Avec les Lettres de l’étrange, on retourne dans les années 30 pour accompagner un frère et une soeur vivant chacun avec un de leur parent de part et d’autres des Etats-Unis. Cette séparation les affecte, mais cela leur permet de s’écrire pour se raconter les étranges événements auxquels ils participent par lettres interposées.

C’est l’originalité de cette série. « Une Ombre sur Hollywood » est adressé à un public jeune, mais déborde de référence au cinéma des années 30 puisqu’il se déroule sur le plateau de tournage à Hollywood ! Que les lecteurs se rassurent, ces références sont explicitées en fin de volume.

Olivia vit avec son père qui a fort à faire pour scénariser une nouvelle version d’un film. Entre problèmes techniques, exigences du metteur en scène et caprices de comédiens, le quotidien de la jeune d’Olivia Barker n’est pas de tout repos ! De plus, son père a peu de temps à lui consacrer puisqu’il travaille sur deux projets à la fois. Mais quand l’actrice principale disparaît sans laisser de trace, c’est une étrange affaire qui démarre.

D’environ 150 pages, « Lettres de l’étrange – Une ombre sur Hollywood » démarre par une mise en garde destinée aux lecteurs, une démarche que je trouve saine. En effet, l’histoire se déroulant en 1936 aux Etats-Unis, les mœurs étaient différentes et se devaient d’être contextualisées. Ainsi, le livre évoque un peu le racisme ou la place des femmes de manière légère pour le public auquel il est destiné, mais sans pour autant occulter.

Le rythme épistolaire est très dynamique, les lettres s’enchaînent (remis dans le contexte de l’époque, c’est peut-être un peu optimiste au niveau des délais) et c’est une autre manière d’apprécier l’histoire étrange. En effet, puisque les protagonistes s’écrivent des lettres et s’échangent des informations, le lecteur sait que les dangers narrés sont passés, ce qui peut soulager certains lecteurs plus impressionnables (j’en ai une à la maison…). Car en effet, l’histoire comporte des éléments fantastiques qui pourraient être effrayants narrés autrement.

Je regrette de ne pas y avoir trouvé plus d’illustrations, ces dernières étant très réussies, mais se comptant sur les doigts d’une seule main. Néanmoins, voilà une série que l’on va suivre à la maison, d’autant qu’une autre histoire est déjà disponible.

Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous L’histoire de la Nintendo 64 chez Third Editions – Fiche de lecture
Next Resident Evil 4, Exoprimal, Monster Hunter, Ghost Trick… Les annonces du Capcom Spotlight 

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Critique : Lovecraft Country épisode 1 « Sundown »

20/08/2020
Close