Après nous avoir fait voyager en Égypte ainsi qu’en Grèce Antique, Ubisoft s’attaque maintenant aux terres du nord, à savoir l’Angleterre des Vikings au IXe siècle. Assassin’s Creed Valhalla nous permet de nous glisser dans la peau d’Eivor et de vivre une épopée hors du commun. Est-ce que l’unification de l’Angleterre aura lieu grâce aux jeux d’alliances auxquels vous participerez activement ? Réponse, après quelques raids surprises !


Assassin’s Creed Valhalla


Supports : PS5, Xbox Series, PS4, XB1, Stadia, PC

Genre : Action-aventure

Date de sortie : 10 novembre 2020

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft Montréal

Multijoueurs : Non


Il y a tant de secrets à découvrir dans Assassin’s Creed Valhalla…


  • Un univers historiquement bien retranscrit
  • Les chants et les récits qui agrémentent votre voyage
  • Les mini-jeux qui fonctionnent biens
  • Les combats parfois imprécis
  • Le corbeau, inférieur à l’aigle
  • Le système de combat encore perfectible

Eivor, qui es-tu ?

Notre héros du jour se prénomme Eivor et peut être soit un homme, soit une femme. Une troisième possibilité vous permet de laisser le jeu choisir et vous pourrez voir votre avatar tantôt sous des traits masculins, tantôt sous des traits féminins selon votre convenance et c’est plutôt bien vu pour les indécis. C’est également cette version qui est considérée canonique par l’Animus. Il est également possible de changer de sexe via une option du menu en court de route. Plus besoin de recommencer une partie pour changer de personnage ! Durant notre partie, nous avons choisi de faire d’Eivor une héroïne. Viking issue de la communauté de Fornberg, en Norvège et toujours dévouée, Eivor n’a jamais peur d’affronter un ennemi ou de risquer sa vie. Enfant adoptive du roi Styrbjorn, Eivor a grandi aux côtés de Sigurd et lorsque ce dernier décide de quitter leur contrée natale pour s’établir en Angleterre, Eivor accepte tout naturellement de l’accompagner.

La possibilité d’incarner un héros tantôt masculin, tantôt féminin est une innovation du titre.

Bienvenue à la maison !

Après des semaines de voyage dans les eaux glaciales de la mer du Nord à bord d’un drakkar, les côtes de l’Angleterre se dessinent enfin. Vous trouvez rapidement un endroit idéal où établir votre colonie, mais vous devrez ratisser les environs pour obtenir les ressources nécessaires afin de développer votre colonie. Chaque construction vous rend plus fort et augmente la renommée de Ravensthorpe. Les bâtiments à construire sont diversifiés et permettent de réellement apprécier le sentiment de communauté qui se dégage peu à peu du village. Au fil du temps, on y trouvera des marchands, un tatoueur, un boulanger, une écurie, etc. Les personnages qui feront route à vos côtés sont tous bien écrits et attachants à leur manière, alors prenez le temps de discuter avec eux dès que vous en avez l’occasion. Que ce soit chez vous à Ravensthorpe ou de par le monde, vous aurez aussi accès à des jeux de dés, des joutes orales et des compétions de boissons.

Cette nouvelle terre d’accueil semble luxuriante…

Entre nature et vieilles pierres.

Pour ce qui est des décors, la faune et la flore sont mises en avant et c’est ainsi qu’Eivor sera tantôt dans la Norvège enneigée et reconnue pour ses fjords, tantôt au milieu des champs pittoresque de la campagne anglaise. De nombreuses ruines, comme d’anciens châteaux ou encore des vestiges de l’ère romaine, agrémentent le paysage. Les animaux sauvages (loups, renard, cerfs…) ajoutent un touche de réalisme bien appréciable. La météo n’est jamais au beau fixe et même si la neige qui tombe est plutôt grossière, le brouillard est assez réussi dans le sens où il réduit réellement votre visibilité. La gestion des lumières est parfois hasardeuse, mais dans l’ensemble, les graphismes sont assez jolis en cette fin de génération de console. Il faudra voir si le rendu est meilleur sur la next gen dans quelques jours !

On a déjà vu des tempêtes plus convaincantes…

Au coeur d’Assassin’s Creed Valhalla : l’exploration

Rapidement, on se rend compte que les cartes à explorer sont conséquentes et que l’aspect monde-ouvert du jeu occupe une place prépondérante du jeu. Chaque région renferme de nombreux secrets et ils ne sont pas tous facile à découvrir, loin de là ! Comme dans les opus précédents, il est judicieux d’activer les points de synchronisation au fur et à mesure. Votre corbeau vous permettra aussi d’avoir un point de vue aérien et de trouver plus facilement certains de vos objectifs.

Prendre de la hauteur permet aussi d’admirer de belles choses !

Pour vous déplacer plus rapidement, vous disposez d’un cheval et d’un drakkar pourvu d’un équipage. Si le cheval est fidèle à lui-même et qu’il vous arrachera certainement quelques jurons, le drakkar fonctionne plutôt bien pour sa part. D’ailleurs, tandis que vous sillonnez les différentes rivières, vous aurez très souvent la possibilité de lancer un raid sur les Saxons afin de vous emparer de richesses indispensables. Ces batailles sont certes dépourvues de finesse, mais demeurent très satisfaisantes à accomplir. De plus, de nombreux personnages vous demanderont de l’aide pendant votre périple. Par exemple, un jeune homme vous implorera de débarrasser sa maison d’odeurs pestilentielles ou encore un autre homme se plaindra d’avoir mal à la tête alors qu’il a une hache plantée dans le front.

Une migraine plutôt mortelle…

Un système de combat revu

Le système de combat d’Assassin’s Creed Valhalla a été revu par rapport à son prédécesseur. L’arc est toujours très satisfaisant à manier tandis que votre guerrier peut aussi manier deux armes si l’envie vous prend. Si vous préférez utiliser une arme à une main, il est possible d’utiliser votre bouclier pour attaquer également ! Le ciblage est encore perfectible et le même commentaire s’applique à la visée automatique. Eivor peut bien entendu utiliser des approches furtives et éliminer ses cibles une par une le plus silencieusement possible. Il faut également bien calculer le timing de vos coups puisque frapper dans le vide s’avère assez pénalisé au final. Par ailleurs, Eivor peut transporter des rations de nourritures, mais aussi s’alimenter de petits fruits, champignons ou autres mets cuisinés que l’on trouve un peu partout afin de reprendre de la vie. Dans l’ensemble, le système de combat est cohérent et on prend facilement ses marques.

Une flèche bien placée peut servir à allumer un incendie.

Pour ce qui est de la progression du personnage, il faut acquérir des points de compétences et les allouer dans un système de type sphérier. Les embranchements sont multiples et prennent l’aspect de petites constellations. Il est possible de changer l’allocation des points de compétence en tout temps afin de construire un personnage fort. Pour ce qui est des aptitudes de combat, il faut ratisser la carte pour les trouver. Vos aptitudes seront donc largement aléatoires, du moins en début de partie, ce qui peut occasionner quelques frustrations.

Assassin’s Creed Valhalla

Matthieu Meignan

L’avis de Matthieu sur Xbox One X

En Bref

Le repos du guerrier a sonné

Même si on ne vous en a pas dit grand chose pour ne pas gâcher votre découverte, l’histoire d’Assassin’s Creed Valhalla est réellement prenante. Tous les ingrédients des récents opus sont présents et même si le jeu est familier, il reste différent de ses prédécesseurs. L’histoire d’Eivor est forte, inspirante et réserve de nombreuses surprises. Vos choix ont également une incidence sur le déroulement des choses. Bref, Assassin’s Creed Valhalla s’apprécie pour ses qualités techniques et narratives et on ne peut que vous recommander de vous y attarder afin d’en découvrir toute la richesse.

4

Show Full Content
Previous BioWare officialise Mass Effect Legendary Edition pour le printemps et tease la suite
Next The Dark Pictures: House of Ashes déjà annoncé

1 thought on “Test : Assassin’s Creed Valhalla – Devenez une légende !

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Mario Tennis Aces : quand Mario affronte Rafael Nadal

07/06/2018
Close
%d blogueurs aiment cette page :