Grand Kingdom | Test

Du tactical RPG de qualité? Je dis oui!

Au pays des tactical RPG, le nom de NIS America provoque toujours un petit sourire, la ludothèque de l’éditeur fourmillant de titres de qualité (la série des Disgaea en tête). Cette fois-ci, Nippon Ichi Software nous propose Grand Kingdom, un tactical en 2D au système de jeu complexe, voire retors. De quoi ravir les amateurs !

Chroniques des 4 Royaumes

Il y a fort longtemps, l’Empire tyrannique d’Uldein s’écroula, donnant naissance à 4 royaumes : Landerth et ses nobles paladins, Valkyr et ses clans de guerriers sauvages, Fiel : le Royaume proche de Mère Nature et Magion, la nation des mages. 4 Royaumes donc qui, malgré leur histoire commune, ne s’apprécient pas des masses et se font la guerre. Une situation propice aux grand-kingdom-screenshot-01bandes de mercenaires qui louent leurs épées aux plus offrants. Et ça tombe bien puisque vous incarnez justement le chef d’une de ces cliques de soudards. Votre bande vient d’ailleurs de rejoindre la Guilde, une organisation de mercenaires du plus haut niveau ! Autant dire que ça va castagner sec !

Dès le lancement de Grand Kingdom, on ne peut que se réjouir de la patte graphique du titre qui ravira les aficionados de 2D léchées (que nous sommes). Ceux qui apprécient des titres comme Odin Sphere, Dragon’s Crown ou encore Muramasa seront aux anges. Normal quand on sait qu’on la doit à Georges Kamitani qui a travaillé sur tous ces titres de qualité.

Si graphiquement, on est aux anges, on l’est beaucoup moins question histoire et personnages, cette dernière se révélant très classique et les protagonistes insipides et clichés. Autant le dire tout net : Grand Kingdom, c’est avant tout un gameplay !

Hold the line(s)!!

Une fois le tutorial bouclé, vous voilà prêt à arpenter le monde en quête d’or à amasser, de ressources à collecter (pour le craft) et d’ennemis à occire. Un monde qui prendra la forme d’une sorte de jeu de plateau où votre escouade, composée de 4 combattants, avancera, représentée par un pion, de case en case. En parlant de votre escouade, Grand Kingdom propose 17 classes jouables où l’on retrouve les classiques (guerrier, mage, archer) mais aussi des classes plus « exotiques » comme le challenger (et ses barils d’explosifs), la chamane ou encore le Dragon mage, magicien chevauchant un imposant dragon. Comme tout bon mercenaire, chacun exigera de l’argent pour rejoindre votre bande. S’il est possible de customiser de manière superficielle  chaque nouvelle recrue (nom, couleurs de peaux/vêtements, voix),  il faut  bien avouer que leur manque de personnalité se fait cruellement ressentir. Les membres de notre bande ne sont, somme toute, que des pions, que l’on peut remplacer à l’envie. Du coup, difficile de s’y attacher.

grand-kingdom-screenshot-03

Une fois votre premier ennemi rencontré, les choses sérieuses peuvent commencer et on touche enfin à ce qui rend si bon Grand Kingdom : son système de combat, mélange de tour par tour et de combat en temps réel. Fonctionnant au tour par tour, ce dernier nous propose un champ de bataille divisé en 3 ligne parallèles : haut, milieu et bas. Vos personnages (et les ennemis) y évolueront. Vous pourrez bien sur vous décaler et changer de ligne mais, tactical oblige, chaque mouvement et chaque action puisera dans votre  jauge de mouvement ou d’action. Il faudra donc prévoir ses déplacements et ses attaques avec intelligence. Heureusement, une simple pression du pavé tactile vous permettra d’annuler votre essai (tant que vous n’avez pas confirmé ce dernier) et de tenter une approche différente.

Tirer sur (presque) tout ce qui bouge

Comme on l’a dit plus haut, le système de combat de Grand Kingdom est un savant mélange d’action et de tour par tour et recèle moult subtilités pour pimenter le tout. A commencer par le friendly fire ! En effet, pas question de balancer ses sorts ou ses attaques circulaires sans réfléchir car vous auriez tôt fait de toucher un de vos alliés. Et quand on sait que vos mercenaires ne régénèrent par leurs vies entre les combats, mieux vaut éviter les tirs amis.

L’autre petite subtilité sera le timing. Une fois au corps à corps (mais également lors des lancements de  sorts/tirs à distance), il vous faudra parfois masher les boutons pour enchaîner les attaques. Pas question toutefois de martelage bête et méchant, le timing jouant grandement sur  la réussite (ou l’échec) de votre assaut.

Si les premiers combats peuvent paraître assez simples, les suivants se révéleront plus retors et la difficulté ira toujours en augmentant : pièges sur le terrain, tirs d’artillerie à intervalles réguliers, porteurs de bannières (qui boostent vos ennemis) et j’en passe. Le système de combat de Grand Kingdom recèle de bonnes surprises distillées tout au long de l’aventure et qui surprennent à chaque fois le joueur.

Malheureusement, pour maîtriser certains aspects des combats ou faire xp vos troupes, il faudra surmonter un obstacle inattendu : l’interface. Si celle desgrand-kingdom-screenshot-07 combats fait le taff (avec ses jauges de déplacements, d’actions et sa timeline) et se veut plus ou moins claire, il n’en va pas de même pour le reste. Les menus sont fouillis et se permettent même de ramer lorsque vous passez de l’un à l’autre. Grand Kingdom a aussi parfois du mal à se montrer « noob  friendly »pour les joueurs peu habitués au genre : soit le soft vous laisse dans le flou, soit il vous balance des pavés d’explications indigestes au possible. Un écueil dont on se serait bien passé…

grand-kingdom-screenshot-08

En plus de sa campagne solo, Grand Kingdom propose aussi un mode en ligne. Ici, il vous faudra prêter allégeance à l’un des 4 Royaumes pour une période de temps donné, le but étant évidemment de faire triompher votre faction. Une bonne idée qui rallonge la durée de vie du soft même si elle souffre également de quelques défauts (grind , absence d’interactions avec les autres joueurs, etc)

Conclusion

Malgré son interface souvent fouilli, ses personnages insipides et son scénario vu et revu, Grand Kingdom reste néanmoins un excellent tactical et sans doute l’un des meilleurs de cette année 2016. Avec ses graphismes en 2D qui flattent les mirettes et surtout son système de combat complexe (mais gratifiant), NIS nous offre un soft de qualité que les amoureux du genre dégusteront telle une  gourmandise. Et franchement, ça fait du bien !

Grand Kingdom

  • Développeur(s) Spike Chunsoft
  • Editeur(s)  NIS America
  • Type Tactical-RPG
  • Support PS4, PsVita
  • Sortie 17 juin 2016
Note Les feux de l'amour
Note Pas de pxlection

Y’a bon!

  • Un système de combat aux petits oignons
  • Des graphismes 2D sublimes
  • Bonne durée de vie
  • Difficile sans être frustrant

Beuargh!

  • Scénario anecdotique
  • Personnages sans charisme et impersonnels
  • Interface des menus trop fouillie
Commentaires Facebook
Catégories
Tests
Autres articles jeux vidéo
Dernier podcast: JV

Dans le même genre