C’est le mois de septembre, la rentrée et puis… le millésime 2022 de NBA 2K qui nous honore également de sa présence, comme chaque année en somme. Avec ces titres aussi annuels qu’un coquelicot on s’attend toujours à être surpris même si, la plupart du temps, ils n’y arrivent pas vraiment et restent dans la continuité de leur prédécesseur. Sans être mauvais non plus, cela dit. Néanmoins, l’an dernier, les développeurs nous ont proposés un titre plutôt paresseux

Pour cet opus de transition, 2K Games s’inspire des titres en monde ouvert (oui oui, ça reste du basket!) pour nous proposer une nouvelle expérience de jeu toujours plus poussée d’après leurs teasers. Mais faut-il encore que le reste suive et nous offre de bonnes sensations et nous en mette plein la vue. Voyons donc ce qu’ils nous ont concocté pour cette version new gen sur Xbox Series X!


NBA 2K22


Supports : Xbox Series X/S, Xbox One, PS5, PS4, Switch et PC

Genre : Sport

Date de sortie : 10 septembre 2021

Editeur : Visual Concepts

Développeur : 2K Games

Multijoueurs : Oui


NBA 2K revient avec un opus 22 rafraichissant et plein de bonnes idées. La ré-évolution est en marche?


  • La nouvelle carrière enfin innovante
  • L’intégration des moyens de locomotion
  • La ville est plutôt bien pensée
  • Les hommages à Kobe Bryant
  • Le choix entre G League et université en carrière
  • La nouvelle jauge de tir est impeccable
  • Un jeu toujours plus beau
  • Temps de chargement rapide sur (new gen)
  • The W existe pour les dames
  • Durée de vie pharaonique!
  • Pas de création de joueuse pour le mode carrière
  • Un peu trop exagéré sur le langage style rappeur de la street
  • La ville lag pas mal en ligne… quand il y a du monde
  • Les équipes non-NBA toujours pas réintégrées (européennes notamment)
  • Une évolution lente de votre joueur (sauf si vous avez des VC)
  • The W toujours pas une vraie carrière

Mon millésime, ma plus beeelle annéééééeeee…..

On va rentrer dans le vif du sujet vu que c’est le mode le plus attendu au tournant par les joueurs: Ma Carrière. Le jeu nous l’annonce clairement: « Votre voie vers la gloire commence ici, dans une ville améliorée et immersive. » Carrément! Mais, en gros, ça veut dire quoi?

Les années précédentes, on avait droit au 2K Park ou à la 2K Beach… c’est terminé! Cette fois, c’est bel et bien une ville entière que vous avez à votre disposition. Enfin, ce n’est pas Los Santos non plus, c’est une ville de basket. Tout le monde joue au basket dans ce patelin… Tout tourne autour de la baballe orange.

Néanmoins, pour le reste, tout y est: boutiques, appartements, terrains de jeu, cafés, salles de muscu, cours de musique, moyens de déplacement comme du skate, du bmx, etc… et j’en passe. Le tout sur un ton bien de la street américaine forcément… Forcé-ment je dirais même car on pousse l’accent au maximum. Le langage des personnages est assez exagéré et on aurait aimé choisir une personnalité pour son personnage car pour le coup, en gros, faut aimer le rap et son style!

Pour les versions old-gen et Switch

Celles-ci devront faire l’impasse sur la ville et se contenter d’un paquebot avec moins de contenu histoire de marquer le gap.

Deux bémols se glissent pour cette carrière, premièrement: impossible de créer une joueuse. Et oui, ça évolue avec l’arrivée de la WNBA (et The W) il y a quelques temps mais toujours pas de création de demoiselle pour le mode carrière. Dommage car 2K Games aurait pu frapper un grand coup avec cette innovation. Le second étant que l’évolution de votre personnage sera assez lente et même limitée vous poussant ainsi à dépenser des VC, monnaie du jeu. Ca, malheureusement, ça ne change pas!

Cela dit, ça fait tout de même plaisir de voir que certaines choses ont bougé par rapport à l’an dernier sachant que l’opus 2021 était un titre paresseux sans vraies (bonnes) nouveautés. Qui plus est, on peut maintenant choisir son parcours pour arriver en NBA: soit on passe par le cursus universitaire classique, soit on intègre une équipe de G League pour sauter dans le bain des matchs pros.

T’as d’beaux yeux tu sais…

Ce qui diffère également de 2K21 c’est la jauge de tir qui redevient enfin agréable et précise. En effet, Visual Concepts nous avait pondu une jauge plutôt exécrable et hardcore niveau timing pour la mouture de l’an passé. Heureusement, c’est fini et tout rentre dans l’ordre pour cette nouvelle édition. Les devs ont intégré une jauge plus grande, plus visible à l’écran donc, et n’est plus en dessous du joueur mais sur son côté: vraiment plus claire donc. Pour ce qui est du reste du gameplay, on gomme les erreurs du passé et on garde ce qui se faisait de mieux en rajoutant quelques animations de jeu bienvenues au passage.

Sur le terrain, le titre est toujours plus beau que ce soient les joueurs, les coachs, les supporters dans les gradins mais aussi les speakers/speakerine et la qualité des parquets ainsi que des marques au sol plutôt bluffantes (tout du moins sur new gen). Bref, sans être photoréaliste (on n’y est pas encore dans le gaming…), le jeu est très joli.

Pour ce qui est de l’ambiance en général, 2K Games frappe toujours fort et ne déroge pas à la règle cette saison. Ils poussent même le réalisme plus loin en intégrant les speakers officiels de chaque stade. Et on le ressent bien à chaque déplacement: l’ambiance change. Idem pour les tribunes qui donnent l’impression que chaque supporter est différent et réagit de son propre chef. Surprenant!

Vous l’aurez compris: on a enfin un vrai jeu nouvelle génération qui marque bien la transition tellement le jeu est différent sur l’ancienne génération (en restant, de toutes manières, la référence du genre).

Thunes Squad?

Vous connaissez The W? C’est un mode de jeu style carrière pour les joueuses. Bon, c’est vrai, j’ai dis plus haut qu’il n’y avait pas trop d’avancée à ce niveau. C’est plus ou moins vrai vu que les dames ne bénéficient toujours pas d’un mode aussi approfondi que les messieurs… Après, il faut bien avouer qu’il a le mérite d’exister dans un premier temps.

N’espérez donc pas vous balader en ville avec votre avatar ou penchant féminin numérique. Ici, tout se vit via un dashboard. Vous pouvez répondre à des messages via votre smartphone et gérer votre « carrière » par ce biais (sms, réseaux sociaux, …). C’est minime mais ça existe et, cette fois, chaque match fait gagner des VC réutilisables dans d’autres modes comme Mon Equipe ou Ma Carrière.

The W est également jouable en ligne dorénavant (même si le hub est assez désert…) et intègre une fonction de temps libre dans lequel il vous est possible de vous améliorer dans plusieurs secteurs: influenceuse (c’est la mode hein!), coach, femme d’affaire ou encore top modèle, etc… Bref, ça avance, tout doucement mais ça avance…

Pour le reste du contenu, on retrouve tous les désormais classiques:

  • My Team (ou Mon Equipe) dans lequel vous pourrez créer la formation de vos rêves avec toutes la fantaisies possibles et imaginables sous forme de cartes. Cette année, l’évolution du mode c’est la draft tant attendue.
  • 2KTV permettant, hebdomadairement, de retrouver les news du moment dans la sphère NBA 2K.
  • Ma NBA dans lequel vous pouvez créer votre saison sans prise de tête ou même télécharger des scénarios via 2K Share. Les Play-offs y sont également de la partie.
  • Bitume comme son nom l’indique… le street basket.
  • Le jeu en ligne qui semble plus stable que les années précédentes.
  • NBA Actu qui vous permet de jouer les vrais matchs de la NBA avec les équipes actualisées.

En effet, NBA 2K22 offre une panoplie de modes de quoi contenter à peu près tout le monde.

NBA 2K22

ManuSupra

L’avis de ManuSupra sur Xbox Series X

En bref

NBA 2K22, sans être totalement parfait, propose une saison rafraichissante et se montre toujours comme la référence du genre. On peut regretter certains « oublis » mais dans l’ensemble, on peut se dire que ça fait un moment que nous n’avions pas eu un opus de cette trempe et qui justifie son gap entre les versions new gen et old gen.

4
Show Full Content

About Author View Posts

ManuSupra

Passionné, collectionneur et historien vidéoludique trentenaire ayant grandit avec un enfant à queue de singe et un plombier moustachu s'empiffrant de champi. Chasseur de monstres à l'insectoglaive, archéologue gaming et adepte du "bas, diagonal, droit + poing". Sushivore et burgerovore professionnel!

Previous Kena: Bridge of Spirits aura son édition physique deluxe cet automne sur Playstation
Next SteelSeries présente la collection Ghost en édition limitée

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Concrete Genie se montre pendant 17 minutes

08/10/2019
Close