Test : Razer Raiju Tournament Edition

Une manette e-Sport sans fil

Il y a peu, le constructeur Razer a sorti deux nouveaux modèles de manette haut de gamme à destination de la Playstation 4 : La Razer Raiju Ultimate et la Razer Raiju Tournament. C’est sur cette dernière que portera notre avis dans cet article, tout en faisant un parallèle avec les spécificités de la première.

Le contenu de la boîte

Maintenant que nous avons eu une période probante de test, il est temps de dresser le portrait de cette Razer Raiju Tournament Edition commercialisée tout de même à 149.99€ (contre 199.99€ pour la version Ultimate).

En terme de packaging, la version Tournament fait dans le sobre : une boîte moulée, une notice et un câble détachable d’une longueur de 2 mètres (contre 3 mètres pour la version Ultimate, cette dernière embarquant également une housse de transport rigide). Si la longueur de 2 mètres peut paraître vraiment limite (il est conseillé de se trouver à une distance minimale de 3 mètres face à un écran de 32”), c’est que ce câble ne servira qu’à recharger la batterie de la manette, enfin sans fil.

Connexion sans fil

Le revêtement antidérapant est de qualité et la fabrication est solide

Une première utilisation requiert une charge complète d’environ 4 heures en USB sur la console, pour environ 17h d’autonomie, contre une petite dizaine pour la version Ultimate. Cette dernière possède d’ailleurs une bande lumineuse autour du Touchpad, ce qui a apparemment un impact sur son autonomie. Livrée sans aucun dongle (un excellent point, cela laisse un port USB de la console entièrement libre), la manette se connecte au Bluetooth de la console de façon simple et rapide, si l’on prend la peine de jeter un œil au manuel en anglais, le seul illustré.

En effet, ne faites pas la même erreur que moi en vous fiant uniquement à la notice en français, vous n’obtiendriez qu’un refus de connexion de la part de la console, alors même qu’elle détecte le périphérique. Il s’agit non pas d’allumer la manette et d’attendre sa détection, mais bien de presser simultanément la touche PS et Share pour que l’appairage fonctionne en quelques secondes. Ça a l’air idiot, mais la méthode de connexion à distance étant différente en mode PC, mais reconnue tout de même par la console, cela prête à confusion (et je me suis bien arraché les cheveux bêtement là-dessus). Une fois la manette connectée, celle-ci est reconnue sans soucis comme manette sans-fil par la console et ne nécessite pas de nouvel appairage. Il est noter aussi que la manette pèse un certain poids – 322gr – plus important que la manette officielle, néanmoins, elle reste parfaitement équilibrée et son poids n’est en aucune façon cause de fatigue ou de gène. On a par contre l’impression de tenir un bel objet très solide en main, ce qui rassure sur sa qualité de fabrication.

Sabot moulé

Prenez soin de votre câble

Intéressons-nous un instant au câble qui ne servira vraisemblablement qu’à recharger la manette. Celui-ci est un câble Micro-USB standard (pas d’USB-C comme sur la Nacon V2 par exemple), mais le sabot de celui-ci est moulé de telle façon qu’il est impossible d’insérer dans la manette un autre câble de recharge. Prenez donc bien soin du câble fourni, car à moins de limer l’intérieur de l’insert du câble sur la manette, il vous sera impossible de la recharger. J’avoue avoir pesté contre ce moulage dédié, me rappelant qu’il est devenu courant pour les constructeurs de fournir des connecteurs ou des câbles propriétaires avec leurs périphériques (comme le dernier casque de SteelSeries par exemple), mais après réflexion, je comprends un peu mieux ce choix : en effet, ce modèle – comme son nom l’indique – est d’avantage tourné vers la scène compétitive ou les joueurs passionnés de FPS (nous y reviendront), et cette forme particulière du sabot permet au connecteur de rester bien en place et de ne pas s’abîmer ou se détacher à la moindre torsion.

Le bouton d’appairage ne servira pas sur PS4, et la prise 3.5mm ne fonctionne qu’en mode filaire.

Une fois clipsé, il ne bouge pas et n’impose pas de fatigue au connecteur usb. Un choix de la raison donc, même si cela implique de réserver le câble exclusivement à la manette (par contre, il peut servir à charger d’autres périphériques.). Niveau connectique, la manette dispose aussi d’un bouton d’appairage en-dessous de la touche “PS” destinée à la connexion à l’application Android ou iOS ou au PC. Un petit Switch en-dessous de la manette permet de passer rapidement de la connexion Bluetooth PS4 au mode filaire ou au mode Bluetooth PC. Pour finir, un port 3.5mm pour la sortie audio est présent à la même place que les manette officielle, avec toutefois le défaut d’être inopérant en mode sans-fil. Si cela est clairement noté sur la fiche de la manette, mieux vaut être informé de cela, un casque audio et un micro ne pouvant être utilisés en mode Bluetooth. Ici encore, il y aurait de quoi se plaindre si la manette était dédiée à tout le monde, mais force est de constater que ce port casque tout comme la fonction sans fil sont des concessions pour le grand public : tout joueur d’e-Sport jouera en mode filaire et à une distance proche de la machine.

Design performant

Comme toujours avec le design XBox, la touche Share est peu accessible

Cela ne vous aura pas échappé, la Razer Raiju Tournament Edition dispose d’une ergonomie calquée sur les pad Microsoft, avec des sticks asymétriques, au contraire des Dualshock traditionnelles, et du modèle Raiju Ultimate. La supériorité ergonomique des manettes Xbox n’étant plus à prouver, il s’agit ici encore d’un choix compréhensible et assumé de constructeur qui reste à saluer. Cela a par contre un impact certain sur l’utilisation plus casual du matériel puisqu’à l’image des autres manettes de  ce type, l’accès à la touche de partage “Share” est plus compliqué à cause de la présence du stick gauche, tout comme l’utilisation du D-Pad à 4 directions situé juste à côté de la touche “PS”, offrant de superbes retours à l’interface de la console en cas de dérapage (les amateurs de quarts de cercle comprendront). D’autant que ce D-Pad est réellement à 4 directions très réactif, utile pour les jeux de plateformes ou pour la sélection d’armes ou d’objet par exemple, mais se révèle bien moins probant quand il s’agit de faire des rotations. A ce niveau, notons la réactivité exemplaire du stick gauche d’excellente qualité qui remplira sans mal cette fonction pour les amateurs de jeux de combats.

Des interrupteurs mécaniques indépendants permettent de limiter la course des gâchettes

Les deux gâchettes L2 et R2 sont également très ergonomiques et un interrupteur permet de limiter leur course à environ 1 tiers, idéal pour les jeux de tir nécessitant de la réactivité, tout en préservant le contrôle pour les accélérations et le freinage sur les jeux de course. Cerise sur le gâteau, cela est géré de façon mécanique pour chaque gâchette.

4 touches supplémentaires et paramétrables sont également disponibles sur la manette, donc deux en-dessous de la manette, de grande surface très facilement accessibles, et deux situés entre les boutons L1 et R1, comme deux excroissances étonnamment bien placées et accessibles une fois que l’on y est habitué. L’accessibilité est aussi de mise concernant le paramétrage de ces 4 boutons, puisqu’une application mobile dédiée (commune aux éditions Tournament et Ultimate) permet à la manette de connecter en Bluetooth et de remapper les touches en quelques instants, ainsi que de gérer l’intensité des vibrations, de manière indépendante.

Configurez les 4 touches supplémentaires à la volée, ainsi que les vibrations directement sur une apli

Si un seul profil ne peut être stocké dans la manette pour la version Tournament (mais d’autres peuvent être stockés dans le Cloud de Razer), plusieurs profils peuvent être enregistrés dans la version Ultimate. En paramétrant correctement les touches, on obtient une manette très performante dans les FPS, nous laissant poser les doigts sur les sticks sans avoir besoin de les soulever pour d’autres manipulations, gagnant en réactivité.

Les 4 touches Playstation sont plus petites et plus rapprochées, permettant de les atteindre bien plus rapidement juste en appuyant sur une partie du pouce, sans avoir besoin de modifier son emplacement. Avec un retour mécanique et une course ici encore plus courte que sur les manettes officielles, on ressent physiquement le moment où la touche s’enclenche, à la manière d’une souris tout en gagnant en réactivité, même si cela demande une petite adaptation.

Conclusion

Au final, on se retrouve avec un produit de qualité Razer, extrêmement bien fini et bien pensé. On notera toutefois que ce modèle n’est pas réellement pensé pour les joueurs « de salon », mais davantage pour les joueurs pros, qui y trouveront du matériel précis et solide doté d’une excellente ergonomie.

Temps de lecture : environ 4 minutes

Razer Raiju Tournament Edition

  • Fabriquant Razer
  • Type Manette e-Sport
  • Support PS4/PC
  • Prix 149,99€
Commentaires Facebook
Catégories
Tests matériel
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.
Autres articles jeux vidéo