Test : Strike Suit Zero: Director’s Cut – L’espace pour terrain de jeu

Piloter ou mourir !

Les jeux de combat spatiaux sont plutôt une denrée rare de nos jours. Il est probable que cette raréfaction est due à un effet de mode qui aurait eu tendance à passer et les joueurs les plus anciens ont bien du mal à retrouver leurs sensations d’antan dans le cosmos. Est-ce que Strike Suit Zero: Director’s Cut est capable de combler ce vide intersidéral ? Réponse dans quelques combats épiques !

Vous avez le temps d’aller boire un café avant de vous envoler.

Mise à feu claire et précise. 

Le test que vous allez lire est une version Switch du jeu sorti sur les autres consoles actuelles… En 2014 ! Une fois qu’on a posé ce jalon de temps, on peut vous dire que ressortir un jeu cinq ans plus tard, le rendu vers la joueurs n’est pas forcément des plus pertinents. Malgré tout l’intérêt est ailleurs…

Il faut bien s’assurer que les réflexes d’Adam sont toujours là.

Une meilleure version de ce voyage ?

Depuis sa première sortie spatiale en 2013, du chemin a été parcouru. Cette version augmentée nous promet donc de meilleurs graphismes, une refonte des vaisseaux, une refonte de la campagne de base ainsi qu’une nouvelle épopée, une refonte graphique générale du jeu. Mais du coup, qu’est-ce que donne ce jeu manette en main ou écran tactile en main ? Pour résumer ça simplement, les contrôles au Joy-Con sont horribles (autour de l’écran de la Switch ou non d’ailleurs) et la Manette Pro nous permet de jouer dans de bonnes conditions. Utiliser ce périphérique est quasiment obligatoire pour profiter de Strike Suit Zero: Director’s Cut, rien de moins.

Les sauts dans l’espace permettent de se rendre d’un point à l’autre.

Piloter avec doigté est essentiel !

Après plusieurs heures de jeu, c’est le principal défaut de Strike Suit Zero: Director’s Cut. La maniabilité de votre vaisseau est lourde et parfois crispante. Même si vous finirez par vous y habituer, il est certain que vous recommencerez vos premiers combats. La sensibilité des sticks est parfois alarmante et vous aurez plus l’impression de manoeuvrer un 30 tonnes qu’autre chose. Si vous ajoutez à ça un système de ciblage erratique et des IA au comportement étonnant il y a de quoi devenir un peu fou sur les bords. Mais on vous conseille tout de même de passer outre ces désagréments pour profiter du véritable potentiel du jeu.

La vue cockpit est plutôt lisible.

Une histoire pavée de clichés mais aussi de bonnes intentions !

Même si les graphismes ne sont pas totalement à jour malgré les efforts réels de refonte graphique, les ambiances visuelle et sonore sont magnifiques. A eux seuls, ces aspects du titre vont vous plaire si vous aimez vous perdre dans l’immensité du cosmos ; vous allez être comblés. Et même si les informations données à l’écran sous forme de texte vont parfois vous sortir du jeu, chaque virée vous en mettra plein les mirettes.

Les dialogues sont clichés au possible.

Les mécaniques sont simples à comprendre Adam ! 

En dehors de briefings succincts et de dialogues tout aussi brefs que peu intéressants, votre progression consistera à éliminer vos ennemis et à virer les triangles rouges qui les symboliseront de loin. Vos armes, votre bouclier et votre blindage vous permettront de mener votre mission à bien. On pourrait légitimement se dire que Strike Suit Zero: Director’s Cut est un peu vide de sens avec cette courte description, mais c’est oublier tout ce qui l’accompagne. Cette ambivalence de sentiments entre les qualités et les défauts du soft vous vous poursuivre tout au long de votre expérience de jeu et il est très difficile de s’en défaire.  

Les vaisseaux ont tous des caractéristiques différentes.

Fin du voyage (Conclusion) 

Les jeux de Space Opera sont rares de nos jours et Strike Suit Zero: Director’s Cut représente clairement un genre sous-exploité. Malgré ses défauts, il fait le café et nous procure des sensations qu’on pensait avoir oubliées. La musique et les environnements sont suffisamment prenants pour que l’on reste aux commandes de notre vaisseau pour aller au bout des deux campagnes proposées. Les développeurs de Born Ready Games nous donneraient envie de voir deux choses : une suite à ce jeu et un nouvel épisode de Zone of the Enders ? Ce sont des voeux pieux, mais on peut toujours rêver non ? L’espace est un endroit assez grand pour cela.

Un nouvel ennemi trépasse.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Strike Suit Zero: Director’s Cut

  • Développeurs Born Ready Games
  • Type Action
  • Support Switch
  • Sortie 2 Mai 2019
Strike Suit Zero: Director’s Cut à notre sauce
7/10
Strike Suit Zero: Director’s Cut à notre sauce
Y'a bon
  • Du Space Opera sur console, c'est chouette.
  • La musique planante
  • L'ambiance globale fonctionne bien
Beuuuuwark
  • Les contrôles du vaisseau vont vous demander un bon temps d'adaptation
  • L'histoire sans grand intérêt
  • On sent le poids des années depuis 2014
  • TECHNIQUE
    5/10
  • ERGONOMIE
    5/10
  • ESTHÉTIQUE
    7/10
  • AUDIO
    9/10
  • CONTENU
    7/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Autres articles jeux vidéo