Shadow Tactics : Blades of the Shogun | Test

De l'infiltration à l'ère Edo

Quand je vous dis Japon, vous pensez à quoi ? Des vidéos débiles ? La bombe atomique ? Les sushis ?
Moi c’est plutôt Japon féodal avec ses samouraïs, son code de l’honneur et ses guerres à n’en plus finir. C’est pour ça que Shadow Tactics : Blades of the Shogun a fini dans ma collection et que je me suis empressé de le lancer aussi vite que possible. Je n’ai pas été déçu.

Une réalisation au service du jeu

L’ambiance japonaise est très bien rendue et ce de multiples manières. En effet, le style graphique choisi, déjà, colle tout à fait. Pas de photoréalisme et c’est tant mieux. Rien que le soin apporté aux petits portraits de vos personnages donne une idée de l’investissement et de l’attention du détail de l’équipe qui s’en est occupée. Ensuite vous aurez les musiques et les sons d’ambiance. Ces derniers restent discrets et l’impression qui en ressort est très bonne malgré l’absence thème fort et réellement reconnaissable. Les bruitages sont de qualité et chaque son aura son importance dans le game design. Bruits de pas, repérage par les ennemis, portes qui s’ouvrent seront autant de repères pour vous qui souhaitez vous frayez un chemin vers votre objectif.

Personnellement j'adore la direction artistique du jeu, et vous?

Personnellement j’adore la direction artistique du jeu, et vous?

Dans le jeu vous incarnez différents personnages assez typiques, voire caricaturaux de la culture japonaise.

la retranscription de l’ère Edo valant à elle seule le voyage dans lequel vous vous apprêtez à vous lancer.

Le principal étant évidemment le ninja mais vous aurez aussi un samouraï, une femme douée pour le déguisement et le charme, une enfant sauvage et un vieillard sage muni d’un fusil à lunette. Chacun de ces personnages a des caractéristiques qui lui sont propres avec notamment un caractère et des histoires bien développées qui nous sont partagés aux travers de lignes de dialogue très bien écrites et qui s’échangent au cours des missions. Petit point noir ici d’ailleurs, les protagonistes ont beau être chacun d’un côté de la carte ils échangent comme s’ils étaient assis autour d’une tasse de café, brisant un poil l’immersion. Cependant les histoires sont tellement intéressantes et les anecdotes sympathiques que c’est vite pardonné.

personnages

Voici les lames de votre shogun! Aiguisées, elles seront mortelles

Un gameplay au poil

Bien évidemment, qui dit personnages différents de classes différentes dit gameplays différents. (Le pouvoir de la transiiiiition). On reste toujours sur une base d’infiltration étant donné que vous êtes en infériorité numérique mais le ninja et le samouraïi vont avoir des styles de jeu différents, tout comme les autres. Ils n’ont d’ailleurs pas tous les mêmes possibilités. Le ninja peut grimper au mur, détourner l’attention des gardes, les tuer avec un shuriken de loin. L’enfant sauvage quant à elle peut placer des pièges et attirer les gardes dedans, les tuant instantanément. Bref vous l’aurez compris, chaque personnage a ses capacités et donc son approche particulière, ce qui fait qu’on ne se lasse pas et qu’il faut bien faire attention à ce qu’on fait sous peine de tuer un personnage et donc de perdre la partie.

vision En face de vous vous aurez un certain nombre d’ennemis différents qui résisteront plus ou moins à vos capacités, ce qui fait que le jeu ne sera jamais facile et que vous devrez toujours réfléchir à votre approche. Cependant vous n’êtes pas démunis et les missions ne sont pas impossibles. Vous disposerez de diverses mécaniques salvatrices. En effet, vous pourrez voir le champ de vision des ennemis ou placer un marqueur sur un point spécifique qui vous indiquera qui vous voit.
Vous disposerez aussi d’une pause active qui vous permettra de planifier des actions simultanées de vos différents personnages pour un résultat clairement agréable et réjouissant quand votre action est couronnée de succès.

2 petites choses cependant qui viennent ternir ce gameplay au poil : l’animation de meurtre qui est un peu longue, surtout si vous récupérez le corps directement et qui m’a trahi de nombreuses fois lors d’actions génialement conçues, bien évidemment.
L’autre petit détail, c’est que lorsque vous changez de personnage, la caméra ne se recentre pas automatiquement sur ce dernier et donc il peut arriver que vous déplaciez un personnage à la place d’un autre, avec les conséquences qu’on connait.

Conclusion

Shadow Tactics : Blades of the Shogun est donc un très bon jeu d’infiltration. L’ambiance du Japon féodale est bien présente et le nœud d’intrigue se prête parfaitement à l’histoire du jeu et à son gameplay. Les néophytes comme les joueurs confirmés du genre trouveront leur bonheur et leur félicité, la retranscription de l’ère Edo valant à elle seule le voyage dans lequel vous vous apprêtez à vous lancer.

Shadow Tactics : Blades of the Shogun

  • Développeurs Mimimi Productions
  • Éditeurs Daedelic Entertainment
  • Type Infiltration, Stratégie
  • Support PC, Mac, Linux, PlayStation 4 and Xbox
  • Sortie 06 Décembre 2016
Note Passion Brulante
Note PXLECTION

Y’a bon!

  • L’univers
  • La retranscription de l’ère Edo
  • Les personnages
  • Le gameplay
  • NINJA
  • L’ambiance

Beuargh!

  • Les animations de mort
  • Les temps de chargement
  • La difficulté, parfois frustrante
Commentaires Facebook
Catégories
HotPxlTests
Axel Eloy

Gros lecteur, j'aime me faire emporter par mon imagination et c'est ce que je recherche dans les jeux, pas besoin de monde ouvert ou autre, vous me perdez!!
    Autres articles jeux vidéo

    Dans le même genre