Wolfenstein : The New Order | PC – TEST

...

Fiche Jeu

  • Développeurs Machine Studio
  • Editeur Bethesda
  • Type Anti-Nazi Simulator 2014
  • Support Pc, PS3, Xbox, Ps4 et XboxOne
  • Sortie 20/05/2014

Dans le même genre :

  • Bioshock
  • Quake
  • Metro Last Light
  •  Soldier Of Fortune
  • Doom

Ce test de Wolfenstein : The New Order vous est offert en deux avis.

Le premier, celui de Bery, se trouve juste au dessous de cet encart.

Le second de Siryakko se trouve quant à lui juste en dessous de la conclusion de celui de Bery.

 

 

Wolfenstein: The New Order

Pas de bol pour Wolfenstein! On aurait dû vouer un culte à son nom. C’est vrai quoi, les ‘Doom-Like’ comme nous les appelons dans notre jargon (bien avant les FPS) auraient dû se sus-nommer sous lappellation, voire sous le label : ‘Wolfenstein-Like’.  Peut-être à cause des croix gammées, peut-être à cause des symboles nazis omniprésents qui gênent les curs purs, ou peut-être encore à cause de l’association de Brigitte Bardot, Wolfenstein se contente d’être un nanar du FPS. Un gros tas de muscle nommé Blazkowicz qui devra s’échapper d’un château nazi rempli de soldats casquettés.

wolfenstein-the-new-order_1368606685

Cliché, vous avez dit cliché? Comme c’est cliché!

Amateurs de finesse, de bonnes manières et de livres d’Histoire, passez votre chemin. Avec Blazkowicz dans vos mains, et plus précisément vos index sur les gâchettes, vous ne serez pas là pour rigoler. L’histoire débute au sein d’une faction armée luttant contre le troisième Reich en 1946. Histoire réinventée mais non moins farfelue d’une Seconde Guerre Mondiale conclue par une victoire allemande et de leurs alliés, tyrannisant les quelques peuples résistants aux accents tranchants d’une Bavière forte et florissante.

Rapidement, votre groupe d’intervention spécial anti-nazi se retrouvera confronté à une réalité qui leur était totalement étrangère : les expériences contre-nature sur la flore, mais surtout la faune, humains compris. Machine Studio s’est lâché, on peut tirer la chasse d’eau. Outre les méchants nazis pas beaux, vous aurez loisir de croiser Chien-robot, humain modifié avec armure de combat intégrée, véhicule de plusieurs dizaines de mètres de haut armés de rayons à arcs électriques surpuissants. Pas de doute, nous sommes dans un jeu de tir à la première personne qui en a dans le slip niveau bestiaire. Mais qu’en est-il de la suite une fois le packaging-monster retiré?

Pan ! Pan ! Pan ! V’là les Bosch.

Pas facile de faire pan-pan avec ce nouveau Wolfenstein. Débuté au clavier, nous nous sommes très vite rendu compte que le jeu a été entièrement optimisé plutôt pour un gamepay à la manette. Nous branchons alors fièrement nos pads Xbox360 sur Steam afin de découvrir une meilleure ergonomie. Katastropheeeuhhh! Le gameplay est extrêmement rigide, avec une maniabilité tantôt empruntée à Bioshock, tantôt à …. Une chose inventée par le jeu et clairement pénible! En plus des temps de rechargement très longs, vous aurez la (mal) chance de découvrir ‘une roue de sélection’ lente et mal optimisée pour un switch rapide des armes. Ses armes qui sont finalement en nombre très limité, et clairement cheatées pour certaines. Dites-vous que j’ai personnellement tué la quasi-moitié des boss avec le pistolet de base, pouvant atteindre sa cible à plus de 300 mètres en conservant une cadence de tir et une force d’impact très puissante. On a eu le droit à du total WTF bestiaire, mais où sont passées les armes WTF qui vont avec? Beaucoup trop sérieux tout ça! On ne demande pas non plus le niveau d’un Armed and Dangerous, mais un peu de démence  aurait été la bienvenue.

 

wolfenstein-the-new-order-repousse-a-2014-en-images-568fdeefb492d2637f308d39b0f4383c

Il était une fois … des guns!

On ne va pas y aller pas quatre chemins, le scénario de ce Wolfenstein est proche du zéro absolu. Personnages secondaires sans aucun intérêt, jeu hyper-couloir, le cliché nazi très fun, parfois cru, mais justement pas assez décalé et pas assez sérieux à la fois. On reste sur notre faim. On se retrouve avec des scènes visuellement très fortes et vraiment  bien inspirées, très vite totalement gâchées par un niveau jouable sans aucun rapport avec les scènes observées précédemment. Je pense que tous les gamers ayant terminé ce jeu se souviendront encore longtemps de la mission « Trouver le chalumeau tombé dans l’eau ».

L’arme principale du jeu, baptisée Laserkraftwerk, est une sorte de pistolet « Electrique Soudeur & Découpeur », que vous allez pouvoir améliorer au fur et à mesure de votre avancée dans ce politiquement dérangeant. Une arme sans réel charisme alors qu’on aurait aimé une grosse pétoire bien WTF pour combattre ces vermines de SS.

Le jeu est très inégal dans son gameplay mais également dans ses décors. Nous avons souvent l’impression de jouer à un puzzle dont les pièces des niveaux inégaux auraient été conçues par des créateurs et des développeurs ayant tous travaillé sur le projet, sans pouvoir se parler entre eux. Du coup, certaines missions n’ont pas du tout la même patte graphique, le même gameplay, et vont parfois même jusqu’à modifier la façon de jouer en elle même!! (le marquage des objectifs, la carte, etc). Perturbant.

wolfenstein-the-new-order-repousse-a-2014-en-images-93936e5e70f294b13fd656c06bdf0d80

Un jeu de la vieille école?

Ce qui est certain, c’est que les quelques quinze heures de jeu seront toutes sauf faciles. En mode normal, préparez-vous à recommencer un niveau ou une partie de ce dernier très souvent. L’IA est vraiment très bête. Mais quand les nazis vous canarderont, ils le feront avec une précision déconcertante. Chaque niveau vous conditionnera à avancer en remplissant des objectifs très rigides et nécessaires à la continuation (on se rappellera du premier ‘Les Nazis font du ski’, où nous restons bloqués 10 min tout simplement parce qu’un ennemi (bien planqué) dans une zone précédente n’était pas mort, ne lançant pas le script du chapitre suivant). Mais de cette rigidité naîtra heureusement de très nombreuses scènes de véhicules variés (combat de robot, de voiture, mini sous-marin, ballade sous la mer en scaphandre, randonnée lunaire, etc etc). Plus ou moins intéressantes, elles ont le mérite d’être là et de rythmer un peu plus le jeu.

Un petit clin dil bien dissimulé vous fera également redécouvrir Wolfenstein 3D premier du nom. Trouvez un lit, et la fonction « cauchemar » fera son apparition. Allongez-vous sur la literie, et un sympathique reboot refait surface. Chouette idée rigolote et bien réalisée qu’on aurait aimé voir plus souvent intégrée au jeu.

Coooonclusion. Je dis non! Mais un Avis, je dis OUI!

Peut-être attendions-nous trop de ce dernier Wolfenstein? Son inégalité et son creux scénaristique ne le fera certainement pas se domicilier au panthéon du jeu vidéo. Vous passerez de bons moments bien bourrins si c’est ce que vous recherchez, mais de nombreuses excellentes idées (les véhicules, le côté WTF ésotérique nazi, et les boutades bien drôles du héros)  sont souvent gâchées par une jouabilité mal conçue, des cut scènes pénibles et une IA totalement aléatoire. Ajoutez à cela des missions « remplissage » de contenu et vous obtiendrez le même ressenti que nous… Rendez-moi mes quinze heures! Le multi aurait pu sauver ce jeu.

L’avis de Siryakko:

Wolfenstein : The New Order, plutôt fun de tuer des nazis

Alors oui ça arrive, on n’est pas forcément tous d’accord sur ce que vaut un jeu et c’est pour cela qu’il est parfois bon et intéressant pour le lecteur de pouvoir lire deux avis sur le même jeu. Oh pas forcément uniquement pour aller à l’encontre du premier, mais il faut bien avouer que quand on est tous d’accord sur l’avis final, cela ne sert à rien d’insister lourdement (en bien comme en mal).

Pour ce Wolfenstein : The New Order (testé pour ma part sur Xbox One) il faut croire que le fait de ne rien en attendre à la base et de ne m’être presque pas renseigné sur le titre m’ont permis de le prendre tel qu’il venait. C’est à dire comme un FPS qui ne se prend pas la tête bêtement dans des considérations qui ne lui siéraient guère. Pour ma part, ce Wolfenstein doit se prendre comme le shoot Old-school et générateur de clichés assumé qu’il est.

Ce n’est clairement pas avec lui que vous ressortirez plus intelligent, que l’on soit bien clair, mais globalement le travail de Machine Games tient la route de bout en bout. Le scénario si l’on y prête un peu d’attention est loin de la crétinerie qu’on était en droit de craindre. L’ambiance est maîtrisée, parfois même jusqu’à te prendre aux tripes. Même les exemples de stéréotypes que sont vos comparses ne font pas tache dans le paysage de Wolfenstein : The New Order, et ne sont pas là que pour faire tapisserie.

Les cartes (si l’on met de côté le tout début du jeu) sont légèrement alambiquées, suffisamment pour s’amuser à chercher des petits trésors et autres chemins de traverse.

De plus, je salue le courage et le choix de ne pas tomber dans le piège des sirènes du multi à tout prix. Ici on assume son solo, on le mène jusqu’au bout et en plus on nous offre un bon 12-15h (selon les niveaux) tout à fait agréable. Comparées aux 4 ou 5 heures rallongées à la pisse chez Battlefield et Call Of. 

Par contre, bien entendu, vous l’aurez compris ce n’est pas le jeu ultime, parfait. On regrette une I.A bizarre, le manque de très grosses surprises, l’absence de réels choix importants pour le scénario, et une réalisation pas toujours au top (surtout niveau audio et quelques textures). 

Mais cela vaut pour ce que ça vaut, j’ai aimé mon aventure d’Heidi chez les nazis, le côté glauque de certains moment et le feeling des armes. Bref, ce qui pour moi était encore un FPS de plus s’est transformé en plaisir sincère que je ne regrette nullement. Contrairement à cette tonne de gros titres qui tentent de péter plus haut que leur cul et en oublient l’essentiel, être fun.

Note la flamme s'est éteinte
Note Pas de pxlection

Y’a bon!

  • Défouloir
  • Difficulté vraiment haute
  • L’univers ésotérique nazi
  • Le doublage français de qualité

Beuargh!

 

  • Décors et niveaux vraiment inégaux
  • Jouabilité rigide et vraiment frustrante (Bon sang recharge plus vite! Pan ! [MORT])
  • Scénario où es-tu?
  • Armes WTF où êtes-vous?
  • Des quêtes vraiment inutiles…
  • … tout comme la moitié des cinématiques.
  • Le multi aurait pu sauver ce jeu !

En 2014, on censure South Park, mais pas Wolfenstein

La version Super NES de Wolfenstein 3D de 1992 était réputée à cause de ses nombreuses modifications et censures imposées par les normes Nintendo US de l’époque. Ainsi, l’ensemble des signes nazi et des représentations d’Hitler ont été retirées de cette version.

Quand est-il de « The new order »? Bah déjà il ne sortira pas sur WiiU, le problème de Nintendo est donc vite réglé. Quant au reste du monde, il découvrira un jeu vraiment hyper violent avec certaines images de tortures nazies vraiment bien dégueulasses.

Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
bery

Rédac Chef BBQ | Journaleux JV PC (steam: berychon), 3DS et WiiU (ID Nintendo: Berychon) et PS4 (psn: berymuch)| Animateurs de nombreux live sur notre chaîne: https://www.twitch.tv/pxlbbqtv/ | Machine à idées saugrenues
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre