Test : Under Night In-Birth Exe: Late[st] – Effet de Vide Récurrent

UNIEL et les abeilles

Maintenant que la baston façon Arc System Works a percé pour le tout public à grand coup de Final Flash dans les gencives, il est opportun de ressortir des titres bâtis sur la même logique pour aller un peu plus loin dans les mécaniques. Déjà sorti sur PS3 en 2015 (et même offert en PS+), Under Night In-Birth Exe: Late[st] (que je vais nommer UNIE:Lst, parce que bon… vous me comprenez) retente une sortie sur Playstation sous l’appellation Late[st] avec son petit lot d’aménagements.

C’est reparti pour se foutre des patates

Les Pains Français, c’est souvent dans la gueule

Développé par French Bread (ce qui vous ne dira sans doute rien) et édité par Arc System Works (qui subitement vous est bien plus familier) UNIE:Lst est directement issu des salles d’arcade japonaises et rappellera douloureusement à ceux qui ont récemment pris de l’assurance sur Dragon Ball FighterZ que non, les combos automatiques et les quarts de cercles universels ne sont pas la base des jeux de combats exigeants. De quoi doucher le grand public et offrir aux joueurs les plus persévérants de quoi aller plus loin en terme de technique. On reconnait cependant par rapport à d’autres jeux d’arcade japonais, UNIE:Lst peut se prendre rapidement en main… si tant est qu’on ne se frotte pas à des habitués du genre.

Pas loin de 180 leçons vous attendent pour maîtriser toutes les subtilités du jeu… avant de vous frotter aux défis

Visuellement on pourra tout de même voir en UNIE:Lst une patte graphique quelque peu quelconque et manquant terriblement de personnalité. Ce qui risque de lui porter préjudice, puisque sans être repoussant, le casting est juste visuellement sans grand intérêt, et même les nouveaux venus de cette version transpire le classicisme. Néanmoins, l’essentiel se situe ailleurs et la tranchante Wagner saura trouver grâces aux nouveaux venus grâce à ses attaques très rapides et couvrant de grandes distances. Là où Mika replira le quota Loli du jeu tout en balançant des patates énormes grâces à ses gigantesques poings métalliques, Phonon couvrira de bonnes zones avec son fouet, le charismatique Enkidu assénera des coups puissants au corps à corps à l’aide des arts martiaux, tout en contre et en feinte. Evolution de la version de 2015, UNIE:Lst apporte avec lui non seulement un Cross-Play PS3/PS4 (mais pas PSVita, désolé), les rééquilibrages indispensable à toute nouvelle version, quatre nouveaux personnages (portant le maximum de combattants à 20) mais surtout un tutoriel très complet en pas loin de 180 leçons pour nous apprendre les base de ce jeu assez complexe.

Le mode Chroniques se présente comme un Visual Novel

Car oui, au-delà des manipulations universelles qui facilitent la prise en main de tous les personnages, chaque personnage d’UNIE:Lst propose une maniabilité qui lui est propre et l’apprentissage des combos passera obligatoirement par ce mode – qui balaye les techniques basiques à très avancées à votre convenance – que l’on complétera par la suite par les fameux Défis Combos pour pousser un peu plus loin chaque personnage. Et en proposant sans détour un tutoriel pas à pas concernant chaque aspect du jeu, UNIE:Lst devient la version du titre qui saura faire la transition entre l’accessibilité de Dragon Ball FighterZ et toute la subtilité d’un vrai jeu de combat d’arcade japonais.

Under Night in-Birth Exe : Late[st] ne brille pas par son enrobage, mais c’est bien une pépite qui scintille en-dessous

Et c’est à travers la complétion de ces modes et des leçons du tutoriel que le joueur pourra comprendre l’ampleur des possibilités de gameplay étant donné la très grande variété de personnages. Ils ne sont certes que 20, mais ils ont tous un gameplay unique et riche, allant des choppers (Non, mais les bras de Waldstein qui font tout l’écran quoi…) aux attaquants à distance en passant par les plus fourbes jouant de pièges ou de lames magiques. Trouver son petit préféré n’est pas une mince affaire, mais on ne pourra pas arguer que le titre fait dans la facilité. 

20 combattants aux styles très variés, mais esthétiquement quelconques

Aussi, outre sa réalisation graphique jolie mais sans intérêt, le joueur devra réellement s’investir dans l’apprentissage des combos, ce qui relègue malheureusement UNIE:Lst au jeu de niche. Ce n’est pas forcément un point négatif, puisque fort heureusement, la profondeur du jeu est bien là, mais il ne faut pas s’attendre à un jeu qui accueille les nouveaux venus dans le genre avec bienveillance. Il faudra passer de longues heures dans l’espace d’entraînement pour maîtriser son personnage, avec la gratification de voir des coups dévastateurs sortir assez rapidement, et une permissivité dans la touche qui permet les longs combos.

Un coup rapide, moyen, fort et une touche un peu passe partout, des quarts de cercle, des dashs, des counter-hit, des cancels… les possibilités sont nombreuses et les personnages répondent au quart de tour. Dommage cependant que les décors dans lesquels ils combattent – si ils sont secondaires, nous sommes d’accord – soient ici encore si pauvres. Décidément, Under Night in-Birth Exe : Late[st] ne brille pas par son enrobage, mais c’est bien une pépite qui scintille en-dessous.

Dans les nouveaux, il y a fort à parier que Wagner trouvera son public assez facilement

Petite subtilité qui a une grande importance, la jauge de GRIND (GRD) disposée en bas de l’écran entre les deux combattants permet d’obtenir des bons de combat intéressants, comme la possibilité de ralentir le temps, histoire de placer ses combos et une furie plus facilement. Mine de rien, cette petite jauge met une pression énorme durant les combats, car les bonus qu’elle donne permettent de retourner l’issue d’un match – ceux-ci pouvant être très brefs. Commune aux deux combattants, la jauge de GRD oscille d’un côté ou de l’autre suivant les actions réalisées. Il est également possible de la charger (un peu comme n’importe quelle jauge d’énergie) en pressant une touche, puisant dans l’énergie de l’adversaire, mais en nous exposant aux coups de ce derniers, les affrontements étant très rapides et nerveux.

Il y a du mode de jeux, là ou pas ?

Autre nouveauté, le mode Veil Off qui peut s’activer quand la sempiternelle jauge EX est chargée à 100, et offre un boost de puissance, un invincibilité à l’activation (ce qui en fait un contre utile), rempli plus facilement la jauge de GRD tout en donnant accès à toutes les techniques spéciales sans devoir puiser dans la dite jauge. Autant dire que de nouvelles possibilités viennent étoffer  un système bien complet.

En terme de contenu, le titre de French Bread propose beaucoup de modes allant de l’Arcade, le mode Score attack, Time Attack, les modes local et en ligne dans des salons classés ou non, ainsi qu’un mode Histoire (Chroniques) quelque peu décevant. En effet, si les différents scénarios se suivent sans désintérêt (rappelons que le titre est en anglais) il ne s’agit en fait que de Visual Novel sans aucune interaction, aucun combat ni aucun choix. Relativement longs, ces scénarios vous permettront d’en savoir plus sur tous les personnages, leurs implications les uns avec les autres et les origines de leurs capacités. Il a le mérite d’exister dirons-nous.

Conclusion

Alors oui, il ne paye pas de mine visuellement, surtout si l’on regarde du côté de ce qui sort ces dernières années (voire semaines) en terme de jeux de combats. Mais ne vous y trompez pas : Under Night In-Birth Exe : Late[st], sous son nom improbable et son design sans saveur cache une version du jeu de combat accessible à tous en quelques instants, mais avec une profondeur de gameplay énorme. Il représente également une belle opportunité d’entrer dans le monde du versus Fighting à la japonaise, avec son tutoriel pas à pas, destiné à maîtriser toutes ses subtilités au terme des quelques 180 leçons qu’il contient. On vous conseille tout de même de faire un détour par les nombreuses vidéos de joueurs pour en apprendre encore plus sur les combos. Immortalize !

Temps de lecture : environ 3 minutes

Under Night In-Birth Exe: Late[st]

  • Développeurs French Bread
  • Type Combat
  • Support PS4, PS3, PSVita
  • Sortie 09 février 2018
Under Night In-Birth Exe: Late[st] à notre sauce
8/10
Under Night In-Birth Exe: Late[st] à notre sauce
Y'a bon
  • Les systèmes de GRIND et Veil Off tout en tension
  • 20 personnages très variés
  • Rapide à prendre en main au début...
  • Un mode tutoriel hyper complet
Beuuuuwark
  • Un Character Design quelconque
  • Le mode Histoire purement textuel
  • Les décors assez moches
  • En anglais
  • Technique
    9/10
  • Esthétique
    6/10
  • Ergonomie
    8/10
  • Audio
    7/10
  • Contenu
    9/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre