Codemasters nous régale tous les ans depuis plus d’une décennie avec les jeux officiels de Formule 1 et c’est déjà le 6e opus qui débarque sur nos consoles actuelles. Est-ce que F1 2020 signe une excellente fin de génération en attendant certainement son successeur sur Next-gen ? Réponse dans notre test F1 2020, après quelques courses sans casse moteur !


F1 2020


Supports : PS4, XB1, PC, Stadia

Genre : Course

Date de sortie : 10 juillet 2020

Editeur : Codemasters

Développeur : Codemasters

Multijoueurs : Oui


L’expérience de F1 en mode immersion totale.


  • Le mode Mon Écurie livre la marchandise tant attendue.
  • Des sensations de conduites excellentes et accessibles pour tous.
  • Une édition géniale qui rend hommage à Michael Schumacher.
  • Quelques petits bugs à régler.
  • Le moteur graphique commence à prendre de l’âge.
  • Quelques imprécisions dans les interviews.

Plantons le décor du F1 Circus !

F1 2020 propose bien évidemment toutes les licences officielles du pinacle du sport automobile estampillé FIA. Bien sûr toutes les équipes sont là, que ce soit en F1 ou en F2, l’antichambre de la catégorie reine. Leurs pilotes sont tous là, y compris d’ailleurs ceux qui ont eu un destin… Disons compliqué, pour être gentil. RIP Anthoine et courage Juan Manuel. Même s’il est normal de les voir dans le line-up en attendant la mise à jour de 2020, ça fait tout de même bizarre de les voir là mais passons. Donc tout est présent et quelques options qui font plaisir sont aussi de la partie pour multiplier le plaisir de jeu pour tous. On peut noter la possibilité de jouer en écran partagé et donc en local, 16 voitures rétro des années 80 aux années 2010, une section Esports et plusieurs modes de jeu classiques comme le Contre-la-montre, le Mode Grand Prix et les Championnats classiques. Maintenant que les bases sont posées entrons dans les détails, parce que le diable se cache souvent dedans !

Notre pilote est le propriétaire d’une écurie qui fait son entrée dans la cour des grands.

Le mode Mon Écurie, le gros morceau de cette année !

Alors on ne va pas se mentir, même si c’est cool dans la Seventy Edition et Schumacher (Deluxe) Edition avec les voitures du septuple champion du monde et des vêtements de course aux couleur du champion allemand ou d’autres selon votre édition, là on s’attaque au gros plat de l’année. Dans le mode Mon Écurie (My Team) de F1 2020, vous commencez votre carrière non seulement en tant que pilote, mais aussi en étant le propriétaire d’une onzième équipe de F1. Et si sur le papier c’est déjà cool, ce n’est que le début des réjouissances ! Parce qu’à partir de ce moment-là, vous allez gérer tous les aspects de votre équipe. Il va falloir trouver un second pilote pour vous assister, (la première année vous oblige à piocher dans le plateau de la F2 sachez-le), et en avant Guingamp ! Oui, mais non. Pas tout à fait.

Devinez qui est le patron ?

Entre les courses, il ne faudra pas s’endormir !

Si la notion de R&D est toujours là et qu’il faudra prendre des décisions de développement, pendant vos moments passés à l’usine, il va falloir développer les départements liés à la recherche et au développement, mais aussi votre pilote, vos ressources humaines, le marketing, les relations avec la presse (qui peuvent être aidées par l’achat d’avantages pour votre pilote, ce qui vous permettra d’avoir notamment plus de choix de réponse pendant les entrevues), avec vos sponsors (dont il faudra réussir les objectifs pour gagner plus d’argent, globalement et par dotation hebdomadaire). Et gare à vous si vous faites preuve de manque de sérieux budgétaire car la fermeture de certaines infrastructures vous guette.

L’aspect gestion occupe une grande place du mode Mon Écurie.

Même si l’aspect de gestion reste assez sommaire par rapport aux jeux de sport de référence comme la franchise des NHL ou NBA, vous allez y passer du temps si vous acceptez de relever ce nouveau défi. D’autant que le développement de vos infrastructures et le budget restant en fin de saison pourra, si vous êtes sérieux, vous permettre d’attirer de meilleurs coéquipiers au fil des années que peuvent durer votre carrière. Chaque décision peut peser lourd dans la balance au final, alors réfléchissez bien à toutes vos options avant d’agir. Être un fin stratège peut rapidement s’avérer payant ici ! D’ailleurs à chaque fin de saison de 10, 16 ou 22 courses (une saison complète) vous pourrez changer de motoriste, de sponsors (au renouvellement variable) et de pilotes selon un système de surveillance et d’enchères plutôt intéressant.

Reconnaître les circuits est essentiel pour progresser dans le développement de la voiture.

Ce mode Mon Écurie est globalement très réussi et fait très bien son travail, l’immersion est présente et il ne sera pas rare de vous voir vous arrêter pour prendre les bonnes décisions au bon moment. C’est un ajout bien pensé et salutaire pour F1 2020, sans aucun doute. Dernière précision, les interviews sont aussi de retour dans le jeu entre les séances d’essais les qualifications et la course, donc veillez à bien répondre pour aider vos relations externes mais aussi pour augmenter le moral de vos employés. Pour le côté esthétique, les livrées sont customisables en partie et il faudra penser à rendre vos sponsors (fictifs) bien visibles pour honorer les contrats publicitaires que vous aurez signés.

La météo peut parfois jouer les trouble-fête et vous faire changer de stratégie de course.

Les autres parties du jeu sont aussi intéressantes. 

Un mode Carrière classique est disponible si vous voulez progresser comme d’habitude. Malgré tout, il faut noter que vous pourrez commencer votre ascension de simple pilote par la F2 pendant  une saison complète ou une demi saison plus condensée ou plonger dans une expérience F1 directement selon vos envies. Les Épreuves Rétro jalonneront toujours votre parcours quelque soit votre type de Carrière et c’est toujours aussi sympa de prendre le volant des F1 mythiques des années précédentes. Rien de bien original de ce côté-là, si ce n’est la présence des nouveaux circuits de Zandvoort aux Pays-Bas et d’Hanoï au Vietnam. J’en profite d’ailleurs pour préciser que vous aurez accès à l’intégralité des épreuves qui auraient dû avoir lieu en 2020, ce qui constitue un excellent palliatif au championnat réel qui sera amputé de plusieurs épreuves, conséquence direct et normale de la COVID-19. Ajoutons que le multijoueur n’est pas en reste avec des épreuves renouvelées chaque semaine, des événements classés ou non, etc. L’expérience est complète avec des livrés pour le multijoueur également.  

La modeste Jordan 191 de M. Schumacher est intéressante à conduire.

Techniquement est-ce que ça envoie du bois ?

Alors globalement oui. Effectivement, F1 2020 est joli et on sent que le tout est globalement maîtrisé. Par contre, on ne peut s’empêcher de remarquer que le moteur graphique est plutôt vieillissant, mais c’est tout à fait normal pour une fin de génération de machines. Les modélisations de personnages semblent un peu figées même si l’ajout de mouvements sur le podium et la customisation de votre avatar est un peu plus poussée malgré les visages imposés. En course c’est fluide, très fluide même et la prise en main est excellente. A ce sujet, certaines options vous permettent une meilleure accessibilité de jeu, avec des menus simplifiés si vous le souhaitez, des facilités accrues dans la conduite (uniquement en offline) En bon adorateur de simulation, je vous les déconseille pour l’immersion mais ça existe pour ceux qui pourraient y trouver un bénéfice. Pour résumer, c’est plutôt joli au final, même si le poids des années se fait ressentir et l’immersion est clairement là. Pour une licence annuelle, c’est réussi. On peut trouver quelques bugs par-ci par-là, notamment la présence de crash et des erreurs de traduction ou dans le voice-over, mais un patch Day One va remettre tout ça d’équerre et profiter de l’occasion pour mettre à jour certains contenus inhérents à la saison 2020 qui vient tout juste de débuter finalement. 

Un seul but : rouler vite et remporter le championnat haut la main !

Retour au puits de F1 2020 (Conclusion)

Grâce à notre test F1 2020, on sait que ce jeu est aussi réussi que le Circuit de Spa-Francorchamps !

F1 2020 est un jeu très réussi, qui en plus de solidifier les bases de la licence, se permet de proposer un mode Mon Écurie très réussi qui balance parfaitement entre immersion et accessibilité. Pour les fans du Baron Rouge, conduire la Jordan 191, la Benetton B194 et B195 ainsi que la Ferrari f1-2000 est un bonheur visuel et auditif comme toutes les F1 rétro (d’autant que pour les monoplaces de Schumi, vous pourrez rouler avec les équipements de course qui vont avec) donc c’est aussi excellent. Si on ne peut passer à côté du fait que le jeu fait de son mieux mais que techniquement ce n’est pas une claque à tous les niveaux, une chose est certaine : vous allez passer des heures à rouler pour gagner des championnats et c’est encore meilleur quand c’est votre équipe, votre propre structure qui gagne tous les honneurs, comme Jack Brabham ou John Surtees avant vous ! F1 2020 est une réussite et on peut sans problème lui pardonner quelques petits défauts parce que la perfection, même pour un jeu vidéo n’existe pas. Si ça ne vous dérange pas, je retourne rouler pour compléter une autre saison endiablée !

Montrer le reste de l'article
Précédent 7mn de gameplay pour Mary Skelter Finale
Suivant Test: Darius Cozmic Collection Arcade/Console

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Zone of the Enders: The 2nd Runner M∀RS daté et comparé

24/03/2018
Close