Est-ce que j’attendais My Hero One’s Justice en 2018 ? Oh que oui ! Est -ce que l’attente avait été récompensée ? Pas vraiment. Une narration elliptique, un système de combat basique, et l’impression d’avoir un skin My Hero Academia sur un Arena Fighter générique en faisait un titre très oubliable. Qu’en est-il de sa suite ? Réponse dans Test de My Hero One’s Justice 2 Plus Ultra !

My Hero One’s Justice 2


Supports :
PC, PS4, Xbox One, Switch

Genre :
Arena Fighter

Date de sortie :
13 mars 2020

Editeur : Bandai Namco

Développeur :
Byking Studios

Multijoueurs :
Oui,


Un effort a été fait pour améliorer la recette avec My Hero One’s Justice 2, néanmoins, cela ne suffit toujours pas.

  • Plus joli que le premier
  • Les attaques Plus Ultra ont de la gueule
  • Ça parle de l’arc le plus récent
  • Pas mal de combattants
  • Les arènes destructibles
  • Une customisation des guerriers amusante
  • Une lourdeur dans le gameplay
  • Encore ultra générique
  • Aucune sensation de vraie “puissance”
  • On en a vite fait le tour

My Hero One’s Justice 2 est le deuxième jeu de combat basé sur la licence My Hero Academia, anime des plus populaires en raison des scènes de bravoure et d’action d’anthologie, un ingrédient qui manquait cruellement au premier épisode.

Il y a tout de même de quoi faire en solo

My Hero One’s Justice 2 propose plusieurs modes de jeu différents et sympathiques, qui m’ont un peu rappelé les tentatives des titres Saint Seiya sur PS2 avec l’ascension du Sanctuaire vu du côté du Grand Pope. En effet, le mode le plus sympa vous propose de partir en mission avec vos héros dans le but de défaire des vilains dans des combats où votre santé ne remonte pas entre chaque rencontre et où il est nécessaire de vaincre les ennemis en différents lieux avant que ces derniers ne soient totalement détruits. A la manière d’un DBZ Budokai, vous évoluerez sur différents plateaux de jeux à la poursuite des ennemis, tout en glanant expérience et niveaux pour améliorer vos héros, et en recruter de nouveaux, voire même des antagonistes. Un mode dédié au farm intensif, mais qui a le mérite de nous récompenser régulièrement. Le mode Arcade quand à lui permet un affrontement classique entre votre personnage et une liste d’autre, tout en vous récompensant avec des dialogues inédits entre les combattants. C’est maigre mais sympa pour les fans, d’autant que ça ajoute un peu de narration, le mode histoire étant quelque peu expéditif à ce niveau.

La destruction des environnements fait partie des points forts du titre

Le mode histoire se concentre cette fois sur les récents épisodes de l’anime, en se concentrant sur l’arc Shie Hassaikai et l’examen des héros. Comme pour le premier épisode, on aura droit à une succession de cases de bande-dessinées doublées comme toute mise en scène de l’histoire, et bien entendu, aucun résumé ou rappel des faits. Si vous êtes fans, pourquoi pas, si vous suivez la licence de loin, tant pis pour vous, vous prendrez le train en marche et puis c’est tout. Un aspect somme toute intéressant est de pouvoir rejouer certains chapitres du point de vue des vilains, donnant au scénario un autre point de vue.

En tant que jeu de combat, My Hero One’s Justice 2 aura beaucoup de peine à convaincre un autre public que les fans. Estc-e parce que j’ai poncé plusieurs gros titres de combats ces derniers temps que le gameplay de My Hero One’s Justice 2 me semble si fade ? Les contrôles de Deku – qui change de style dans cet arc – sont abondamment expliqués dans les nombreux didacticiels dans les premiers chapitres du mode histoire, mais vous devrez passer par l’entraînement pour vous familiariser avec les nombreux personnages du jeu.

Le mode Mission est plutôt cool à jouer

La principale spécificité du personnage se situe dans sa barre de “Plus Ultra”, qui pourra se charger sur 3 niveaux, afin de lancer les attaques spéciales de votre personnage, mais également une attaque en trio avec vos assists. A ce niveau, les commandes ne sont pas hyper réactives et il n’est pas rare de voir une attaque normale à la place d’une attaque ultime, ou de lancer cette dernière dans le vent. Et que dire de la lourdeur des personnages. Pour un Arena Fighter, on est loin de la virevolte d’un Naruto ! Mais au moins, les environnements sont toujours largement destructibles, du sol au plafond, et vous pourrez toujours encastrer votre adversaire dans les murs avant de le rejoindre. On va dire que c’est spectaculaire.

Visuellement, le jeu est plus beau, et un soin particulier a été apporté aux Plus Ultra, dont certains valent le coup d’œil en terme de mise en scène. Cela dit, ça manque encore un peu “punch, même si c’est joli à voir. On a toujours un peu de mal à sentir la puissance des héros, un comble quand on pense au One For All

Les Finish Plus Ultra ont du style

Chaque combat rapporte des pièces de héros, qui peuvent être utilisées pour acheter des personnages en mode mission ou des objets de customisation. Ces objets peuvent également être déverrouillés en remplissant certaines conditions de combat en mode histoire. Il y a énormément d’objets à déverrouiller, ce qui vous permettra de mixer les costumes et accessoires à loisirs. Encore une fois, les fans y trouveront leur compte.

Au niveau de l’équilibrage, il y a du mieux, ou plutôt, du moins pire que dans le premier épisode qui rendait certains personnages quasiment inutiles. Dans My Hero One’s Justice 2, c’est moins flagrant, même si certains personnages disposent de coups avec une portée ou une zone d’action tellement grande qu’il est souvent impossible d’en réchapper. Je vous laisse imaginer les abus en ligne…

My Hero One’s Justice 2 : Conclusion

Je perds mon temps

Meilleur, mieux équilibré, plus beau, plus complet, My Hero One’s Justice 2 améliore quasiment tous les aspects de son prédécesseur. Néanmoins, cela ne signifie pas que nous tenons ici une adaptation incroyable de My Hero Academia. Le jeu pourra satisfaire un moment les fans de la série, mais ils passeront bien vite sur autre chose, tant le titre manque d’âme et de patate.

Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent Test : Western Digital My Passport SSD – Avis en USB-C
Suivant Remedy a signé avec un éditeur majeur pour deux projets sur consoles next gen et PC

Commentaires

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Crash Bandicoot : remake PS4 vs version PS1

09/12/2016
Close