Total War : Warhammer

Toujours je me dresserai contre les tiens, et mon ire sera éternelle contre ceux qui t'instruisent

Voici venu l’âge des hommes, menés par leur nouvel empereur Karl Franz, armé du légendaire HeldenHammer, descendant de Sigmar.
Voici venu l’âge des Nains, peuple sous la montagne, menés par Thorgrim le Rancunier qui compte bien effacer les peaux vertes de la surface de la Terre.

Face à eux se présentent de multiples menaces. Leurs ennemis héréditaires se dressent simultanément face à eux… Les légions du Chaos, les Grobis et les Von Carstein ne souhaitent qu’une chose, un âge des ténèbres et l’anéantissement des nations civilisées.

For the Emperor

Je suis Karl Franz, héritier de la volonté de Sigmar et mon but est d’unifier le royaume des hommes afin de lutter contre les Norsii, nos ennemis de toujours car derrière eux se dresse une menace plus terrible encore… Archaon, ancien sigmarite corrompu qui incarne la puissance des Dieux du Nord. Sa horde déferle sur le monde et une humanité divisée ne tiendra pas face à la rage qui habite les combattants. Je brandis donc mon arme pour unifier ou conquérir les terres afin d’endiguer le flot du nord!
A la tête de mon armée, je dois d’abord annihiler les sécessionnistes de l’empire. Il est toujours douloureux de tuer mes frères humains mais aucune pitié ne doit être perçue : je suis le prince et je dois devenir l’empereur. Pour cela, je dois recruter une armée digne de ce nom et je dois faire preuve de génie économique afin de ne pas vider les caisses. Heureusement j’ai tout de même des alliés parmi les nains et les hommes avec qui les échanges commerciaux enrichissants fonctionnent bien.
Une fois les sécessionnistes éliminés, j’ai décidé de faire d’Altdorf le joyau de l’empire et, aidé de mes comtes désormais fidèles, je tourne mon regard vers l’avenir et le Nord. Les Barbares se massent à nos frontières et derrière eux se dressent l’armée du Chaos. Rarement une campagne n’aura été aussi rythmée et mouvementée. Rares sont les tours à se dérouler sans anicroches, qu’elles soient guerrières ou politiques. Le début de mon règne fut aussi tendu qu’héroïque, m’enjoignant ainsi le respect de mes hommes.

Les batailles de sièges sont toujours compliquées sauf si vous surpassez vos ennemis

Les batailles de sièges sont toujours compliquées sauf si vous surpassez vos ennemis en nombre

Mes armées furent vite gigantesques mais, le système étant bien rodé, les contrôler ne fut pas aussi difficile que prévu. Il y a toujours le pierre-feuille-ciseaux des troupes plus fortes que d’autres et une mêlée peut se renverser en fonction. De plus, certaines troupes ont un potentiel réellement gamebreaker. Je pense à l’artillerie qui peut complètement détruire une armée avant le premier engagement si bien utilisée ou la cavalerie qui peut briser des lignes et s’extraire très efficacement.
De même, ma présence, armé de Ghal Maraz galvanisé et un flanc faible peut devenir l’outil de destruction de l’adversaire. Une mêlée serrée peut se renverser et mes capacités faire tenir les plus fatigués des hommes tandis que la cavalerie arrive à la rescousse ou que les mages déchainent la force des éléments sur les rangs.

La première défaite

Comme le savent tous les meneurs, une guerre n’est rarement faite que d’une bataille et comme tous les meneurs je me rappelle de ma première défaite… j’avais mené mes armées loin au nord afin de punir les raids incessants et, sûr de ma supériorité, je n’avais emmené qu’une force réduite sans l’artillerie, difficile à manœuvrer. Quelle erreur!! Le paysage neigeux a quelques désavantages et les ordres ont du mal à être exécutés (le jaune fluo sur le blanc, c’est pas fou) et les troupes de sauvages étaient accompagnées de chamans et de nécromants. Avant de pouvoir dire « Ghal Maraz », ma ligne était brisée et mes arquebusiers assaillis par des maraudeurs assoiffés de sang.
J’ordonnais donc la retraite afin de faire la jonction avec des troupes fraiches et d’écraser ces Norsiis…

J’ai beaucoup appris de cette défaite : d’abord l’humilité et le respect de mes adversaires, mais aussi la prudence et l’importance du terrain.

Quel belle vue sur les bois. Mais où sont les troupes?

Quel belle vue sur les bois. Mais où sont les troupes?

Peu après, et à l’issue d’une bataille épique où nous étions à 1 contre 10, j’ai gagné le droit de brandir le croc runique du Reikland, arme légendaire forgée par Alaric le Fou. Ces artefacts apportèrent de grands avantages à nos armées tandis que je m’en équipais et en équipais mes lieutenants les plus prometteurs.

La mort des héros

La guerre dure depuis des années… le front est fatigué face aux troupes du chaos et la menace des Von Carstein se fait sentir à l’est. Heureusement, nains et hommes sont unis mais le front est terriblement étendu et l’économie vacille à la moindre dépense inconsidérée. Le face à face est proche cependant et le dénouement contre Archaon est imminent. Les idéaux de l’empire suffiront-ils face à la colère des Dieux du Nord? La foi des hommes tiendra-t-elle? Autant de questions qui trouveront des réponses dans l’affrontement à venir.
De la même manière dont s’est dressé Sigmar en dernier rempart contre la barbarie, je me dresse et j’essaie de me montrer digne de son héritage!

Frères, hommes, amis, alliés, maris, pères, Dieux! Donnez-moi la force de brandir le fendoir de crâne et d’exterminer ce traître d’Archaon!!

Conclusion

Au travers de cette chronique particulière qui fait office de test, j’ai essayé de vous faire partager ma passion pour l’univers de Warhammer Fantasy. Cette passion, on peut la retrouver dans ce Total War qui n’échoue pas dans la retranscription de l’univers.
La technique est au rendez-vous avec des graphismes de très bonne facture et des environnements soignés, aussi bien sur terre que dans les profondeurs naniques.
Même si je pense que certaines races sont plus puissantes que d’autres, l’équilibre est correct et la possibilité de jouer aussi bien gentils que méchants en ravira plus d’un. Les héros sont badass à souhait et ont un véritable poids dans les batailles.
Bref, l’alchimie prend et je vais encore passer de nombreuses heures à me prendre pour l’empereur de l’humanité!! On regrette juste les couleurs choisies pour les flèches symbolisant les ordres et les arbres qui peuvent rendre les combats chaotiques à certains moments.
J’espère que le format du test ne vous aura pas trop décontenancé et n’hésitez pas à formuler des critiques constructives!

Total War : Warhammer

  • Développeurs The Creative Assembly
  • Éditeurs Sega
  • Type Stratégie, gestion
  • Support PC
  • Sortie 24 mai 2016
Note Les feux de l'amour
Note Pas de pxlection

Y’a bon!

  • Le respect de l’univers
  • La technique
  • L’epicness
  • L’IA
  • Le style de jeu propre à chaque faction

Beuargh!

  • Les couleurs dans la neige
  • Les arbres
  • La sensation de jouer à chat sur la carte du monde parfois
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Axel Eloy

Gros lecteur, j'aime me faire emporter par mon imagination et c'est ce que je recherche dans les jeux, pas besoin de monde ouvert ou autre, vous me perdez!!
    Autres articles jeux vidéo

    Dans le même genre