Les Schtroumpfs 2 – Le Prisonnier de la Pierre Verte est le second épisode en 3D chapeauté par Microids, qui entend bien entretenir la licence avec un jeu de plateforme, après sa déclinaison sympa en karting. Avec la Pierre Verte, on s’approche maintenant d’ailleurs davantage du TPS que du jeu de plateforme !


Les Schtroumpfs 2 – Le Prisonnier de la Pierre Verte


Supports : PC, PS4, PS5, XBox One, XBox Series, Switch

Genre : Action / Aventure

Date de sortie : 2 novembre 2023

Editeur : Microids

Développeur : OSome Studio

Multijoueurs : Oui


Les Schtroumpfs 2 – Le Prisonnier de la Pierre Verte est une bonne adaptation de l’univers de la BD, visuellement superbe, mais un peu répétitif.


  • Très joli visuellement
  • 4 mondes vastes et avec une variété de décors
  • La VF est très réussie
  • La fluidité
  • Un gameplay accessible
  • Une bonne durée de vie
  • 4 mondes, 4 Schtroumpfs
  • Peu de variété dans les ennemis et le gameplay

Stolas, le prisonnier en fuite

Sorti le 2 novembre 2023 sur PC, Xbox, Playstation et Switch au prix quand même relativement doux d’environ 40 €, est un jeu de type action / aventure / plateforme un peu différent du premier. Toujours développé par Awesome Studio, que l’on l’on connaît maintenant pour des productions globalement de qualité, avec des budgets toujours un peu limités. Le gameplay du jeu est centré sur la mécanique du Schtroumpfomix, qui permet aux Schtroumpfs de collecter des pouvoirs (pour repousser ou ralentir les adversaires et les éléments par exemple) et de les utiliser pour combattre les ennemis.

Cependant, les pouvoirs disponibles ne varient pas beaucoup, et les niveaux sont souvent construits autour des mêmes défis. Les pouvoirs des graines sont plus limités et dépendant de graines que vous trouverez dans le décors. Pour ne pas pouvoir en abuser non plus, ils causent une surchauffe de votre arme, qui la rend inutilisable quelques secondes. De mon point de vue, hormis pour résoudre quelques puzzles environnementaux, j’ai préféré le pouvoir de base du Schtroumpfomix.

Avec son petit air de Ratchet and Clank volontaire ou non ressenti dans certaines animations, on retrouve les sensations des bons vieux jeux de plateformes 3D qui ont fait les beaux jours des PS2/PS3. Le scénario est simple, mais propice à l’aventure : à la recherche d’une solution pour améliorer son invention, le Schtroumpf bricoleur se rend avec le Schtroumpf à lunette, le Schtroumpf bêta (involontairement) et une Schtroumpfette du village des filles nommée Tempête, chez Gargamel. Là, ils libèrent par erreur une étrange créature prisonnière d’une pierre verte, qui ouvre différents passages vers différentes zones (forêt, montagne, volcan… les classiques), et il va falloir s’y rendre avec le Schtroumpfomix pour le poursuivre, limiter les dégâts de la libération et découvrir sa nature.

C’est déjà un point positif puisque les développeurs ont tenté une nouvelle approche, une nouvelle façon de voir les choses pour livrer un titre 3D visuellement très réussi, amusant et qui mélange le TPS à la plateforme. Dans le fond ça reste de l’aventure plateforme classique, donc on va avoir nos premières missions, nos premiers niveaux que l’on va découvrir donc notamment avec le personnage de Tempête, mais aussi avec les 3 autres Schtroumpfs. Cela peut sembler assez court, 4 personnages à incarner, chacun dans un monde, mais les environnements sont vraiment grands, les niveaux assez longs et plein de cristaux à découvrir pour améliorer son arme.

Les doublages en français sont vraiment très bons, même si elle devient un peu énervante (surtout avec le Schtroumpf bêta – très bêta), et le fait qu’ils répètent souvent les mêmes phrases pendant la progression.

Cette fois, le véritable antagoniste, le vrai méchant du jeu c’est pas Gargamel, mais Stolas, une entité qui est en train de faire tout et n’importe quoi dans le monde des Schtroumpfs, et le but ça va être évidemment de l’arrêter. Berf, c’est un scénario extrêmement basique, mais un bon prétexte pour partir à l’aventure.

Les Schtroumpfs 2 : Le prisonnier de la pierre verte_20231023133455

Le jeu propose quatre personnages jouables : Tempête, le Schtroumpf Bêta, le Schtroumpf Lunettes et le Schtroumpf Bricoleur. Malheureusement, ces sont les seuls personnages disponibles, et on ne peut pas diriger le Grand Schtroumpf ou la Schtroumpfette, bien qu’ils soient présents dans le jeu. Cette limitation est décevante, d’autant plus que chaque personnage a son propre univers de jeu, mais le contenu global est relativement limité. De plus, le Schtroumpf Bricoleur n’est jouable que dans le niveau final, ce qui donne l’impression d’une fin précipitée. Tempête est rapide et peut planer, le Schtroumpf Bêta peut geler l’eau pour créer des plates-formes, le Schtroumpf Lunettes peut manipuler des objets à distance, et le Schtroumpf Bricoleur peut construire des machines pour résoudre des énigmes.

On a donc un jeu d’aventure et de plateformes plutôt varié, avec de beaux décors et pas mal d’idées au niveau de la progression. On pourra pester un peu contre le manque de variété des ennemis, souvent en surnombre mais peux différents, ce qui peut donner une impression de répétitivité, heureusement contrebalancé par la variété des décors. Le jeu se termine quand même assez vite et le but ici voulu est simplement donc de se plonger dans l’univers de la BD. Ça fonctionne, même si certains passages pourraient être un peu complexes à aborder pour de plus jeunes joueurs.

Le scénario du jeu est basique, mettant en avant Stolas comme l’antagoniste principal plutôt que Gargamel, qui reste en retrait. Le jeu se termine assez rapidement, en environ 6 à 8 heures, ce qui peut être un avantage compte tenu de la répétitivité inhérente à son gameplay peu évolutif. Malgré ces défauts, le jeu propose une expérience visuelle agréable avec une direction artistique fidèle à l’univers des Schtroumpfs. Notez qu’il tourne en 60 FPS sur la PS5.

Les Schtroumpfs 2 – Le Prisonnier de la Pierre Verte

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En bref

Les Schtroumpfs 2: Le Prisonnier de la Pierre Verte est un jeu qui apporte une nouvelle approche par rapport à son prédécesseur, mais souffre d’une répétitivité. Malgré une direction artistique fidèle à l’univers des Schtroumpfs, le jeu manque de variété dans ses niveaux, ses ennemis et dans ses mécaniques de jeu. Néanmoins, il reste très beau, et amusant à parcourir

3.5
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Gameplay : This Bed We Made – Fouillez les chambres des clients pour résoudre le mystère
Next Test : Hellboy – Web of Wyrd

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

To All of Mankind tente de survivre en vidéo

17/05/2019
Close