Test : Star Wars Jedi Fallen Order – Pas de Greez mine

Un jeu à faire Han Solo ?

AH BEN QUAND MÊME ! Désolé, réaction impulsive face à une évidence : un jeu narratif, non-connecté, misant sur les combats au sabre laser, l’exploration et les personnages dans l’univers Star Wars chez EA, n’était-il pas temps ? La licence méritait-elle d’être une pure vache à lait pour fans fortunés adeptes de FPS multijoueurs ? Et bien “non” répond Respawn, voilà Jedi Fallen Order.

Star Wars Jedi Fallen Order résumé en une image

Cal porte le récit

Cal et BD-1 ont la lourde tâche de rattraper le bad buzz de Battlefront II

Bon, on va tout de suite démystifier la chose : N’y voyez pas une tentative gratuite de faire plaisir aux fans de Star Wars ou un Mea Culpa de la part de l’éditeur envers les joueurs : Jedi Fallen Order sonne davantage comme une tentative de se faire mieux voir auprès de Disney (qui possède la licence) après l’affaire Star Wars Battlefront 2 et son système économique honteux, duquel est issu le plus gros bad buzz de la génération. Jedi Fallen Order est un peu le Dragon Age Inquisition de l’éditeur après le fiasco de Dragon Age II, si vous voyez ce que je veux dire.

D’un autre côté on a Respawn Entertainment qui n’a pas réellement écrasé les ventes avec Titan Fall 2 (pourtant apprécié des joueurs mais sorti en face de mastodontes du genre) mais qui a réussi un coup honorable avec Apex Legend en terme de qualité, sans non plus réussir un coup de maître. EA soucieux de ne pas se faire trop taper sur les doigts par Disney et Respawn motivé par enfin obtenir un succès qui leur a été boudé jusqu’ici ont donc misé sur la licence Star Wars (dont on prédisait la mort depuis l’annulation de Star Wars 1313 et l’affaire Battlefront II) pour sortir un jeu s’inscrivant dans le canon de la licence, situé 5 ans après la fin de Star Wars III La Revanche des Sith, qui se clôturait par l’anéantissement des Jedi par l’Empereur Palpatine et son fameux Ordre 66.

On retrouve Cal Kestis, Jedi caché sur la planète Bracca et gagnant sa vie comme ferrailleur en désossant des épaves de vaisseaux. L’arrivée d’une Inquisitrice sur Bracca le forcera à fuir dans une séquence digne d’un Uncharted avant d’être récupéré par Cere et Greez, des partisans de la Force ayant besoin de ses capacités pour rétablir l’Ordre Jedi

Avec une Inquisitrice sur le dos, la tâche ne pas va être aisée

Concrètement, la première chose qui m’est venue à l’esprit en apprenant la quête en début de jeu a été de me dire “bha ça sert pas à grand chose” vu qu’on sait ce qui se déroule dans Star Wars IV Un Nouvel Espoir et qu’à priori, les actions de Cal, Greez, Cere et leurs acolytes (oui, je ne spoilerai pas, d’autant que le dernier membre de l’équipe est original) n’auront pas d’incidence. Respawn a bien travaillé à ce niveau en écrivant une histoire qui se tient sans perturber la cohérence de l’univers canonique des films, même si pour le coup, une fois arrivé au générique de fin on attend une suite qui viendrait confirmer tout ça.

5 planètes à visiter, et une destination surprise

N’oublions d’ailleurs pas que depuis le rachat par Disney, tout l’univers étendu fait maintenant partie des “Légendes Star Wars” et non plus du canon narratif de la série. Un déchirement pour les fans les plus assidus, une bénédiction pour ceux qui veulent entrer dans l’histoire avec “seulement” les 9 films en tête. Le jeu introduira quand même des éléments issus des autres récits, comme les Inquisitrices (bon… deux seulement) et les Soeurs de la Nuit, seulement évoquées dans Battlefront II, mais plus détaillées dans la série The Clone Wars.

J’ai cité Uncharted au-dessus en tant que référence, mais pour ma part, Jedi Fallen Order s’inspire davantage des derniers épisodes de Tomb Raider que de la licence de Naughty Dog (mais oui, le reboot de Tomb Raider s’étant “Unchartedisé”, tandis qu’Uncharted était inspiré des aventures de Lara Croft, ça se tient. Vous me suivez ou vous vous êtes perdu dans cette boucle infinie ?), Respawn ayant livré ici un jeu d’action et d’exploration mâtiné d’énigmes et de combats de boss le tout saupoudré de Dark Souls et de Metroidvania.

On va pas vous le cacher : Star Wars Jedi Fallen Order est le meilleur jeu Star Wars depuis bien trop longtemps.

La direction artistique est magnifique

Oui, le mélange des genres fonctionne, et c’est d’ailleurs le principal reproche que je ferais au jeu : pourquoi avoir attendu 2019 pour le sortir ? En 2015, il aurait raflé des Awards sans peine, tandis qu’en 2019, il a un goût de “déjà joué” un poil décevant. Mais comprenez-moi bien : il s’agit probablement du meilleur jeu Star Wars depuis… pfiuuuu… Jedi Knight ? Je ne citerai pas KOTOR, étant donné que Fallen Order n’a pas les mêmes prétentions en terme de RPG (on a juste un arbre de compétences qui se débloque au fil de notre avancée, avec des points à dépenser dedans pour gagner de nouveaux mouvements ou les améliorer tandis que les modifications d’équipements sont exclusivement cosmétiques).

Donc ne boudons pas notre plaisir et parcourons les quelques planètes disponibles pour suivre les traces d’un ancien Jedi qui a étudié toute sa vie l’ancienne civilisation Zeffo en compagnie du petit robot BD-1, qui vous servira à afficher la carte des lieux, mais qui pourra également vous soigner ou pirater des éléments et des ennemis, voire utiliser des tyroliennes.

Vous vous imaginez bien entendu que tout cela ne viendra pas d’entrée de jeu, mais qu’il vous faudra trouver des établis dans les différents environnements pour doter votre petit droïde de toutes ses magnifiques compétences. Ces dernières débloquent alors de nouvelles possibilités d’exploration, donnant aux planètes un petit aspect Metroïdvania bienvenu, d’autant que les différentes parties des planètes sont assez variées, alliant bases souterraines, temples anciens, villes enneigées, chemins dans la canopée ou passages escarpés à travers les montagnes. Le jeu en profite aussi pour nous récompenser visuellement avec de magnifiques panoramas, que cela soit sur l’inquiétante Dathomir ou la verdoyante Kashyyyk.

Tu sors d’Hyper-Espace, et tu vois ça.

De son côté, Cal, en bon padawan traumatisé par les conséquences de l’Ordre 66, aura refoulé presque tout son apprentissage Jedi, qu’il retrouvera progressivement au cours de l’aventure. Si certaines de ses compétences sont disponibles via un arbre dédié (se protéger des lasers en courant par exemple), d’autres sont liées aux scénario, comme la possibilité de courir sur les murs, d’attirer des objets ou d’effectuer un double-saut. Cela conditionne bien évidemment l’exploration, puisque des zones entières ou des raccourcis seront inaccessibles sans ces capacités.

Il faudra dépenser vos points de compétences pour débloquer tous les pouvoirs de Cal

Au niveau de l’exploration justement, de très nombreux raccourcis se débloquent au fil de votre avancée dans un niveau, rendant le retour sur une planète bien plus agréable et rapide que lors de la première visite. Vos talents Jedis sont d’ailleurs souvent mis à contribution pour détruire des murs, attirer des lianes ou déplacer des objets afin de résoudre les petits puzzles qui parsèment la progression. Les points de sauvegardes disséminés un peu partout vous permettent de distribuer vos points de capacités obtenus pendant les combats, mais aussi de vous reposer. Cette dernière action régénère intégralement vos points de vie, les stim de soin de BD-1, mais fait également revenir tous les ennemis vaincus, à la manière d’un feu de camp dans Dark Souls, à la différence près que cela est un choix que vous faites dans Star Wars Jedi Fallen Order.

Fouiller les niveaux est toujours une bonne idée puisque beaucoup de petits secrets y sont dissimulés, allant des échos à écouter racontant un fragment de la vie d’un habitant de la planète à des coffres cachés augmentant le nombre maximal de soins ou à des boss annexes et des mercenaires à trucider. L’intégralité des coffres du jeu – à l’exception des jaunes – contiennent des éléments de personnalisation cosmétiques vous permettant de modifier votre sabre laser, le poncho de Cal, la couleur de BD-1 ou du vaisseau Mantis. Aucune modification statistique n’y est liée, car au final, si les talents de Cal s’améliorent au fil du jeu, il combattra toujours au sabre laser et avec la Force. A vous de jongler avec vos pouvoirs pour par exemple: ralentir un faisceau laser ; attirer un Storm Trooper à vous avant de l’envoyer sur son propre tir de blaster ; ralentir les pales d’une énorme hélice pour traverser une ventilation avant d’y attirer un ennemi ; ou simplement les pousser dans le vide, avant de pirater les droïdes pour en faire vos alliés.

Les possibilités sont vraiment diverses, et vous pourrez même débloquer assez tôt – si vous osez poser les pieds rapidement sur la terrible Dathomir – la double lame laser de Darth Maul pour gérer plus facilement les groupes d’ennemis et passer d’une forme à l’autre en plein combat. Virevoletant mais pas trop, le gameplay des combats rappelle également la série de From Software, avec les roulades et la garde, voire les contres et la nécessité de briser la garde ennemie avant d’asséner des dégâts. Les combats de boss sont en ce sens très tendus, puisque le plus souvent, vous affronterez des ennemis dotés de la Force qui sauront vous contrer.

La mise en scène est bien réalisée, et le doublage français est très convaincant. L’histoire se suit vraiment avec plaisir tandis que l’on explore les différentes planètes et qu’on lève le voile sur le passé de nos compagnons. Un léger côté Mass Effect intéressant, puisqu’on passera pas mal de temps à aider la résistance et à rallier des compagnons avant de lancer l’assaut final. Techniquement, on se passe du problématique moteur Frostbyte pour l’Unreal Engine 4, ce qui est – il faut l’avouer – un peu moins clinquant que le moteur de Dice, mais permet de très grands environnements et de beaux effets d’ambiances et de lumière. En contrepartie, sur cette version PS4, on a droit à du retard dans l’affichage de certaines textures, voire à l’impression qu’elles ne se chargent pas totalement en HD par moment. Rien de grave, étant donné qu’artistiquement, le travail est assez dingue et si l’on excepte la qualité des visages en-dehors des personnages principaux. La palme revient aux Wookies, les plus moches vus juqu’ici, alors que les décors sont eux magnifiques et profitent d’un grand soin.

Conclusion

On va pas vous le cacher : Star Wars Jedi Fallen Order est le meilleur jeu Star Wars depuis bien (trop) longtemps. Une histoire simple mais intéressante, des personnages attachants, une intrigue qui s’intègre dans le canon, un gameplay efficace, aucune transaction ou lootbox (ok, ça c’était du troll), une direction artistique magnifique et des environnements aussi beaux que bien construits. On ne voit pas trop de raison de ne pas vous le conseiller,à moins que vous ne soyez allergiques aux jeux solos. Et le pire, c’est qu’on serait pas contre un petit DLC avec une nouvelle planète, c’est fou non ?

Temps de lecture : environ 4 minutes

Star Wars Jedi Fallen Order

  • Développeurs Respawn Entertainment
  • Type Action / Aventure
  • Support PS4, PC, Xbox One
  • Sortie 15 Novembre 2019
Star Wars Jedi Fallen Order à notre sauce
9/10
Star Wars Jedi Fallen Order à notre sauce
Y'a bon
  • Une vraie histoire de Star Wars en solo
  • L'exploration agréable et gratifiante
  • 5 planètes aux environnements variés
  • La montée en puissance via les capacités
  • Le doublage en français et l'écriture globale
  • Des éléments issus des récits Star Wars mais qui restent dans le canon
  • Des puzzles sympas
  • Les combats au sabre et à la Force, ça faisait longtemps !
  • La direction artistique claque !
Beuuuuwark
  • Un framerate qui tousse un peu
  • Des textures qui bavent parfois sur PS4 standard
  • Un final un peu "bon et après ?"
  • La caméra est parfois un peu capricieuse
Commentaires Facebook
Catégories
TestsTests jeux
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo

Dans le même genre