Les combats de robots géants, pour peu que ce soit votre kiff, ça peut très bien marcher pour vivre des aventures sans prise de tête. Dans Override 2: Super Mech League, la promesse initiale est la suivante : des robots, de la castagne et c’est tout. Mais est-ce que les combats en valent le coup ? Réponse dans un ou deux tournois !


Override 2: Super Mech League 


Supports : Switch, PS4, PS5, XB1, Xbox Series, PC

Genre : Combat

Date de sortie : 22 décembre 2020

Editeur : Modus Games

Développeur : Modus Studios Brazil, Maximum Games

Multijoueurs : Oui


L’important dans Override 2: Super Mech League, c’est la baston ! 


  • Un bon Character Design
  • La rejouabilité par les crédits pour déverrouiller des éléments de jeu
  • Ultraman !
  • Matchmaking aux fraises
  • Les caméras folles dans les arènes
  • Le mode Carrière sans réelle ambition

Combattez !

Après un Override Mech City Brawl qui avait le mérite d’être fun et endiablé, voir l’arrivée d’un second opus était pour le moins intéressant. Override 2: Super Mech League reprend une bonne recette et vous en met plein la gueule dans des arènes à zones dangereuses (lave en fusion et autres joyeusetés) pour des combats jusqu’à 4 joueurs en même temps, que ce soit contre des IA ou d’autres joueurs. 

Prêts pour le combat ? Partez !

Bon le gâteau a l’air beau mais…

Alors c’est cool de jouer une vingtaine de robots dont Ultraman qui plairait aux amateurs de ses aventures, mais on est obligés de regarder les quelques défauts du jeu à un moment. Les IA sont trop faibles quand on est obligés de les affronter, la caméra s’affole dans les environnements en 3D qui donneraient des combats dantesques, mais qui virent souvent au n’importe quoi et il est parfois difficile de suivre l’action à l’écran. Au point qu’on se demande si le jeu est réellement balancé pour favoriser une certaine rejouabilité qui, malgré tout, est bel et bien présente. 

Apprendre les bases, c’est important.

…Malgré ses défauts, il y a vraiment du bon !

Si le jeu présente des problèmes flagrants, le fait que l’on se tape dessus joyeusement (difficilement en ligne malheureusement, entre un matchmaking aux fraises et du lac en pagaille) efface tout ce qui pourrait être négatif voire rédhibitoire ! Avec un très bon character design, une anti-prise de tête absolue et des commandes relativement réduites pour une prise en main tout de même rapide, c’est typiquement le genre de jeu que vous pouvez sortir pendant une soirée entre amis, le temps de quelques parties, le tout en riant de bon cœur et en gagnant des combats bien cools. 

Les sponsors vous inciteront à continuer les affrontements.

Si le mode carrière existe et qu’il est finalement assez verbeux pour rien puisqu’il consiste à atteindre le statut de meilleur combattant, il est tout de même utile de le poncer car plus vous combattez, plus vous gagnez d’argent pour débloquer des customisation pour vos machines de guerre qui ne servent maintenant que pour divertir le peuple. Alors ça ne vole pas haut, d’accord, mais c’est vraiment utile de faire une narration plus profonde ? Non, pas le moins du monde. Ce qu’on veut face à ce jeu, c’est claquer du robot au sol, point. 

Zoe, tu parles trop !

Override 2: Super Mech League 

Matthieu Meignan

L’avis de Matthieu sur Xbox Series X

En Bref

Retour au Garage

Zoe ne nous contredira pas, l’important dans Override 2: Super Mech League, c’est la baston ! Malgré de bons gros défauts de jouabilité, ce titre a des arguments suffisamment solides pour vous faire passer un bon moment, manette en main. Bien des choses dans la vie sont lourdes de sens en ce moment et ce jeu est capable de créer une bulle d’insouciance à coups d’épées et de poings explosifs pour que, pendant un court moment, seule la victoire robotique compte. Si vous pouvez vous laisser tenter par ce jeu, foncez !

3
Show Full Content
Previous Les GAME AWARDS de la rédac’ : sélection MACHINE DE LA GEN
Next Test : Kolumno – Un casse-tête géométrique

Comments

Laisser un commentaire

Close

NEXT STORY

Close

1,5 million de Persona 5 distribués dans le monde

06/04/2017
Close