Il paraît que le confinement a été très bénéfique pour le jeu vidéo et pour le streaming. Comme quoi, il y a du bon en tout, comme on dit. Le fabricant Razer a sorti quelques produits pendant cette période – dont certains testés chez nous – et ici il a sorti un produit intéressant avec la webcam Razer Kiyo Pro.

Le troisième oeil

On va évacuer certaines choses : la Razer Kiyo Pro coûte un certain prix (voire un prix certain !) et est très imposante. Mais j’ai envie de dire que “pour une fois” le prix du produit Razer semble plus justifié qu’à l’accoutumée. 

Bon,OK c’est un monstre.

Pour 210€, on a ici une webcam 1080p/60fps, du HDR (à 30fps), un microphone omnidirectionnel, un champ de vision réglable à 80°, 90° ou 103° et diverses options de montage sur écran ou trépied. Le FOV (l’angle de vue) de 103° est intéressant si plusieurs personnes se trouvent dans le champ de vision en cas de réunion ou si vous souhaitez montrer votre setup. On est donc bien sur un produit solide et haut de gamme doté d’un objectif grand angle et d’un capteur de lumière adaptatif. Au niveau rendu, elle offre donc un 1080p non-compressé à 60 images par seconde. Avec un câble en USB 3.0, elle peut transmettre un signal à 5Go par seconde. Certains diront qu’elle ne fait pas 4K pour son prix, mais est-ce si utile comparativement au capteur de lumière ?

Cette version Pro est également équipée de la technologie STARVIS, que Razer défini en ces termes : “STARVIS est une technologie de pixel rétroéclairé, utilisée dans les capteurs CMOS des caméras de surveillance, pour créer des images de haute qualité à partir de la plage de lumière visible et proche infrarouge. En incorporant cette technologie dans la Kiyo Pro, les appels vidéo auront une image toujours claire et lumineuse”. En gros, cette webcam est excellente dans des conditions de faible luminosité, ce qui est un atout assez appréciable.

Visuellement, la Kiyo Pro ne ressemble plus à une webcam. Loin d’être discrète, la webcam est lourde et encombrante, mais qui parvient à se fixer aisément même au-dessus des moniteurs plats. En-dessous, on constate qu’un système est bien présent pour la fixer sur un pied standard en plus, tandis qu’un câble USB 3.0 vient la connecter à votre machine. Cela demande par contre un peu de profondeur.

Mon bureau étant situé juste à côté d’une grande fenêtre, la webcam a réussi à corriger l’éclairage du rendu sans sans perte de qualité. L’image était nette, claire et correctement exposée. C’est encore plus flagrant quand on compare de nuit. Si vous êtes un streamer avec un setup RGB installé, cela devrait vous faire plaisir, d’autant qu’il y a moyen de jouer avec l’autofocus pour flouter l’arrière-plan.

L’autofocus fonctionne assez rapidement, et il ne lui faut pas longtemps pour adapter la mise au point lorsque l’on approche ou éloigne un objet. Mais en pratique, je conseille tout de même de le bloquer dans les paramètres à la bonne distance pour éviter qu’il ne cherche à s’adapter au moindre mouvement de votre part, ce qui est un peu casse pied.

Elle est équipée de microphones omnidirectionnels, qui délivre un résultat très satisfaisant pour ce type de produit, avec assez de basse. Elle servira donc sans souci en viso-conférence, mais pour du stream, rien ne vaut votre bon micro dédié pour une meilleure maîtrise de ce paramètre.

Sur le papier, la Razer Kiyo promet beaucoup de choses, et nous allons voir si ici, toutes les promesses sont tenues. Le capteur de faible luminosité fonctionne à merveille dans presque toutes les situations, qu’il s’agisse d’une pièce sombre éclairée uniquement par votre moniteur ou votre setup RGB. En fait, j’ai pu pu le voir fonctionner aux côtés d’une simple webcam Avermedia, du même type qui équipe nombre de joueurs, et la différence est saisissante. Que vous ayez besoin d’une webcam pour mettre en valeur votre éclairage RGB ou pendant une visioconférence professionnelle, la Razer Kiyo délivre une qualité excellente (en particulier après le passage au mode HDR). 

Elle s’adapte à beaucoup de supports

Elle est également plug-and-play et très simple d’utilisation. Pour ceux qui aiment affiner leurs paramètres, la Kiyo Pro utilise Synapse qui vous donne accès à ses fonctions plus complexes. Il vous est ainsi possible de modifier les paramètres, la luminosité, la couleur, la chaleur de l’image, la saturation, la mise au point, et d’autres paramètres. Et comme ces réglages peuvent être enregistrés dans des profils embarqués, vous n’avez pas non plus à vous soucier de les refaire si vous passez d’un PC à l’autre. J’ai constaté par contre que l’apperçu dans Synapse ne prenait pas toujours en compte les modifications, et qu’il fallait parfois lancer un autre programme (OBS par exemple) utilisant la webcam pour voir les changements. C’est assez peu pratique, mais surtout utile lors de la mise en route.

Un cache en plastique est prévu pour préserver votre intimité lorsque vous ne streamez pas

ll existe une beaucoup d’options moins chères qui répondront parfaitement aux besoins de la plupart des utilisateurs classiques pour de la visio-conférence, mais la Kiyo Pro est parfaite si vous êtes un streamer, que vous faites de l’unboxing ou que vous voulez une bonne qualité d’image, des options pointues et une gestion de la lumière très satisfaisante ce produit Razer vaut clairement son investissement. Et je dis rarement ça pour un produit de la marque, que je trouve toujours trop chère. Contre toute attente, elle fonctionne juste parfaitement bien dans des conditions de lumières difficiles, ce qui justifie le prix. Pour avoir aussi bien, je pense qu’il faut connecter son Reflex comme Webcam.

Razer Kiyo Pro

Titiks

Conception
Ergonomie / Personnalisation
Qualité d’image
Rapport qualité / prix

En bref

Elle est peut-être chère, mais la Razer Kiyo Pro est à la hauteur de son prix et elle offre pour moi un rendu qui vaut largement son tarif.

4.4
Show Full Content

About Author View Posts

Xavier Henry - Titiks
Xavier Henry - Titiks

Joueur trentenaire assumé et 2AM Father confirmé, fan de tout ce qui est capable de lui raconter une bonne histoire, touche à tout invétéré et dévoué à l'univers console depuis la MegaDrive de sa jeunesse, vous me verrez bien plus souvent connecté à la nuit tombée.

Previous Test : What Comes After – Accompagnez Vivi
Next Scarlet Nexus sort le 25 juin 2021 et tease sa série animée

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

Horizon Zero Dawn, Uncharted : The Lost Legacy et Overcooked! 2 rejoignent le PS Now en janvier

17/12/2019
Close