Test Shadow of the Tomb Raider PS4

Test: Shadow of the Tomb Raider

Le retour tant attendu de l'aventurière prodige !

Le 14 septembre sortira le tant attendu nouvel opus des aventures de la pionnière des héroïnes du jeu vidéo, celle qui depuis 1996 fascine par toutes ses aptitudes, sa persévérance et sa jugeote. Dans sa nouvelle chasse aux tombeaux, Lara Croft nous emmène en Amérique du Sud avec son meilleur ami Jonah, pour découvrir les mystères des temples et cités entre autres mayas et incas.

LES MERVEILLEUSES CITÉS D’OR

Deux jours avant ce malheureux crash aérien qui ouvre le bal, Lara Croft et Jonah se trouvaient au Mexique et cherchaient des reliques liées aux divinités mayas Ix Chel et Chac Chel. Ils ne sont évidemment pas les seuls sur ces traces, car le groupe des Trinitaires voudrait également s’en emparer pour satisfaire les mauvaises intentions du Dr. Dominguéz – apparemment connu de la famille Croft. Comme à son habitude, Lara doit être plus rapide et plus maline que ses adversaires et parvient à mettre la main sur la dague de Chac Chel la première. Mais elle déclenche sans le savoir les prémices de ce qui pourrait s’apparenter à la fin du Monde, ou du moins à la fin de cette zone géographique.

Dévastée et à cours de temps, il faut à présent retrouver la boîte d’argent d’Ix Chel avant les Trinitaires pour éviter que Dominguéz n’accomplisse un mystérieux rituel qui lui permettrait de « refaire le monde »…

Nous arrivons ensuite au Pérou après un atterrissage plus que forcé, dans une jungle où la nature envahissante et la faune parfois virulente seront nos premiers obstacles. Une entrée en matière habituelle pour la saga Tomb Raider, où rien ne se passe jamais comme prévu (une pensée pour le naufrage du premier reboot et l’attaque du pick up dans Rise of the Tomb Raider).

Bienvenue au Pérou, Lara !

WOMAN VS WILD

Trois types de compétences: chercheur, voleur et guerrier, pour mieux vous défendre et crafter !

Après le prologue, le début de l’aventure se fait donc de manière classique : on vous apprend les bases de la survie dans la jungle ainsi qu’à maîtriser les nouvelles aptitudes octroyées à la belle exploratrice : elle peut à présent utiliser ses piolets de manière plus polyvalente, outre la simple escalade que l’on connaît depuis 2014, en les transformant en grappin. Elle est aussi capable de descendre en rappel pour atteindre de nouvelles surfaces, et la course suspendue sur les parois verticales fait son grand retour ! Hormis cela, rien de neuf sous le soleil, juste un bon rafraîchissement de mémoire par rapport aux opus précédents.

La grande révolution de ce volet, c’est la taille du hub : trois fois plus grand que n’importe quel autre jeu Tomb Raider. Il est donc très facile de sortir de la trame principale pour découvrir un territoire vaste et varié, partir à la chasse aux bestiaux, aux ressources (qui foisonnent !) et aux trésors. Il y a de nombreux journaux, cartes ou artefacts à récolter, des fresques à analyser, … Afin d’en apprendre plus sur les cultures qui forgent cet opus, mais également des dialectes comme le yucatèque ou le quechua grâce auxquels vous découvrirez les secrets de monolithes.

Test Shadow of the Tomb Raider PS4

L’une des nouvelles aptitudes de Lara: le piolet-grappin, qui vous sauvera maintes et maintes fois d’une chute mortelle !

Mais le plus intéressant réside tout de même dans la grande diversité de cryptes et tombeaux qui ajoutent à l’aventure des heures de casse-tête supplémentaires. Et ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux que les puzzles et énigmes se répètent ! Chacun a été pensé différemment pour que le joueur allie de façon plus novatrice sa perspicacité, sa logique et sa coordination – d’autant plus que certains d’entre eux se passent à la fois sur terre et sous l’eau ! Aptitudes spéciales et équipement rare seront vos récompenses pour avoir déjoué les mystères et les pièges qui vous barreront la route.

Bien évidemment, plus vous augmenterez le niveau général de difficulté du jeu, moins vous bénéficierez d’indices. Au début de votre partie, ces différents degrés sont expliqués en tout point et varient selon plusieurs choses, comme par exemple :

  • L’instinct de survie : qui est la « vision d’aigle » version Tomb Raider. Pour la PS4, appuyer sur la touche R3 vous permettra de mettre en surbrillance ressources, animaux, ennemis, mais indiquera également les éléments qui surviendront dans la résolution de puzzles ou qui peuvent vous servir de cachette. Cette surbrillance disparaît totalement au niveau difficile.
  • Les marques d’accroche : habituellement indiquées par des marques de peinture blanche, celles-ci s’estompent au fur et à mesure que la difficulté augmente.
  • Les munitions : elles seront moins présentes si vous décidez de jouer en difficile.

Pour les joueurs aguerris et habitués des mécaniques TR, il sera facile de se passer de l’une ou l’autre indication, bien qu’il soit parfois possible de buguer plus d’une demi-heure sur une étape quelconque.

Pas toujours facile d’y voir clair, sauf quand elle décide d’allumer sa torche.

La difficulté ne fait parfois pas non plus partie des paramètres, mais bien des décors. Certains tombeaux ou cryptes sont très sombres, tout comme d’autres fonds marins qui font maintenant partie intégrante de nos déplacements, et Lara est normalement équipée d’une petite lampe-torche… Qu’elle n’allume pas automatiquement ; il n’y a d’ailleurs pas de touche assignée pour ce faire, vous aurez donc de la lumière au petit bonheur la chance. Deux solutions s’offrent à vous : soit vous prenez cette obscurité comme un défi supplémentaire, soit vous trichez et vous augmentez la luminosité dans les réglages. J’ai bien dû tricher une fois car mon seuil de morts dépassait l’entendement sur une simple portion de jeu, mais rien n’est vraiment insurmontable. Et tant que l’on parle de morts, le jeu fonctionne avec un système de sauvegarde automatique à de nombreux instants clés ! Si votre chute est fatale, vous reviendrez donc quelques mètres avant celle-ci pour reprendre votre partie directement, sans devoir refaire une route interminable.

Test Shadow of the Tomb Raider PS4
« Des ennemis pas toujours humains. »

A côté de cette partie fun qu’est l’exploration, il y a quand même une mission principale que vous devez accomplir. Et évidemment, vous ne devrez pas vous contenter d’aller d’un point A à un point B pour avancer dans votre course à l’artefact. Les Trinitaires, mais aussi des ennemis pas toujours humains, rendront la tâche moins aisée. Dans ce cas-là, la nature et ses ressources vous seront également d’une grande aide, car foncer tête baissée, arme au poing, ne sera pas toujours la solution adéquate. L’environnement propose alors plusieurs solutions : dissimulez-vous dans les hautes herbes, les murs de lianes ou de boue, en hauteur sur des murs ou dans les arbres, faites diversion, … Mais ne vous faites pas attraper ! Il sera plus facile de retrouver la discrétion en retournant vous planquer, plutôt que de tirer à tout va sur les ennemis, car même à couvert, vos chances de survie sont minces. N’oubliez pas que vous êtes en infériorité en ce qui concerne l’armement, mais surtout en nombre, et vos ennemis n’ont pas peur de foncer vers vous plutôt que de se cacher. Soyez malins !

UNE AVENTURE VIVANTE

On pourrait rédiger de grandes lignes sur les technicités du gameplay, mais dans Shadow of the Tomb Raider, il y a une chose qui est encore plus intéressante à découvrir. Si l’immersion exotique se fait d’emblée par votre atterrissage dans une aventure mouvementée, l’histoire connaît des temps de pause. Il existe plusieurs villages, dont celui de Paititi qui est la plaque tournante de cet opus, et qui a déjà été montré plusieurs fois dans des vidéos promotionnelles ; et ceux-ci sont explorables de fond en comble, pour le plus grand plaisir de votre curiosité culturelle !

Des heures et des heures de travail ont permis aux studios Eidos Montréal de modéliser des villages en tenant compte des influences de chaque zone géographique et de leur héritage, ici les Mayas et les Incas. Couleurs, bâtiments, végétation, chara design, mais aussi musique (qui a, pour la plupart de la bande son, été réalisée avec des instruments sud-américains) vous feront faire un voyage virtuel dans cette fascinante partie du globe.

Paititi, un délice visuel où aucun détail n’a été épargné

Dans ces différentes étapes, Lara peut interagir avec des locaux ; entre alors en ligne de front un paramètre audio qui, à première vue, paraissait très intéressant : le doublage d’immersion. Il s’agit d’un paramètre qui permet aux personnages de parler dans leur langue natale, c’est-à-dire qu’un Mexicain parlerait espagnol. Mais c’était sans compter sur le fait que Lara leur répondrait en français ou en anglais (selon votre préférence), et au grand dam de cette merveilleuse idée, cela casse complètement l’effet attendu. J’ai donc vite fait de désactiver cette option, qui était plus perturbante que plaisante.

Certains habitants des villages par lesquels vous passerez sont des donneurs de mission, autrement dit : voici venir les quêtes annexes ! Celles-ci sont nombreuses et peuvent parfois prendre du temps, allongeant ainsi la durée de vie du jeu (comptez une quinzaine d’heures pour la quête principale, en fouillant quelques cryptes et tombeaux proches). Au terme de celles-ci, les habitants peuvent vous offrir des ressources, mais aussi du matériel. C’est ainsi que vous obtiendrez des éléments qui seront très utiles pour la suite de vos aventures, alors le meilleur conseil que l’on pourrait vous donner, c’est de ne pas avoir peur de vous éloigner de votre objectif pour accorder du temps à vos destinateurs.

Les marchands font partie intégrante de vos fournisseurs de stuff, mais attention à votre portefeuille !

Enfin, un autre moyen d’obtenir du stuff se trouve au cœur de ces villages : il s’agit des marchés où vous pourrez acheter, mais aussi vendre. Vous y trouverez de tout : des armes, des munitions, des tenues ou du matériel de crafting. Cependant, il n’est pas possible de marchander, et ces améliorations ne sont pas bradées. Il vous faudra parfois faire vos fonds de poches pour pouvoir vous offrir, par exemple, un silencieux très pratique pour votre pistolet.

LARA, FEMME AVANT TOUT

On connaît Lara Croft depuis 1996. Dans ses aventures, elle a toujours été un modèle de courage, de persévérance et d’astuce. Dans le reboot de 2014, on redécouvrait l’héroïne sous les traits d’une jeune femme de 21 ans qui se retrouvait, par la force du destin, à forger l’aventurière que l’on connaît aujourd’hui, à quelques détails près. On ne passera d’ailleurs pas à côté du soudain changement de doubleuse pour la version française, que j’ai trouvée par moment bien moins convaincante que son prédécesseur. Une voix qui sonnait trop mature alors que les faits ne se passent qu’un an après Rise of the Tomb Raider.

Test Shadow of the Tomb Raider PS4

Le malaise bien senti de Lara après sa bourde au Mexique…

Alors âgée de 23 ans, c’est une Lara toujours aussi déterminée à mettre en lumière les secrets de la disparition de ses parents qui nous arrive par avion. Or, au fur et à mesure que l’histoire avance, on se rend bien compte que l’héritière Croft est bien plus fragile que ce qu’on ne croit. En partie responsable de ce qui est en train d’arriver, elle se considère comme la seule à pouvoir rétablir l’ordre et n’a pas droit à l’erreur, toujours à la recherche d’une lueur quand les choses deviennent sombres. On suit alors l’évolution de sa relation avec Jonah, qui l’épaule de visu et par talkie-walkie à la manière d’une figure paternelle.

On s’éloigne alors de la psychologie en béton armé de l’héroïne de Rise of the Tomb Raider pour celle d’une jeune femme pour qui les relations sont parfois plus importantes que l’objectif à atteindre. Elle n’est donc pas épargnée par le doute, et l’abandon pourrait parfois pointer le bout de son nez. Heureusement que son amour pour les mystères, son acharnement (et Jonah avec sa grosse voix) lui remettront parfois la tête en place !

L’ÉDITION « CROFT » ET SES PRIVILÈGES

PXLBBQ s’est vu offrir la possibilité de tester l’édition « Croft » PS4, qui vient avec de nombreux bonus, dont celui de pouvoir jouer 48h avant la sortie du jeu, c’est-à-dire à partir du 12 septembre.

Dans un premier temps, le fameux season pass qui donne un accès aux DLC dont le contenu comprend 7 défis tombeaux additionnels et 9 défis tombeaux principaux. Une nouvelle fort intéressante si l’on veut reprendre le jeu en « nouvelle partie + » avec ces nouveaux défis qui viendront se greffer dans les tombeaux de la quête principale. Manière assez sympa de vivre une aventure un peu différente !

On aura aussi accès à un mode coopératif qui, pour l’instant, reste très secret. Local ou en ligne, Jonah ou un autre personnage, on ne sait encore rien, mais on frétille d’impatience !

Toi et ton top vert ♥

Au niveau des contenus téléchargeables, on aura droit à trois armes ainsi qu’à plusieurs tenues qui raviveront un peu notre nostalgie. En plus de toutes les tenues de la jeune aventurière des deux reboot précédents, on aura droit à un retour tout en gros pixels de notre bonne vieille Lara et de son top vert qu’on aime tant ! ♥

Enfin, la bande son ainsi qu’un thème aux couleurs de Shadow of the Tomb Raider sont offerts, histoire de vivre l’aventure à 100%.

Conclusion

Même si l’on aura tendance à constater que Shadow of the Tomb Raider n’innove que dans sa narration et peu dans son gameplay (puisqu’on reconnaît beaucoup de mécaniques tirées du premier reboot), c’est un jeu qui se tient de bout en bout et auquel j’ai pris énormément de plaisir à jouer pour les nouvelles découvertes et la nouvelle aventure qu’il propose.

L’histoire inclut davantage le côté humain de Lara, bien plus encore que lors de ses premières aventures dans la jungle, et même s’il n’est pas toujours aisé de s’identifier à elle en raison de ses activités rocambolesques, on peut cette fois-ci éprouver énormément de compassion et faire preuve de plus d’empathie pour son personnage. On découvre également la vérité sur bon nombre des mystères qui l’entourent, histoire de ravir les éternels frustrés que nous sommes.

Des bugs minimes sont toujours à reporter malgré les premières corrections, comme des erreurs de synchro labiale, des superpositions de doublage par moment, et deux ou trois moments où le jeu freeze car « recherche de diffusion », mais ceux-ci seront très certainement rapidement patchés à la sortie.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Shadow of the Tomb Raider

  • Développeurs Eidos Montréal
  • Type Aventure, action, puzzle
  • Support PS4, PC, XBox One
  • Sortie 14 Septembre 2018
Shadow of the Tomb Raider à notre sauce...
8/10
Shadow of the Tomb Raider à notre sauce...
Y'a bon
  • Une aventure immersive grâce aux backgrounds graphiques et sonores
  • Lara à la fois combative et fragile
  • Le contenu de l'édition "Croft" qui fait vraiment baver
  • Une map énorme qui regorge de choses à découvrir
  • Une aventure mouvementée qui se tient
  • Un focus plus prononcé sur le passé Croft
Beuuuuwark
  • Le raté du doublage d'immersion
  • Des cryptes et tombeaux parfois trop sombres, et pas de loupiote automatique
  • Où sont passées les QTE?!
  • Un bestiaire offensif un peu restreint pour une jungle immense
  • Technique
    8/10
  • Esthétique
    9/10
  • Ergonomie
    7/10
  • Audio
    8/10
  • Contenu
    8/10
Commentaires Facebook
Catégories
Tests jeux
Queen Potato

Prof de français excentrique le jour, gameuse la nuit, Queen Potato soumet les jeux vidéo à sa botte pendant des live streams endiablés. Sauf les survival horror. Ceux-là sont encore des espèces qui lui donnent du fil à retordre.
    Autres articles jeux vidéo

    Dans le même genre