Après “Du sang, des larmes et des pixels” le journaliste Jason Schreier sort « Press Reset – Désastres et reconstructions dans l’industrie du jeu vidéo » édité chez nous via Mana Books. Ce livre traite d’une autre face sombre du jeu vidéo que peu de joueurs connaissent, à savoir l’aspect précaire des développeurs. Schreier est un journaliste de renom spécialisé dans les jeux vidéo et donne ici un aperçu honnête et clair du processus créatif de ce qui est la plus grande industrie du divertissement au monde.

Après donc s’être penché sur les difficultés du développement des jeux, Press Reset met l’accent sur les difficultés qui affectent la vie personnelle de ceux qui composent les studios. Des délais stressants aux licenciements en passant par la fermeture complète, Schreier guide les lecteurs à travers des expériences compliquées à vivre que traversent encore de nombreux développeurs ou studios.

Et c’est assez terrifiant.

Désastres et reconstructions dans l’industrie du jeu vidéo

Le journaliste plonge et nous entraîne dans les entrailles d’un certain nombre de studios, petits ou grands, qui ont vécus la dégradation de leurs projets, ou même qui ont été pris de court par des licenciements massifs suite à des annulations. Jason Schreier décortique les prises de décisions qui ont mené à ces fermetures, qui pour nous autres joueurs ne sont souvent rien de plus que des annulations dommageables dans un média de loisirs.

Entre autres choses, il évoque le cas Epic Mickey de Warren Spector (un jeu vraiment original, malgré sa caméra), dont les deux épisodes ont reçu un accueil plus que tiède, mais l’on apprend ici l’impact néfaste que la Maison aux Grandes Oreilles et les décisions de col blancs ont eu sur le projet. Le journaliste parle ensuite d’autres projets compliqués, comme Bioshock Infinite et les comportements de Ken Levine, l’impact d’un Kickstarter et de la distribution numérique dans des projets indépendants, ou comment de grands noms peuvent s’approprier des projets sans pour autant s’en occuper.

Le cas Dead Space, avec son incompréhensible Dead Space 3 commandé par EA et sa division comptable, la capacité de certaines éditeurs à racheter, puis fermer des studios ou les conséquences de la faillite de THQ sur des projets pourtant prêts à être livrés..

Sans trop entrer dans le concret de ces chapitres – à quoi bon lire le livre si le sujet vous intéresse – les lecteurs pourront découvrir les difficultés de travailler pour de grands éditeurs avec ce que cela implique de délais stricts et exigences des investisseurs, ou pour de petits studios indépendants en mal de financements. Mais aussi les nombreux coups d’éclat, les abus, les rachats menant à la suppression d’emplois ou de projets, l’épuisement professionnel et les licenciements systématiques après la sortie de jeux pour que le bilan soit plus rentable. Dans certains cas, on se croirait revenu au XIXème siècle.

Press Reset ?

Dans les deux cas, le livre s’attarde sur les personnes qui sont réellement impactées par ces décisions. Beaucoup sont révoltantes à lire et font vraiment peu de cas de la composante humaine, mais certaines histoires offrent tout de même quelques issues positives, grâce notamment aux réseaux établis entre les différents studios. Et paradoxalement, nombreux sont ceux qui persistent dans ce domaine, preuve si il en est que le média jeu vidéo reste un domaine passionnant dans lequel créer, même dans ces conditions âpres.

L’occasion de reparler de Star Wars 1313

Que vous soyez joueur, jeune développeur ou si vous voulez simplement en savoir plus sur l’industrie du jeu dans son ensemble, Press Reset vaut certainement le détour. Ce livre vous ouvrira les yeux sur les (nombreux) sacrifices de milliers de personnes pour créer les jeux auxquels nous jouons, mais il en effraiera certainement plus d’un.

A la lumière de ce livre, on comprend à quel point l’industrie la plus rentable au monde ne tient principalement qu’à un fil, et démontre que ce n’est absolument pas viable comme modèle. Entre burn-out, travail précaire et faillites, le développement de jeu vidéo n’est pas une carrière viable pour tout qui cherche à fonder une famille.

C’est d’ailleurs amusant de constater à quel point la crise sanitaire a pu rabattre certaines cartes en faisant du travail à distance une nouvelle norme, et facilitant de ce fait la cohabitation entre vie professionnelle et personnelle.

Press Reset – Désastres et reconstructions dans l’industrie du jeu vidéo sort ce jeudi 3 mars chez Mana Books.

Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Retrouvez-moi sur Twitch @un_daron_dans_le_game et sur Twitter.

Previous Test – GRID Legends – Vivez votre propre légende !
Next Inevitable Excess : un premier DLC narratif pour Pathfinder: Wrath of the Righteous

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Blizzard: Overwatch obligé de changer de nom?

12/01/2015
Close