Totalement néophyte dans ce type de jeu (mon dernier jeu de course de moto était Moto Racer, c’est vous dire), j’ai eu l’opportunité de faire des tours de pistes sur ce nouveau TT Isle of Man : Ride on the Edge 3. Est-ce que je suis crédible pour cet article ? Non, mais je vais quand même vous donner mon point de vue.


TT Isle of Man: Ride on the Edge 3


Supports : PC, PS4, PS5, XBox One, XBox Series, Switch

Genre : Course

Date de sortie : 11 mai 2023

Editeur : Nacon

Développeur : Raceward Studio

Multijoueurs : Oui


Ce que TT Isle of Man: Ride on the Edge 3 offre est bien réalisé, même si l’aspect monde ouvert manque un peu de tenue.


  • L’haptique et l’audio DualSense
  • Excellente tenue de route et physique de la moto
  • Le charme de l’île
  • Options limitées de personnalisation
  • Les courses fourbes en carrière
  • Petits bugs d’affichage
  • Le monde ouvert peu intéressant

Titre

Voici que sort TT Isle of Man : Ride on the Edge 3. Raceward Studio a mis en place son moteur KT Engine pour la série et bien que ce ne soit pas un énorme studio qui travaille sur le titre, l’effort peut être loué. La série est un titre de niche pour une niche de joueur, mais cela justifie aussi tout l’amour de la course qui y est retranscrit.

TT Isle of Man 3 (TTIM3) est le dernier né de la course de moto Tourist Trophy. C’est RaceWard Studios qui tient le guidon de ce jeu et c’est leur deuxième jeu basé sur la course de moto, après Rims Racing.

Mais d’abord, qu’est ce que l’Île de Man ? L’île de Man est une île autonome située entre l’Irlande et l’Angleterre, dans la mer d’Irlande, d’une superficie de 221 miles carrés. L’île accueille également des courses de motos européennes depuis 1907. À la base baptisée « Tourist Trophy, elle a été organisée pour présenter des motos de tourisme au public, mais en 1911, la course a pris de l’ampleur et s’est étendue de la côte à la montagne et vice-versa, traversant des villes et plus de 200 virages. Il s’agit aujourd’hui de l’une des course les plus périlleuse au monde.

Le jeu mélange pistes fictives et parcours réelles, tandis que la course principale est divisée en huit courses plus petites. 32 tracés de course sont possibles et le titre prend également en charge les courses sur piste sèche et sur piste mouillée. Vous accédez aux courses via la carte principale et les déplacements rapides sont également pris en charge, de sorte que vous n’avez pas besoin de traverser l’île de bout en bout pour participer aux événements, même si cela fait partie du charme du jeu. Car la nouveauté de TTIM3 est un monde ouvert qui vous permet d’explorer librement les routes de l’île de Man. Cela dit, le trafic est inexistant, et les voies alternatives très peu nombreuses, donc le voyage rapide devient rapidement indispensable.

Dans le mode principal, vous pouvez prendre part au Supersport ou au Superbike. Le Superbike compte 21 pilotes officiels tandis que le Supersport en compte 17. La catégorie Supersport est constituée de motos de sport plus petites qui conviennent aux débutants (et j’en suis ravi), tandis les Superbikes constituent le jeu davantage dédié aux joueurs habitués, avec des pointes à plus de 200 mph.

Avec son « monde ouvert », Raceward Studios s’est concentré sur le concept de routes ouvertes et a repris la physique du jeu de Rims Racing. Le fait de n’avoir que deux catégories de motos à gérer a facilité la tâche de la physique. Pour autant, la personnalisation de votre apparence et de votre moto ne sont pas présentes. Vous pouvez choisir parmi les 2022 motos et pilotes, mais vous êtes limité aux motos des pilotes et à leur livrée, leur casque et apparence. Personnellement, ça ne m’a pas dérangé, mais chacun jugera cela en regard de ses préférence.

Le mode Carrière est pour le coup assez limité, ce qui pour un néophyte comme moi était plutôt une bonne chose. Il est constitué de huit épreuves de qualification et huit épreuves de course non officielles qui ouvrent l’accès aux courses officielles.

Les épreuves de qualification sont par contre un peu étranges, puisque après s’être qualifié sur un circuit, on participe à une course sur un circuit totalement différent, sans bénéficier d’une séance d’entraînement, totalement à l’aveugle, ce que j’ai trouvé assez fourbe, car il me semblait que l’on avait e droit de parcourir le circuit avant de courir. Vous gagnez de l’expérience et des points d’amélioration de la moto qui permettent d’augmenter votre niveau de pilote et d’améliorer votre bécane. Les améliorations boostent considérablement les performances de la machine sans être trop compliquées à gérer, ce qui est rassurant pour les joueurs peu habitués aux simulations.

Visuellement, le jeu est plutôt réussi, malgré les effets de pop-in un peu décevants. Les options d’ajustement de la jouabilité sont également limitées, et il n’y a pas de mode permettant de privilégier les performances par rapport à l’aspect visuel, ce qui est devenu un peu la norme ces dernières années sur les nouvelles consoles.

Par contre, guidon en main, la maniabilité et la physique des motos sont très agréables. Mais attention, les motos sont difficiles à contrôler, d’autant plus que les routes peuvent être très étroites, en particulier à travers les villes, mais elles se dirigent comme une moto doit le faire avec une bonne sensation de poids.

Sur PS5, les sensations haptiques de la DualSense sont mises à l’honneur. Les gâchettes adaptatives offrent une résistance pour les freins et l’accélérateur. Le plus grisant reste le son qui sort du haut-parleur de la manette lorsque des accélérations, couplé à un véritable vibration dans la manette lorsque vous passez les vitesses. La moto réagit correctement à la surface de la piste et est bien ancrée sur le sol, sans flottement, comme on peut le voir dans les jeux de moto.

Le jeu prend également en charge les courses multijoueurs, avec des salons publics et privés. Il est par ailleurs possible de jouer entre les générations, mais sur les mêmes constructeurs (PS4/PS5 par exemple).

Pour bien faire, vous devez connaître parfaitement les pistes afin d’avoir les bonnes réactions pour éviter les crashs (ce qui me ramène au souci des qualifications ci-dessus). Raceward Studios a fait de son mieux pour rendre le jeu accessible aux débutants. Un menu d’aide à la conduite s’affiche à l’écran et peut être parcouru à l’aide du pavé directionnel pendant la course. Vous pouvez choisir entre l’ABS, l’antipatinage, ou le freinage électronique (bien utile).

TT Isle of Man: Ride on the Edge 3

Titiks

L’avis de Titiks sur PS5

En Bref

TT Isle of Man: Ride on the Edge 3 est un jeu assez exigeant avec l’étroitesse de ses circuits et sans grandes fioritures techniques, cependant, ce qu’il offre est bien réalisé, même si l’aspect monde ouvert manque un peu de tenue. Le cadre insulaire donne par contre beaucoup de charme aux circuits.

3.5
Show Full Content

About Author View Posts

Titiks

Quadra assumé, daron de 3 apprenties gameuses, fan de tout ce qui est capable de raconter une bonne histoire. Touche-à-tout, mais surtout de bonnes aventures qui savent surprendre, et dévoué à l'univers console depuis que Sega était plus fort que tout, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée #2AMFather.

Previous Test : LEGO 2K Drive – Tout est super génial ?
Next Test : After Us – Au crépuscule de l’humanité, que reste-t-il de nos âmes ?

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Digimon World : Next Order se montre à nouveau en vidéo

16/12/2022
Close