NHL c’est comme FIFA, chaque année on remet le couvert. Cependant, cette année, la franchise de hockey sur glace passe un cap en dégageant Ignite et en optant pour le moteur Frostbite … et ce n’est pas vulgaire.

Ca fait plusieurs années que FIFA et Madden NFL utilisent ce moteur et c’est seulement cette année qu’EA Sports décide d’offrir ce power-up à son NHL 22.

Pourtant, l’on sait que cette licence est plutôt populaire, surtout en Amérique du Nord, mais voilà, c’est comme ça et autant découvrir ensemble si cela a été si bénéfique sur la patinoire.


NHL 22


Supports : Xbox Series X/S, Xbox ONE, PS4, PS5

Genre : Sport

Date de sortie : 15 octobre 2021

Editeur : EA Sports

Développeur : EA Vancouver

Multijoueurs : Oui


Avec l’adoption du Frostbite Engine, NHL 22 pousse le réalisme un cran plus haut pour le bonheur des amateurs de hockey sur glace.


  • NHL profite enfin du Frostbite Engine
  • Sur la glace, tout est plus dynamique
  • Des menus plus lisibles
  • Des joueurs avec des mouvements plus réalistes
  • Des statistiques en réalité augmentée pendant les matchs
  • La physique de crosse bien plus réelle
  • Bonne playlist
  • Les à-côtés du terrain moyennement modélisés
  • Le Superstars X-Factors pas super indispensables
  • Peu de nouveautés au final

Start your engine!

Voyons donc que vaut un bon petit NHL sauce Frostbite Engine car changer de moteur, c’est toujours un cap pour une licence, surtout pour amarrer sur nouvelle génération. Et… c’est bien, vraiment bien même! Le timing est même parfait. Le jeu est déjà plus beau et on remarque que les mouvements et animations faciales et corporelles des hockeyeurs sont plus naturels. On se rend même mieux compte de la « dégradation » de la patinoire due aux traces des patins tout au long du match ainsi que les projections de glace. Tandis que les effets de lumières dynamiques rendent l’ambiance visuelle plus proches de la réalité.

Vraiment, pour le coup, sur cet opus, l’amélioration graphique et technique se ressent sur plusieurs tableaux. L’intégration des statistiques en réalité augmentée sur la patinoire pendant une remise en jeu est également une bonne idée pour se tenir au courant sans pour autant devoir mettre le match en pause.: comme à la télévision. Bien vu! Donc, pour ce qui est du réalisme dudit « télévisé », ok, on est sur un bon cru par rapport aux anciens opus. Bon, les visages de certains joueurs sont plus brouillons que d’autres, certes, mais globalement tout passe.

Néanmoins, même si sur la glace tout glisse…, l’enrobage manque encore d’un peu de finesse. C’est-à-dire que les stades manquent encore un peu de détails et les gradins de légèrement plus de travail de finition. Il n’est pas rare de croiser des supporters avec des têtes un peu… mmmh… disons de moins bonne qualité ainsi que des patterns dédoublés. Après, ça se passe hors du terrain, c’est secondaire, mais si on vise du réalisme, autant y aller à fond comme un certain NBA 2K le fait très bien sans trop tricher. Surtout si on est adepte de partage de screenshots… Pour leur défense, il ne faut pas oublier que c’est le premier NHL sous Frostbite aussi et que ce n’est pas scandaleux non plus.

Ice, Ice baby…

Les nouveautés ne s’arrêtent pas aux aspects graphiques et techniques mais aussi sur le gameplay. Cette année, EA intègre la notion de Superstars X-Factors. Sous ce nom d’émission de télévision se cache un système offrant une amélioration à certains joueurs. Une sorte de power-up personnalisé si on veut. Et chaque joueur star de tous les postes confondus possède ses propres aptitudes. J’avoue, je trouve que ça apporte peu durant un affrontement mais certains sont assez stylés. Heureusement finalement, ça évite que ce titre plutôt simulation ne devienne trop arcade pour le coup.

La richesse de NHL 22 ne s’arrête pas en si bon chemin avec ses nombreux modes de jeux en ligne et hors ligne. On retrouve tout ceux que les fans aiment et qui se trouvaient dans les anciens opus du mode Franchise au NHL Threes en passant par les World of Chel, Ones Now en extérieur en 1x1x1 et autres tournois et saisons ou encore les folies du ERH. Bref, je ne vais pas revenir sur tous car ils sont connus mais il y a clairement de quoi faire pendant des heures et des heures!

Notre jeu du jour ne va pas révolutionner le genre mais il était déjà très complet l’année dernière (notamment en modes de jeux et en équipes) et s’est encore amélioré cette année grâce à son nouveau moteur. C’est d’ailleurs là, je le répète, sa plus grande nouveauté et ça se ressent à bien des égards notamment avec un gameplay plus affiné.

22, v’là les titres!

Car oui, la maniabilité change un peu également. En fait, on sent mieux le « poids » des joueurs qui profitent d’une meilleure inertie et l’on ressent mieux qu’il n’est pas si facile de se déplacer sur la glace. Je dirais même qu’il faut plus se battre pour récupérer le palet lorsqu’il est en possession de l’équipe rivale. C’est marrant de voir qu’avec le même moteur, l’équipe d’EA Vancouver arrive à corriger ce qu’on reproche à FIFA et qui ne lui permet pas d’être une vraie simulation contrairement à ce que devient NHL 22 qui s’affirme dans cette voie.

Bien entendu, qui dit simulation, dit un minimum d’exigence car oui, le palet ne collera plus complètement à votre crosse et vos passes n’arriveront plus miraculeusement au contact de celle d’un de vos coéquipiers. La jouabilité est plus précise et demande plus de précision également. Les impacts ont aussi leur importance et sont plus démonstratifs sur cet opus… surtout quand on se fait télescoper contre les vitres autour de la patinoire. Les mises en échec nous démontrent qu’elles peuvent être douloureuses.

Pour finir, on peut également discuter sur l’aspect sonore qui est dans l’ensemble plutôt réussi surtout en match que ce soient les bruitages sur la glace ou dans les tribunes et extérieur pour certains affrontement en plein air. Au niveau des menus, la playlist est plutôt sympathique aussi à quelques exceptions prêts. Mais, vous savez, musicalement les goûts… N’empêche, ça m’a fait du bien de profiter d’une playlist assez « rock », ça nous change un peu.

NHL 22

ManuSupra

L’avis de ManuSupra sur Xbox Series X

En bref

Les quelques petites nouveautés suffisent pour faire qu’NHL 22 reste la référence du genre sur console. Bon, ok, la concurrence est inexistante mais au vu de la qualité de cet opus, elle aurait fort à faire. Avec l’intégration du Frostbite Engine et de sa nouvelle physique, le nouveau millésime du hockey sur glace virtuel passe un cap de plus vers le réalisme.

4
Show Full Content

About Author View Posts

ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!

Previous Giants Uprising – Découverte de l’Early Access
Next On pourra se procurer des PS5 sur la boutique officielle direct.playstation.com qui arrive en Europe

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

The Coma 2: Vicious Sisters sort sur Xbox One

01/09/2020
Close