Est-ce que vous aviez aimé les CastleVania ancienne génération ? Si oui, le titre de JoyMasher (Oniken) devrait vous rappeler de bons souvenirs. En effet, Odallus The Dark Call est un hommage appuyé à la série de Konami et vient d’être rendu disponible sur consoles.

Haggis a de quoi être un peu énervé

En la peau de brebis, ce que tu veux écris

Le premier boss demandera un peu de précision

Seuls les amateurs de cuisine comprendront l’allusion mais tant pis. Odallus se penche sur le destin de Haggis, ancien soldat dont le fils vient d’être enlevé, le village incendié et qui a tout perdu… Sauf son épée et son désir de vengeance.. Car si les dieux ont oubliés les Hommes, les prières de ces derniers ont appelé quelque chose d’autre…  Il part donc à l’assaut des ténèbres pour libérer son rejeton dans un monde remplis de monstruosités en tout genre. On se rapproche dans la construction et dans le visuel des Castlevania, même si Ghosts ‘n Goblins et Demon’s Crest ont aussi servis de modèles au studio brésilien.

Odallus rend un bel hommage aux classiques d’antan

Cela va donc avec une certain difficulté lors de la traversée des 8 mondes à explorer, même si cela est à relativiser puisque chaque boss vaincu ne reviendra pas et chaque porte déverrouillée restera ouverte une fois le niveau terminé. Comme Odallus nous incite à repasser plusieurs fois dans les mêmes environnements après l’obtention d’un nouvelle relique (le gantelet de force pour pousser les gros blocs, le collier pour marcher sous l’eau, la cape…) on apprécie revenir dans les mondes précédents armé non seulement de nouvelles capacités ou objets, mais aussi de connaissances puisque les ennemis réapparaissent aux mêmes endroits.

D’autres par contre, seront moins subtils

On récupère donc assez rapidement de quoi enrichir le marchand, qui nous gratifie alors d’un peu de nourriture pour se soigner ou remplira notre stock d’objets. Car en plus de l’équipement de base et de ses évolutions (l’armure et l’épée), Haggis découvrira au fil des niveaux divers outils comme entre-autre des haches de lancer qui attaquent deux fois l’ennemi, des lances ou des torches qui auront la faculté d’enflammer une partie du sol.

Chaque monde se découpe en plusieurs zone parsemées de chemins, de quelques énigmes et même des passages secrets, si bien qu’on a toujours l’impression de découvrir un nouvel aspect du niveau en question, Haggis ayant en plus la faculté de s’accrocher aux rebords des plateformes.

La difficulté est au rendez-vous également, sans non plus devenir frustrante puisque Haggis dispose d’une jauge de vie améliorable et de “continues” à acheter chez les marchand pour éviter de recommencer l’intégralité du monde, et il faudra compter environ 4 heures pour voir le bout de l’aventure – un peu plus si comme moi vous aimez farmer un peu ou que vous voulez voir les deux fins disponibles.

Les boss sont souvent rapides et demanderont – à l’image d’Oniken – quelques réflexes et un peu d’observation pour esquiver leurs attaques. Ici aussi, chaque boss dispose d’attaques destinée à chaque situation, que vous soyez en  l’air, proche ou éloigné d’eux, ils ne vous laisseront que peu de répit. Si le scénario est somme-toute classique, Odallus parvient aussi à captiver avec ses environnements, les embranchements des niveaux et la variété d’ennemis dont il dispose.

Conclusion

Avec Odallus, les consoles voient arriver une nouvelle petite pépite qui rend un bel hommage aux classiques d’antan sans pour autant en imiter les tares. Avec son aspect visuel d’époque et sa maîtrise du genre, Odallus offre un beau voyage dans le temps quelque peu fantasmé des Metroidvania.

Odallus The Dark Call

  • Développeurs JoyMasher
  • Type MetroidVania rétro
  • Support PS4, PC, Xbox One, Switch
  • Sortie 8 Février 2019
Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Fuite : Samsung prépare des écouteurs vraiment sans fil
Suivant Focus sur le programme du festival Anima 2019
Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Test : Nanoleaf Light Panels Rhythm Edition

27/08/2019
Close