Après un reboot de Tomb Raider magistral il y a déjà de ça 2 ans, Rise of the Tomb Raider et ses créateurs chez Crystal Dynamics avaient fort à faire pour ne pas souffrir de la comparaison et tomber dans le trou de la simple, trop simple suite.

Rise of the Tomb Raider nous emmène à travers le monde en compagnie de l’aventureuse Lara à la recherche du secret de l’immortalité, une expédition archéologique que son père avait commencée il y a bien longtemps. On voyagera de Sibérie en Syrie, passant de la neige la plus glaciale au soleil le plus rude. Si après ça elle ne chope pas un gros rhume, faut qu’elle me refile son secret.

rottr-valley-png

Exploration, action, tranche de mouflon

Tout ceci serait limite trop simple, si l’on omet les dangers de l’escalade et les pièges bien dissimulés, si un groupuscule mystérieux n’essayait pas d’empêcher miss Croft d’arriver à ses fins. Dans cet épisode c’est l’ordre de la Trinité dirigé par Konstantin qui est à sa poursuite.

Pitch classique pour un Tomb Raider, je vous l’accorde, mais est-ce vraiment cela que l’on vient chercher ici? N’attendons nous pas juste de bons puzzles/énigmes, de la plates-formes et quelques combats? Oui clairement oui. Ceci dit, la mise en scène et le story telling de cet opus ne sont pourtant pas à jeter. Les flashbacks, le côté centré sur la famille et ses origines sont vraiment intéressants et habillement amenés.

rottr-tomb-png

Tout ceci est bien appuyé par une réalisation de toute beauté, les animations, la gestions des lumières, les effets spéciaux et les décors tantôt gigantesque tantôt intimistes rendent le voyage encore plus passionnant et dépaysant. Lara subit aussi les affres de ses pérégrinations, elle se blesse et se salit de façon visible, c’est peut-être idiot pour vous, mais pour moi rien de tel pour l’immersion dans un jeu d’aventure de cette envergure.

Rise of the Tomb Raider, si il ne laisse pas tomber l’aspect survie, met aujourd’hui en avant ce qui selon moi manquait tout de même dans Tomb Raider, l’exploration. Des trésors à collecter, des inscriptions et des langues à déchiffrer, des bonus cachés, sont ici légion sans tomber dans l’excès débile d’un Assassin’s Creed. Toutes ces phases d’escalades et plates-formes (même si on a déjà connu plus fourni dans la série) permettent une certaine respiration entre les scènes d’actions qui peuvent être très intenses.

Cet aspect initié par le reboot n’a bien entendu pas disparu, on s’amuse à jouer à cache-cache avec l’ennemi, on se prend d’une envie de “Chasse et pêche”. On récolte des objets et autres éléments pour améliorer son arsenal et tout ceci toujours via ce feu de camp salvateur. Ce n’est pas forcément de ce côté là qu’il faudra chercher l’originalité, mais à quoi bon demander toujours plus de changements quand le résultat fonctionne admirablement bien?

A côté de tout cela, Rise of The Tomb Raider nous propose aussi quelques missions et objectifs secondaires nous permettant d’évoluer plus rapidement et de trouver davantage de bonus. 

rise-of-the-tomb-raider-gameplay-png1

Plus de multi? Vive le multi

Une chose qu’il faut aussi savoir avec cet épisode est qu’il n’y a plus ici à proprement parler de multi compétitif. On se retrouve ici avec le mode « Expéditions » découpé lui même en quatre sous sections qui nous permettront de refaire certains chapitres du titre avec différents buts à atteindre, mais aussi du scoring et finalement de créer vos propres défis en 5 parties.

Vous pourrez sélectionner les objectifs, si cela doit se passer de jour ou de nuit, et l’équipement. Une fois que vous arrivez au bout de ces missions, vous pourrez proposer à vos amis d’essayer de surpasser votre résultat. On y gagne des cartes à collectionner (une grande mode) vous permettant par la suite d’augmenter la difficulté, d’apporter de nouveaux challenges, etc. Plus vous y jouez, plus vous gagnerez de quoi en faire toujours plus au niveau créatif.

rise-of-the-tomb-raider-score-attack-png1

Conclusion.

Sur un plan objectif, Rise of the Tomb Raider n’est pas un renouveau du renouveau, mais tout comme cette première phrase ce serait idiot et sans grand sens. Tout ce qui était bon dans le premier est encore là et l’exploration est ici un peu plus poussée de quoi mieux équilibrer la recette. Une suite qui vaut le coup d’être jouée si l’on s’attend à retrouver le même plaisir qu’avec l’épisode de 2013.

Rise of the Tomb Raider

  • Développeurs Crystal Dynamics
  • Type Uncharted Like
  • Support  XBox360, XboxOne, Pc
  • Sortie 13 novembre 2015

Y’a bon!

  • Plus d’exploration, plus d’aventure, plus de contenu
  • Une réalisation dépaysante, somptueuse et riche
  • Un vrai bon niveau d’immersion

Beuargh!

  • Une suite sage, sans grande prise de risque, mais ultra solide
  • Les combats (parce que j’adore l’exploration)
Show Full Content

About Author View Posts

Petit Ange Parti Trop Tôt

Parfois, un Pixel s'éteint et vogue vers d'autres horizons. Mais ce n'est pas parce qu'il ne fait plus partie de notre grand barbecue que ce qu'il a écrit disparaît !

Previous Tales of Zestiria | Test
Next Voici la liste des 104 premiers jeux Xbox 360 compatibles Xbox One
Close

NEXT STORY

Close

WORLD END ECONOMiCA -complete- arrive sur Switch

16/04/2021
Close