Sword Art Online: Alicization Lycoris, un nouveau SAO plus ambitieux… J’avoue avoir été grand fan de la première saison de SAO. Je n’ai pas encore plongé dans les romans, malgré le fait qu’ils soient dans ma bibliothèque, mais j’ai pu vivre une partie de leurs intrigues à travers leurs différents jeux, mais ceux-ci manquent toujours d’un petit je-ne-sais-quoi qui les empêchaient d’être de grands jeux. Un petit supplément d’âme apporté par cette adaptation d’Alicization Lycoris ?

SWORD ART ONLINE Alicization Lycoris nous emmène vers de nouveaux horizon

Sword Art Online: Alicization Lycoris


Supports : PS4, XBox One, PC

Genre : JRPG

Date de sortie : 10 Juillet 2020

Editeur : Bandai Namco

Développeur : Aquria

Multijoueurs : Oui


Sword Art Online: Alicization Lycoris est une adaptation intéressante plombée par ses soucis techniques


  • Un monde ouvert très sympa à explorer
  • En français
  • Une adaptation qui sait prendre des libertés
  • Le système de combat
  • Le multi
  • La première partie, longue
  • Les temps de chargement
  • Quelques soucis d’ergonomie
  • La caméra pendant les combats
  • Les chutes de framerate constantes
  • Des soucis de collision


Mémoire

Je n’en suis qu’au début de l’arc animé d’Alicization Lycoris et j’y retrouve des ingrédients intéressants, plus intéressants du moins que les précédents arcs. Le premier arc – inoubliable – mettait en scène une bande de joueurs coincés pendant des mois dans un monde virtuel mortel, à la recherche d’une issue. Un concept génial, qui une fois éliminé, ne laissait que peu de tension à la licence pour les arcs suivants. Avec Alicization Lycoris, j’y retrouve un peu de fraîcheur car si l’on retrouve Kirito en personnage principal, il s’éveille sans trop savoir comment dans un monde virtuel inconnu mais qui lui est étrangement familier, tandis que les PNJ de ce monde n’ont absolument aucune conscience de leur nature virtuelle. Un parti pris pour ce nouvel arc qui relance un peu l’intérêt à mon sens, et une bonne occasion de relancer un nouveau jeu SAO. Après tout, la licence n’est-elle pas la plus adaptée en terme de concept ?

Une sacrée gueule de bois

Les développeurs d’Aquria sont de retour ici avec une nouvelle itération de la licence, mais avec le concept de “monde virtuel qui s’ignore”, c’est l’occasion de rendre ici le jeu plus narratif, sans pour autant le débarrasser de tout son lore à base d’administrateur et d’IA. Ainsi, le monde ici présenté – l’Underworld – est régi par des règles strictes et la trame se veut fidèle dans sa première partie à l’arc animé, puis semble prendre quelques libertés avec l’histoire originale, ce qui est vraiment une bonne idée, étant donné que cela permet au fan de voir une version alternative de l’histoire, sans pour autant avoir un scénario intégralement original, qui – avouons-le – était plus souvent un prétexte qu’une trame passionnante.

Mais avant de pouvoir goûter à cette trame alternative, il va falloir passer par la première partie – plus fidèle mais aussi plus lente – très narrative. Si en général cela ne me dérange pas du tout, il faut admettre que cela prend du temps et qu’on peine à se sentir avancer. D’autant que l’on alterne entre cinématiques utilisant le moteur du jeu à un style Visual Novel en 2D sans trop de justification et que le tout est plombé par des temps de chargement incessants et bien trop longs.

Le jeu se révèle plus joli que les précédents

C’est d’ailleurs le souci principal de Sword Art Online: Alicization Lycoris : sa technique. On a ici l’exemple parfait d’un titre qui a plus d’ambition que de moyen, tandis qu’il tente vraiment d’améliorer son rendu visuel. Si graphiquement, il y a une réelle amélioration dans les environnements du jeu, comparativement aux épisodes précédents, et que le jeu propose maintenant un monde ouvert regorgeant d’endroits à explorer, les temps de chargement à chaque nouvelle scène de dialogue (plus de 30 secondes) et le framerate abominable du titre auront certainement raison de votre indulgence, fan ou non de la licence.

Retard d’affichage, soucis de collision… c’est la foire aux bugs !

Il est à noter que Bandai Namco s’attelle à patcher le jeu au fil des semaines. Espérons que cela règle les soucis les plus importants du jeu.

Le monde ouvert dispose heureusement de points de téléportation à activer (qui font aussi office de points de sauvegarde) qui vous permettent de voyager rapidement (enfin… en échange de temps de chargement… gniiii…) et si l’on ignore le problème du framerate agonisant, la carte est agréable à explorer, sans trop de monstres partout et avec pas mal de décors à découvrir. Paradoxalement, on se sent moins dans un “jeu vidéo” que dans les autres itérations, ce qui est raccord avec la nature du monde virtuel qui n’a pas conscience de sa condition. Le fond et la forme se rejoignent, même si cette dernière a quelques soucis.

Les combats sont dynamiques mais un poil brouillons

Au niveau du système de combat, j’ai été agréablement surpris car il se rapproche d’autres standards (j’ai Star Ocean en tête) et vous permet de sauter d’un personnage à l’autre dans l’équipe pour leur assigner des commandes et des tâches précises avant de repasser sur Kirito. Les touches Croix et Carré servent à enchaîner les attaques faibles et fortes, tandis que Rond sert à bloquer les attaques, ce qui est une mécanique indispensable dans Sword Art Online: Alicization Lycoris. Pour accéder aux coups spéciaux, il faut ouvrir le panneau dédié avec R1 et appuyer sur l’une des 4 touches de façade. Une mécanique de ralentissement de temps avec la touche Triangle est également disponible pour nous permettre de sélectionner nos actions et super attaques avec un peu plus de temps (assez utile dans mon cas). Il existe également des fonctionnalités de duel, qui permettent un combat en tête-à-tête plutôt que de cavaler dans l’aire de combat, ce qui est assez pratique quand c’est disponible..

L’arbre de compétences dans Sword Art Online: Alicization Lycoris ravira ceux qui aime aller au fond des choses puisqu’il est divisé en trois branches différentes qui sont l’attaque, la défense et les améliorations. Celles-ci sont ensuite également réparties entre les compétences de combat et les compétences passives, chaque personnage possédant également une compétence EX. Il existe également des compétences d’épée que vous pouvez déverrouiller dans une partie distincte de l’arbre à laquelle vous devez accéder en appuyant sur Triangle. C’est une interface peu ergonomique, et certains joueurs peuvent en fait manquer complètement cette interface si ils ne prêtent pas suffisamment attention en raison de la surabondance de tutoriels de la première partie.

Bien que le système de combat lui-même soit assez solide, le jeu a également parfois du mal avec sa caméra. Vous pouvez vous verrouiller sur les ennemis en appuyant sur R3, ce qui peut vous aider à mieux viser mais cela ne signifie pas que la caméra se positionnera dans le bon sens pour autant. En conséquence, beaucoup de combats deviennent une foire d’empoigne où vous frappez au petit bonheur la chance, surtout lorsque vous combattez plusieurs ennemis.

Enfin, Sword Art Online: Alicization Lycoris introduit la fonctionnalité du jeu en ligne pendant le jeu, où vous pouvez réellement jouer avec d’autres personnes de la vraie vie, ce qui finalement rejoint la logique des épisodes précédents, mais mieux amenée. Bien que ambitieux dans certains domaines – notamment son monde ouvert et ses graphismes – le rythme de la première partie et les soucis techniques font de Sword Art Online: Alicization Lycoris l’épisode le plus laborieux à parcourir, bien que fondamentalement intéressant.

Sword Art Online: Alicization Lycoris : Conclusion

M’enfin, réglez-moi ça et on en reparle

Sword Art Online: Alicization Lycoris est un jeu frustrant. Intéressant et même prenant une fois la première partie qui souffre d’un gros problème de rythme passée, mais plombé par ses soucis techniques qui nous donnent souvent envie de couper la console. Des temps de chargement trop fréquents et trop longs, un framerate à la rue ternissent gravement un jeu pourtant bien adapté et intéressant à explorer.

Montrer le reste de l'article

A propos de l'auteur Voir les articles

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Précédent DQ XI S Les Combattants de la destinée Édition ultime arrive sur PS4 et XBox One
Suivant Unboxing – Clavier Razer Huntsman Mini

Commentaires

Laisser un commentaire

Close

ARTICLE SUIVANT

Close

Dark Souls III : les configurations PC et un trailer épique

23/03/2016
Close