine), des technologies et j’en passe…

Bien entendu, l’argent est très vite dépensé par rapport au temps qu’on met pour le gagner….. en fait, c’est toujours comme IRL quoi!

Pour ce qui est de la partie émergente de l’iceberg, les chemins de fer, eux, devront être construits en prenant compte d’autant de paramètres, notamment la nature du terrain et surtout ne pas s’emmêler les pinceaux voies…

Heureusement, au début vous serez tenus par la main histoire de vous guider dans vos premiers pas.

Sweet home Alabama

A la base, Railway Empire était un jeu PC qui a été porté notamment sur Switch (la version testée) mais bien sûr faut-il encore l’adapter. Il est vrai que pour ce type de jeu, rien de tel qu’un combo souris/clavier, mais difficile sur la console de Nintendo.

Du coup, les développeurs vont utiliser une sorte de roulette de sélection déjà vue dans nombreux titres du genre. Pratique, sauf que parfois, il va falloir bien fouiller pour trouver l’info dont on a besoin…

Cela dit, le jeu tourne bien et reste fluide. Par contre, c’que c’est moche! Effectivement, ici, comme le jeu était déjà gourmand sur PC, il y avait un choix à faire et ce sont les graphismes qui morflent…

Dommage, même si le tout reste quand même assez lisible pour pouvoir y jouer correctement (… malgré l’aliasing). Néanmoins, les écritures restent assez petites surtout si vous y jouez uniquement sur une Switch Lite ou en mode portable (même si un peu plus grand).

Une roulette de sélection pratique même s’il faudra fouiller pour plus d’infos…

Everybody comes to Hollywood…

On parle de fonder un empire ferroviaire, mais c’est surtout pour le mode de jeu principal: la campagne. Ce n’est pas le seul vu qu’on peut très bien choisir de se lancer dans des scénarios de missions précises; une sorte de mode défi dans lequel il faudra atteindre certains objectifs.

Pour les plus casual, le mode libre vous permettra d’y jouer façon bac à sable: vous faites ce que vous voulez avec les paramètres que vous souhaitez. Amusant et pratique pour les noobs du genre.

Petite précision: la version Switch est pourvue des DLC Mexico, The Great Lakes et Crossing the Andes directement inclus dans le soft. Et ça c’est cool! Surtout que ceux-ci proposent des changements de conditions climatiques et un cycle jour/nuit qu’il faudra prendre en compte.

Il n’y a pas que les lignes de chemin de fer à gérer. Les commerces font partie du deal!

Railway Empire: Conclusion

J’y joue dans le train!

En bref, malgré des graphismes totalement à la traîne, Railway Empire reste un très bon « petit » jeu de gestion ferroviaire qui mêle plusieurs disciplines à prendre en compte pour évoluer jusqu’à la fondation d’un trafic totalement territorial. En plus, il y a les deux DLC inclus…

Show Full Content

About Author View Posts

ManuSupra
ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!

Previous Test : Ghost of Tsushima – Prendre le temps
Next Yoshinori Ono quitte Capcom

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

I Am Bread : un trailer de gameplay

02/12/2014
Close