Sorti en 2009 sur Wii puis plus tard sur PSVITA, le jeu arrive sur Steam avec sa jolie petite bouille. Mais au fait c’est quoi Little King’s Story ? Et bien prenez un peu de Pikmin, un peu d’Animal Crossing, une ambiance médiévale kawaii et un pot de crayola et paf ! Ça fait un jeu tout choupi et très intéressant.

On commencera par préciser qu’il s’agit d’un portage de la version Wii et que les deux ou trois options de réglage du jeu d’entrée sont assez légères, mais soit. Petit hic tout de même, le jeu ne peut pas se jouer à la souris/clavier, ce sera donc la manette. Passé une petite cinématique, le jeu nous met dans les bottes de notre petit héros qui, ayant trouvé une couronne devient donc le roi d’un royaume à l’abandon duquel il faudra naturellement redorer le blason. On apprend donc les bases du jeu via un tutoriel parfaitement inclus dans l’histoire. Il nous faudra quotidiennement recruter des villageois et partir à la recherche de trésors pour remplir les caisses, afin de pouvoir améliorer et faire prospérer notre beau petit royaume.

Il est pas joli notre petit village?
Il est pas joli notre petit village?

Au fur et à mesure que l’on construit de nouveaux bâtiments, on pourra spécialiser nos villageois pour qu’ils accomplissent leurs tâches plus efficacement. Nous aurons naturellement besoin de paysans, de soldats ou encore d’archers ou de charpentiers. Car il faudra aller chercher de précieuses ressources pour construire de nouveaux édifices et affronter les monstres loufoques qui rôdent autours de celles-ci. On sera donc amené à faire de nombreux aller-retours entre le château (où l’on peut/doit sauvegarder notre progression) ce qui risque peut-être de décourager certains joueurs. Mais accrochez-vous, car petit à petit des nouveautés viennent se greffer à nos possibilités et viennent nous faciliter la vie pour notre dur labeur de souverain. Le canon-vache va par exemple nous permettre de rejoindre des points éloignés de la carte.

Moi et ma bande quand on part à l'aventure
Moi et ma bande quand on part à l’aventure

Mais sous ses aspects tout mignons, Little King’s Story est beaucoup moins enfantin qu’il n’y paraît. Car dès que l’on nous présente d’autres royaumes, c’est bien de conquête qu’il s’agira. Nous devrons donc partir à la guerre comme des grands et certains de nos villageois adorés y laisseront peut-être leur vie. Mais rassurez-vous, une fois montées au ciel leur âme peut retomber dans une petite jarre sur la plage à côté du château. Ils renaîtront alors enfants et le resteront pour quelques temps. Le titre possède également une bonne qualité d’écriture avec ce qu’il faut d’humour et de lecture à double sens. Dialoguer avec ses sujets et conseillers peut être parfois bien surprenant, à la manière d’Animal Crossing.

On enchaîne donc les missions et viennent s’ajouter les quêtes annexes via les doléances des habitants, qu’ils déposeront dans une boite. A vous d’y prêter attention ou pas. Mais nous vous conseillons de profiter de l’expérience et de ne pas rusher bêtement le jeu, cela pourrait vous faire passer à côté de nombreux détails qui font la richesse de votre royaume. Faites comme pour Animal Crossing, de petites sessions de jeu, mission par mission et vous reviendrez avec plaisir faire prospérer votre royaume.

Le bestiaire est haut en couleurs!
Le bestiaire est haut en couleurs!

Conclusion

Si vous êtes passés à côté du titre durant ses précédentes itérations, voilà un bon moyen de vous mettre à jour avec ce joli petit jeu de gestion stratégie. Une direction artistique parfaite, le tout est bercé par des arrangements de musique classique qui collent parfaitement à l’ambiance générale du jeu et dont on ne se lasse absolument pas. Si les missions pourront vous sembler répétitives à force, il serait tout de même dommage de ne pas insister pour découvrir le petit lot de nouveautés qui viennent dynamiser chaque nouvelle mission. Nous vous conseillons donc vivement de découvrir cette expérience qui mélange brillamment plusieurs genres. Après tout, qui n’a jamais rêvé d’être roi.

Little King’s Story

  • Développeurs Marvelous Inc
  • Type Construction et développement d’un royaume super mignon à la Pikmin
  • Support PC
  • Sortie Aout 2016

Y’a bon!

  • Très mignon
  • Bonne écriture à plusieurs niveaux
  • Une bande son dont on ne se lasse pas
  • Bien plus adulte qu’il n’y parait

Beuargh!

  • La répétitivité des missions pourra en lasser plus d’un
  • L’IA des alliés parfois aux fraises
Show Full Content

About Author View Posts

Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous The Girl and the Robot | Test
Next Hitman : Bangkok | Test
Close

NEXT STORY

Close

Test : Pixel Ripped 1989 – Délirant hommage

31/07/2018
Close