Horizon : Zero Dawn | Test

Aloy-venture, compagnons

Jusqu’à présent, le studio néerlandais Guerrilla Games n’avait pas réussi à dégainer un coup de maître avec un jeu capable d’inscrire son nom durablement dans les esprits. Et ce malgré différents épisodes de Killzone tout à fait valables. Mais ça, c’était avant. Grâce à Horizon Zero Dawn, la cote du studio risque bien de décoller dans le cœur des joueurs.

Si vous avez un peu suivi la campagne de communication autour d’Horizon : Zero Dawn, vous êtes sans doute tombés sur l’une ou l’autre bande-annonce flattant la rétine et mettant en avant un monde ravagé dans lequel des dinosaures-robots géants se font découper par une héroïne rousse. Cette rouquine, c’est Aloy, une paria rejetée par sa tribu. Sans parents, elle a été élevée par Rost, un autre paria au grand cœur. Tous deux tentent de survivre dans un monde hostile et dévasté où la nature et les robots ont pris le dessus sur l’humanité. Ramenant ainsi les Hommes à un âge proche de celui de la pierre. Plus les années passent pour la petite Aloy, plus elle souhaite savoir qui elle est et d’où elle vient. Pour en apprendre plus sur ses origines, une seule solution : participer à une épreuve qui mettra fin à son exclusion et l’intégrera à sa tribu. C’est ainsi que démarre un long périple en quête de savoir et d’identité : quelles sont les véritables origines d’Aloy mais aussi pourquoi les machines ont-elles pris possession de la Terre ?

Aloy verra plein de trucs

Sous ses airs un tantinet génériques, l’histoire est suffisamment plaisante à suivre que pour maintenir un intérêt tout au long de l’aventure, malgré quelques grosses ficelles prévisibles. Il est vrai que ça papote un peu trop par moment et que les dialogues à choix multiples n’ont pas vraiment d’impact sur la suite des événements, mais les enjeux principaux sont simples et stimulants. Ajoutez à cela un lore relativement bien travaillé : les tribus ont leurs coutumes, leurs croyances et leurs backgrounds qui se distillent au fil de l’aventure pour s’épaissir à mesure qu’on avance. Le seul véritable gros écueil scénaristique concerne la mise en scène paresseuse des dialogues. C’est simple, l’immense majorité du temps, on se contente du minimum syndical à base de champ-contrechamp. Malgré cela, la consistance du propos séduit, tout comme le personnage d’Aloy. Avec son caractère bien trempé, elle est une héroïne forte et charismatique qu’il est plaisant de voir évoluer au rythme du joueur. A coup sûr, elle fera partie de ces héros de jeux vidéo dont on se souviendra.

On se souviendra aussi de la jolie démonstration des ressources techniques de la PS4 qu’offre Horizon : Zero Dawn. Oui, je le dis sans sourciller : c’est l’un des jeux les plus accomplis visuellement jamais vus sur console. Ça affiche loin et net avec d’énormes panoramas riches en détails avec une végétation ultra dense. La faune et la flore possèdent d’ailleurs des textures détaillées tandis que les flares naturels et autres rayons artificiels – qui en font un peu trop – en mettent plein la vue. Un véritable récital chromatique baigné par de chouettes changements climatiques. Si la technique est au top, elle ne serait rien sans tout le travail de direction artistique en amont. Les paysages sont authentiques et possèdent une consistance, souvent même une beauté, qui prouve un art sophistiqué de l’aménagement. Immenses montages enneigées, plaines désertiques, gigantesques ruines métalliques, forêts denses, villes et villages se mélangent selon une vraie logique topographique et un sens des échelles crédibles. Chaque zone étant évidemment convenablement garnie d’animaux sauvages à dépecer et autres monstres mécaniques à trucider (ou éviter). Le résultat est un ensemble qui s’articule de façon crédible, riche et varié. On pourrait juste rechigner sur quelques rares séquences de jeu un peu trop gourmandes qui ternissent un tableau impeccable avec quelques chutes de FPS. Mais sur plusieurs dizaines d’heures de jeu, ces baisses de framerates furent exceptionnelles (vraiment). L’exploit est d’autant plus impressionnant que la map est immense et qu’aucun temps de chargement ne vient entraver la progression une fois lancé dans l’aventure.

Ok, l’histoire fait son taf et le jeu est beau, mais on fait quoi dans Horizon : Zero Dawn ? En plus de suivre son histoire principale qui vous baladera sur toute la map (avec des activités et des séquences de jeu variées), il y a également beaucoup de quêtes secondaires (élucider un meurtre, chasser, sauver les miches d’un village, …) servant souvent le propos du scénario et étant plus ou moins bien écrites. A cela s’ajoutent les inévitables feux à allumer, camps d’ennemis à nettoyer, centaines de trésors à trouver, cavernes cachées à explorer et autres dinosaures biclassés tours à escalader pour dévoiler la carte. Oui, il y a toujours quelque chose à faire. Si vous avez pratiqué des opens worlds ces dernières années, tout cela ne devrait pas vous dépayser. Il y a aussi de la récolte. Beaucoup de récolte, même. La carte recèle d’innombrables ressources à collecter pour ensuite les revendre ou les échanger aux marchands. Bien évidemment, elles peuvent servir à l’artisanat pour confectionner flèches, potions et autres pièges. Et puis il y a les combats contre les robots animaux.

Cadillacs and Dinosaurs

Pour peu que vous ayez jeté un œil à l’un ou l’autre trailer du jeu, vous avez sans doute pu assister à des combats nerveux contre des dinosaures-robots géants. Aloy y bondit dans tous les sens, piège le dino avec des filins pour l’immobiliser avant de l’enflammer à coup de flèches spéciales. Pour enfin l’achever avec sa lance pendant que le robot se déglingue pièce par pièce avant d’exploser. Eh bien, c’est tout pareil in-game. A l’heure des downgrades et autres jeux pas finis, ça fait plaisir de constater que les trailers sont conformes à la réalité du jeu. Les affrontements vifs sont l’un des points les plus impressionnants du jeu. C’est d’autant plus grisant qu’Aloy est agile et répond au doigt et à l’œil. Attention tout de même à ne pas trop verser dans le bourrin. Les escarmouches sont exigeantes et un faux pas peut rapidement être fatal. Il sera plus prudent de se la jouer discret pour choper l’ennemi par surprise. Après avoir bien pris soin d’analyser la situation, de repérer les points faibles de l’adversaire et de préparer le terrain en posant des pièges façon Monster Hunter. Notez qu’on se fritte aussi contre des humains de temps en temps. Malheureusement, ces échauffourées sont plus fades que celles contre de grosses bestioles. Dommage…

Un combat vraiment épique

Les composantes RPG sont efficaces mais très classiques. Les level ups permettent à Aloy de gagner des points de compétences. Ceux-ci peuvent être répartis dans un des trois arbres dédiés à l’infiltration, la baston et la récolte/gestion des ressources. Si on gagne en puissance, il en est également de même pour les créatures robotisées qui deviennent plus évoluées et plus nombreuses. Du coup, le challenge est sans cesse renouvelé. En plus de gérer ses skills, il faut aussi veiller à mettre son équipement à jour via le craft ou le commerce. Un équipement d’ailleurs bien varié à base d’arcs à flèches élémentaires, pièges explosifs, câbles immobilisant, arbalète, etc.

Tous ces éléments conjugués font d’Horizon : Zero Dawn un voyage extatique. Que ce soit quand on se perd dans ses décors en mode contemplatif, quand l’histoire nous pousse à découvrir de nouvelles contrées ou quand on terrasse une grosse bestiole après une bataille épique. Un titre qui a su s’inspirer de ce qui se fait de mieux en matière d’open world pour le digérer et accoucher d’un jeu sur lequel on passe beaucoup de bon temps. Enfin, il convient de souligner un sound design de qualité pour parachever un bien joli tableau.

Conclusion

Horizon : Zero Dawn est une puissante ode à l’aventure aux mécaniques bien huilées. Sa réalisation en béton armé, les décors ahurissants de détails ou ses combats, parfois âpres, et souvent exigeants, sont marquants. Tout comme la cohérence des trois. Ajoutez à cela un scénario et un lore qui multiplient lieux et moments mémorables et vous avez un des titres incontournables la PS4 et de cette génération de console.

Horizon : Zero Dawn

  • Développeurs : Guerilla
  • Type : Chasse aux dinos mécaniques en monde ouvert
  • Support : PS4
  • Sortie : 1er mars 2017
Note Passion Brulante
Note PXLECTION

Y’a bon!

  • Réalisation époustouflante
  • Map gigantesque
  • Combats réussis et souvent épiques
  • Univers riche et cohérent
  • Bestiaire mécanique au top
  • Direction artistique
  • Scénario agréable
  • Sound design canon

Beuargh!

  • Les dialogues à choix multiples sans réelle conséquence
  • Combats contre les humains beaucoup moins épiques
  • Quelques ficelles scénaristiques un peu grosses
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Mr Scintillant

Ami des équidés se perdant sur Zelda : BOTW et tentant de faire parler son skill inexistant sur PUBattlegrounds
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre